PIERRE SOULAGES | PEINTURE 130 X 162 CM, 14 AVRIL 1957
Property from a Prestigious European Collection
PIERRE SOULAGES | PEINTURE 130 X 162 CM, 14 AVRIL 1957

Lot Closed

PIERRE SOULAGES | PEINTURE 130 X 162 CM, 14 AVRIL 1957
PIERRE SOULAGES | PEINTURE 130 X 162 CM, 14 AVRIL 1957
PIERRE SOULAGES | PEINTURE 130 X 162 CM, 14 AVRIL 1957
PIERRE SOULAGES | PEINTURE 130 X 162 CM, 14 AVRIL 1957
PIERRE SOULAGES | PEINTURE 130 X 162 CM, 14 AVRIL 1957
PIERRE SOULAGES | PEINTURE 130 X 162 CM, 14 AVRIL 1957
7

PIERRE SOULAGES | PEINTURE 130 X 162 CM, 14 AVRIL 1957

Estimate:

3,000,000 - 5,000,000 EUR

Property from a Prestigious European Collection

PIERRE SOULAGES | PEINTURE 130 X 162 CM, 14 AVRIL 1957

PIERRE SOULAGES | PEINTURE 130 X 162 CM, 14 AVRIL 1957

Estimate:

3,000,000 - 5,000,000 EUR

Lot sold:

4,379,300

EUR

Description

Property from a Prestigious European Collection

PIERRE SOULAGES

n. 1919

PEINTURE 130 X 162 CM, 14 AVRIL 1957


signed; signed on the reverse

oil on canvas

Executed in 1957. 


130 x 162 cm; 51 3/16 x 63 ¾ in.


Click here for the dedicated catalogue


------------------------------------------------------------

signé; signé au dos

huile sur toile

Exécuté en 1957.


130 x 162 cm; 51 3/16 x 63 ¾ in.

Condition report

To request a Condition Report, please contact Joelle.koops@sothebys.com

Provenance

Galerie de France, Paris

Luciano Pomini Collection, Castellanza (acquired from the above by 1957)

Finarte, Milan, 8 July 1976

Christie's, London, 28 July 1978

Private Collection

Tornabuoni Art, Italy

Private Collection, Europe


------------------------------------------------------------

Galerie de France, Paris

Collection Luciano Pomini, Castellanza (acquis auprès de celle-ci en 1957)

Finarte, Milan, 8 juillet 1976

Christie's, Londres, 28 juillet 1978

Collection particulière

Tornabuoni Art, Italie

Collection particulière, Europe

Literature

Pierre Encrevé, Soulages, l'oeuvre complet Peintures, I. 1946-1959, 1994, Paris, p. 246, no. 299, illustrated


------------------------------------------------------------

Pierre Encrevé, Soulages, l'oeuvre complet Peintures, I. 1946-1959, 1994, Paris, p. 246, no. 299, illustré

Exhibited

Paris, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, Salon de mai, 4 May - 30 May 1957

Turin, Palazzo delle Arti, Peintres d'aujourd'hui: France-Italie, October - November 1957

Lissone, Palazzo del Centro del Mobile, XIIe Premio Lisonne, 1961; catalogue, illustrated


------------------------------------------------------------

Paris, Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, Salon de mai, 4 mai - 30 mai 1957

Turin, Palazzo delle Arti, Peintres d'aujourd'hui: France-Italie, octobre - novembre 1957

Lissone, Palazzo del Centro del Mobile, XIIe Premio Lisonne, 1961; catalogue, illustré

Catalogue note

Only Chagall and Picasso had benefited before him from a retrospective at the Louvre during their lifetime. A major figure of abstraction, Pierre Soulages is today celebrated as one of the greatest painters of the second half of the 20th century.


Born on December 24, 1919 in Rodez, France, Soulages decided to become an artist at the age of 14. Moved deeply by the visit he made with his class to the Abbey of Sainte-Foy de Conques, a masterpiece of Roman art, the young man had only one obsession, to sketch in black and white what he retained from the landscapes of his native Aveyron: bare trees whose branches intertwine to create compositions in which form and space already take precedence.


