View full screen - View 1 of Lot 82. L'Araignée.
82

Gustav Adolf Mossa

L'Araignée

Gustav Adolf Mossa

Gustav Adolf Mossa

L'Araignée

L'Araignée

Gustav Adolf Mossa

Nice 1883 - 1971

L'Araignée


Signed and dated lower left on a card GUSTAV.ADOLF.MOSSA / NICIENSIS.PINXIT.MCMIV

Oil on canvas

81,5 x 65,3 cm ; 32⅛ by 25¾ in.

____________________________________________


Gustav Adolf Mossa

Nice 1883 - 1971

L'Araignée


Signé et daté en bas à gauche sur un cartel GUSTAV.ADOLF.MOSSA / NICIENSIS.PINXIT.MCMIV

Huile sur toile 

81,5 x 65,3 cm ; 32⅛ by 25¾ in.

For further information on the condition of this lot please contact clemence.enriquez@sothebys.com

Estate Mossa, 1972;

Collection Françoise and Charles Mossa;

Collection Art Analysis, Paris;

Anonymous sale, Me Loudmer, Paris, Hôtel Drouot, 16 June 1991, lot 11;

Collection Paul-Loup Sulitzer;

His sale, Me Binoche, Paris, Hôtel Drouot, 4 December 1995, lot 64 (withdrawn);

Private collection, Paris. 

____________________________________________

Succession Mossa, 1972 ;

Collection Françoise et Charles Mossa ;

Collection Art Analysis, Paris ;

Vente anonyme, Me Loudmer, Paris, Hôtel Drouot, 16 juin 1991, lot 11 ;

Collection Paul-Loup Sulitzer ;

Sa vente, Me Binoche, Paris, Hôtel Drouot, 4 décembre 1995, lot 64 (retiré) ;

Collection particulière, Paris. 

Besson, "L'Exposition des beaux-arts de Cannes", in Pall Mall Riviera, 1906;

Dusaulle, Nice illustré, 1906 (titled L'Araignée blanche);

J.R. Soubiran, Les Huiles symbolistes de Gustav-Adolf Mossa (1883-1971), master thesis, Université Aix-en-Provence-Marseille 1976, pp. 137-140, no. 9;

J.R. Soubiran, Les Aquarelles symbolistes et la création plastique symboliste de Gustav Adolf Mossa, thesis, Université Aix-en-Provence-Marseille 1978, pp. 75-77 and 83;

J.R. Soubiran, Gustav-Adolf Mossa, 1883-1971, Nice 1985, p. 47, no. 51 (ill.);

N. Magnardi, Les Œuvres religieuses dans la production symboliste de Gustav-Adolf Mossa, master thesis, Université Paris I-Panthéon Sorbonne 1987, pp. 62-64, no. 66 (ill.) ;

S. Lafon and A.M. Clais, Gustav Adolf Mossa, la scène symboliste, Nice 1993, p. 95;

J.R. Soubiran, Gustav Adolf Mossa, Catalogue raisonné des œuvres "symbolistes", Paris 2010, pp. 29-31, no. H13 (ill.).

____________________________________________

Besson, "L'Exposition des beaux-arts de Cannes", dans Pall Mall Riviera, 1906 ;

Dusaulle, Nice illustré, 1906 (sous le titre L'Araignée blanche) ;

J.R. Soubiran, Les Huiles symbolistes de Gustav-Adolf Mossa (1883-1971), mémoire de maîtrise, Université Aix-en-Provence-Marseille, 1976, p. 137-140, n° 9 ;

J.R. Soubiran, Les Aquarelles symbolistes et la création plastique symboliste de Gustav Adolf Mossa, thèse, Université Aix-en-Provence-Marseille, 1978, p. 75-77 et 83 ;

J.R. Soubiran, Gustav-Adolf Mossa, 1883-1971, Nice, 1985, p. 47, n° 51 (repr.) ;

N. Magnardi, Les Œuvres religieuses dans la production symboliste de Gustav-Adolf Mossa, mémoire de maîtrise, Université Paris I-Panthéon Sorbonne, 1987, p. 62-64, n° 66 (repr.) ;

S. Lafon et A.M. Clais, Gustav Adolf Mossa, la scène symboliste, Nice, 1993, p. 95 ;

J.R. Soubiran, Gustav Adolf Mossa, Catalogue raisonné des œuvres "symbolistes", Paris, 2010, p. 29-31, n° H13 (repr.).