Four years later, Soulages was confronted with the paintings of Cézanne and Picasso during a short stay in Paris. At 18 years old, he understood that his vocation was there but would have to wait many more years before he could fully dedicate himself to it, mobilized in Montpellier and forced to work as a farmer to escape from the Nazi Compulsory Work Service (STO) until the end of the war.


In 1946, encouraged by his neighbor, the writer Joseph Delteil, a friend of Sonia Delaunay who was staying with him and through whom he first heard of "abstract painting", Soulages landed in Paris. It was there that he would give birth to these large papers on which appear dark shapes on a white background, radically contrasting with the neo-fauvist painting then in vogue in France. The following year, Soulages presented them to the public at the Salon des Surindépendants. Mocked by René Mendès-France, the president of the Salon, but supported by Francis Picabia, one of the first to notice his work, Soulages took his first steps on the Parisian art scene, which would long be resistant to him.


No one is a prophet in his own country: salvation will come from elsewhere. As early as 1948, Soulages made his first breakthroughs in Japan, in the Scandinavian countries, in Germany, where one of his works was even chosen for the poster of the travelling exhibition Französische abstrakte Malerei, and in the United States, where James Johnson Sweeney became his ambassador. Thanks to the famous curator who worked at the MoMA from 1935 to 1946 and at the Guggenheim from 1952 to 1960, Soulages participated in the exhibitions Advancing French art in 1951, Younger European artists at the Guggenheim Museum in 1953 and The new Decade at the Museum of Modern Art in 1954.


From the American point of view, to defend Soulages was to defend young abstract painting against the figurative tradition that prevailed in France in the immediate post-war period. And defending Soulages also meant imposing this new generation of artists who had been revolutionizing painting across the Atlantic since the early 1940s.


Abstract, gestural, energetic, frontal, Peinture 130 x 162 cm, April 14, 1957 shares many points in common with the masterpieces of American Abstract Expressionism. That being said, as James Johnson Sweeney grasped early on, fascinated by Soulages's emancipated and non-conformist approach to painting, it is essential to understand that a painting such as Peinture 130 x 162 cm, 14 avril 1957 should not be judged solely by the yardstick of Abstract Expressionism or gestural abstraction. As this painting from a rare series, most of whose episodes are nowadays in museum collections, masterfully demonstrates, what Soulages delivers here is absolutely unique.


As lyrical and immersive as Monet's Nymphéas, as sober and radical as Malevitch's supremacist constructions, as impulsive and instinctive as Kline's cityscapes or Motherwell's Elegies, Peinture 130 x 162 cm, April 14, 1957 occupies a special place in the history of art. Far from trying to retranscribe the world around us, a system of thought or even the idea of movement, Soulages here arranges forms and contrasts with the sole aim of arousing emotion.


As the artist himself points out in an interview given on French television in the 1960s, "When we look at a surface, a stain with its contour, its transparency, its opacity, its roughness, its silkiness, the rhythm that is created from one stain to another, when we look at an abstract canvas, in short, it is the whole experience we have of the world that is concerned. »


Alternating deep silences, flights of fancy and nuances, it is also interesting to note that Soulages activates the space to make a third dimension resonate at the heart of Peinture 130 x 162 cm, April 14, 1957: that which lies between him and the canvas and is inhabited only by the impalpable quality of light. For if Soulages combines blue with black and white in this canvas, it is to give substance to the unreal and unique light that emanates as if by magic from this masterpiece.


QUOTES


We should be grateful to Soulages for having been the first, among painters of great talent, never to tell or describe. There is no ambiguity at any point in his work. He never distorted the image of reality to give himself a pretext to paint. He never evoked the need to express his "states of mind" to justify his taste to spread colors on a canvas. He has never evoked the experiences of mystics and the metaphysics they imply, to explain the concentration necessary for his work. He never hid behind idealistic philosophies. He accomplishes his journeys in a style of a higher quality each year, and which sometimes reaches the "sublime" "

Roger Vailland, in " Procès à Soulages ", Clarté, n° 43, May 1962.


There are black and white canvases that make you think of color. It is not a color we see but it is a color we imagine. And that is something that interests me particularly in black and white paintings. But it is a phenomenon that also occurs in canvases like this one where the color is not very violent and yet it has an extremely important role.

Pierre Soulages


What we express with black and white is not what we express with color. What we express with very descended, very restrained color is not what we express with extremely violent color either. This is an artistic problem. It is a problem of emotion that you can have in front of the canvas. And the power that the canvas can have on the viewer.

Pierre Soulages


When we see a canvas, a painting painted in black and white, we see it in a universe that is not black and white. There are all the colors around it. And it is even more in opposition to what surrounds it.

Pierre Soulages


There is an infinity of whites and an infinity of blacks. Even in the same canvas, even when you paint on a white background. From the moment you juxtapose splashes or hints of color, the white changes. There is never the same white in the canvas again.

Pierre Soulages


------------------------------------------------------------

Seuls Chagall et Picasso avaient bénéficié avant lui d’une rétrospective au Louvre de leur vivant. Figure majeure de l'abstraction, Pierre Soulages est aujourd’hui célébré comme l’un des plus grands peintres de la seconde partie du XXe siècle.


Né le 24 décembre 1919 à Rodez, c’est à l’âge de 14 ans que Soulages prend la décision de devenir artiste. Bouleversé par la visite qu’il fait avec sa classe de l’abbatiale Sainte-Foy de Conques, chef d'œuvre de l'art roman, le jeune homme n’aura dès lors qu’une obsession, croquer en noir et blanc ce qu’il retient des paysages de son Aveyron natal : des arbres dénudés dont les branches s’entrecroisent pour créer des compostions dans lesquelles priment déjà la forme et l’espace.


Quatre ans plus tard, Soulages se confronte à la peinture de Cézanne et de Picasso lors d’un court séjour à Paris. Il a 18 ans, comprend que sa vocation est là mais devra encore attendre de longues années avant de pouvoir s’y consacrer pleinement, mobilisé à Montpellier et forcé à travailler comme agriculteur pour échapper au STO jusqu’à la fin de la guerre.


En 1946, encouragé par son voisin, l’écrivain Joseph Delteil, proche de Sonia Delaunay qui séjourne chez lui et par qui il entend parler pour la première fois de « peinture abstraite », Soulages débarque à Paris ; ou plus précisément à Courbevoie, petite commune à l’ouest de la capitale. C’est là qu’il va donner naissance à ces grands papiers sur lesquels apparaissent de sombres formes sur fond blanc, tranchant radicalement avec la peinture néo-fauviste alors en vogue dans l’hexagone. L'année suivante, Soulages les présente au public au Salon des Surindépendants. Raillé par René Mendès-France, président du Salon, mais soutenu par Francis Picabia, l’un des premiers à remarquer son travail, Soulages fait ses premiers pas sur une scène artistique parisienne qui lui sera longtemps réfractaire.


Qu’à cela ne tienne. Nul n’est prophète en son pays : le salut viendra d’ailleurs. Dès 1948, force est de constater que Soulages perce tout d’abord au Japon, dans les pays scandinaves, en Allemagne, où l’une de ses œuvres est même choisie pour l'affiche de l'exposition itinérante Französische abstrakte Malerei, et aux Etats-Unis, où James Johnson Sweeney se fait son ambassadeur. Grâce au célèbre conservateur qui œuvre au MoMA de 1935 à 1946 puis au Guggenheim de 1952 à 1960, Soulages participe notamment aux expositions Advancing French art en 1951, Younger European artists au Guggenheim Museum en 1953 et The new Decade au Museum of Modern Art en 1954.


Du point de vue américain, défendre Soulages, c’est défendre la jeune peinture abstraite contre la tradition figurative qui prévaut en France dans l’immédiat après-guerre. Et défendre Soulages, c’est aussi imposer cette nouvelle génération d’artistes qui révolutionne la peinture Outre-Atlantique depuis le début des années 1940.


Abstraite, gestuelle, énergique, frontale, Peinture 130 x 162 cm, 14 avril 1957 partage de nombreux points communs avec les chefs d’œuvre de l’expressionisme abstrait américain. Cela dit, comme le saisit très tôt James Johnson Sweeney, fasciné par la démarche affranchie et non-conformiste de la peinture de Soulages, il est essentiel de comprendre qu’une toile comme Peinture 130 x 162 cm, 14 avril 1957 ne doit pas seulement être jugée à l’aune de l’expressionnisme abstrait ni de l’abstraction gestuelle. Car comme le démontre magistralement cette toile issue d’une rare série dont la plupart des épisodes sont aujourd’hui conservées dans des collections muséales, ce que livre ici Soulages est absolument unique.


Aussi lyrique et immersive que des Nymphéas de Monet, sobre et radicale qu’une construction suprématiste de Malevitch, impulsive et instinctive qu’un paysage urbain de Kline ou qu’une Elegy de Motherwell, Peinture 130 x 162 cm, 14 avril 1957 occupe une place à part dans l’histoire de l’art. Loin de chercher à retranscrire le monde qui nous entoure, un système de pensée ou même l’idée du mouvement, Soulages agence ici formes et contrastes avec pour seul but de susciter l’émotion.


Comme le souligne lui-même l’artiste dans un entretien donné à la télévision française dans les années 1960, « quand on regarde une surface, une tache avec son contour, sa transparence, son opacité, son côté rugueux, soyeux, le rythme qui se crée d’une tache à l’autre, quand on regarde une toile abstraite, en somme, c’est toute l’expérience qu’on a du monde qui est concernée. »


Alternant silences profonds, envolées et nuances, il est aussi intéressant de noter que Soulages active l’espace pour faire résonner une troisième dimension au cœur de Peinture 130 x 162 cm, 14 avril 1957 : celle qui se trouve entre lui et la toile et n'est habitée que par l'impalpable qualité de la lumière. Car si Soulages associe dans cette toile le bleu au noir et blanc, c’est bien pour donner corps à cette lumière irréelle et unique qui émane comme par magie de ce chef d’oeuvre.


QUOTES


Il convient d’être reconnaissant à Soulages d’avoir été le premier, parmi les peintres de grand talent, à ne jamais raconter ni décrire. Aucune ambiguïté à aucun moment de son œuvre. Il n’a jamais déformé l’image de la réalité pour se donner un prétexte à peindre. Il n’a jamais évoqué la nécessité d’exprimer ses “états d’âme” pour justifier son goût d’étaler des couleurs sur une toile. Il n’a jamais évoqué les expériences des mystiques et des métaphysiques qu’elles impliquent, pour expliquer la concentration nécessaire à son travail. Il ne s’est jamais dérobé derrière des philosophies idéalistes. Il accomplit ses parcours dans un style d’une qualité chaque année plus élevée, et qui atteint parfois au “sublime” »


Roger Vailland, in « Procès à Soulages », Clarté, n° 43, mai 1962


Il y a des toiles en noir et blanc qui font penser à la couleur. Ce n’est pas une couleur que l’on voit mais c’est une couleur que l’on imagine. Et ça, c’est une chose qui m’intéresse en particulier dans les toiles en noir et blanc. Mais c’est un phénomène qui se produit aussi dans des toiles comme celle-là où la couleur n’est pas très violente et où quand même elle a un rôle extrêmement important.


Pierre Soulages


Ce qu’on exprime avec du noir et blanc n’est pas ce qu’on exprime avec de la couleur. Ce qu’on exprime avec de la couleur très descendue, très retenue, ce n’est pas non plus ce qu’on exprime avec de la couleur extrêmement violente. C’est un problème d’ordre artistique. C’est un problème d’émotion qu’on peut avoir devant la toile. Et de pouvoir que la toile peut avoir sur le spectateur.


Pierre Soulages


Quand on voit une toile, un tableau peint en noir et blanc, on le voit dans un univers qui n’est pas noir et blanc. Il y a toutes les couleurs autour. Et il est davantage encore en opposition à ce qui l’entoure.


Pierre Soulages


Il y a une infinité de blancs et une infinité de noirs. Même dans la même toile, même quand on peint sur un fond blanc. A partir du moment où on juxtapose des taches ou des touches de couleur, le blanc change. Il n’y a plus jamais le même blanc dans la toile.


Pierre Soulages


VA


Pierre Soulages, Peinture 130 x 162 cm, 14 avril 1957