4e Exposition des beaux-arts de Cannes, Cannes, City Hall, January 1906;

Gustav Adolf Mossa et les symboles, 1883-1971, Nice, Galerie des Ponchettes and musée des Beaux-Arts Jules-Chéret, July-December 1978, no. 5;

Gustav Adolf Mossa, 1883-1971, Yokohama, Motomachi Gallery, November 1989, no. 2;

Eros et Thanatos dans l’œuvre symboliste de Gustav-Adolf Mossa, Evian-les-Bains, Palais Lumière, 2008;

L'Œuvre secrète de Gustav-Adolf Mossa, Namur, Musée Félicien-Rops, January-May 2010.

____________________________________________

4e Exposition des beaux-arts de Cannes, Cannes, Salle des fêtes de l'hôtel de ville, janvier 1906 ;

Gustav Adolf Mossa et les symboles, 1883-1971, Nice, Galerie des Ponchettes et musée des Beaux-Arts Jules-Chéret, juillet-décembre 1978, n° 5 ;

Gustav Adolf Mossa, 1883-1971, Yokohama, Galerie Motomachi, novembre 1989, n° 2 ;

Eros et Thanatos dans l’œuvre symboliste de Gustav-Adolf Mossa, Evian-les-Bains, Palais Lumière, 2008 ;

L'Œuvre secrète de Gustav-Adolf Mossa, Namur, Musée Félicien-Rops, janvier-mai 2010.

Gustave Adolf Mossa is a disturbing artist with an immediately recognisable style. He spent twenty years painting a mysterious Symbolist oeuvre but then chose to hide away his graphic and pictorial production for the rest of his life. His work only reappeared after his death. The artist was curator of the Musée des Beaux Arts in Nice, which is devoting an exhibition to him this year, fifty years after his death.


L'Araignée, dated 1904, is one of Mossa’s first Symbolist compositions and it displays all the key characteristics of his oeuvre. As in all his works, even at this date his signature appears on a piece of trompe l’oeil parchment within the composition, referencing the Venetian Quattrocento painters he admired, such as Carpaccio and Bellini.


This is also one of the first appearances of a recurrent motif in his compositions: a miniature man contrasted with a giant woman. Absolutely in keeping with the decadent Symbolist movement of the late nineteenth and early twentieth centuries, the theme of the depraved and menacing femme fatale was explored by almost all the artists associated with the movement: a significant example is the novel Le Vice Suprême by Saar Péladan, who invited Mossa to his famous Rose+Croix Salons.


Mossa often explored the theme through myths and literary references, but in this composition the analogy with the spider and the position of the man, an evocative Christian reference, are enough to create this powerful and macabre image. The spider woman trapping her prey perfectly embodies Machiavellian seduction. This allegorical interpretation of the Symbolist theme par excellence is fundamental in Mossa’s œuvre, reaching its apogee in one of his most emblematic works: Elle, painted in 1905, in which a gigantic woman presides over a mass grave of miniature men. The artist would revisit the present composition, with the hieratical woman in the centre and the imaginary architecture in the background, in other paintings such as Encor Salomé, in the Musée des Beaux-arts in Nice (inv. 3270).


This superb and spectacular image is a classic example of Mossa’s work: beautiful and disturbing, striking and mysterious.

--------------------------------------------------------

Gustave Adolf Mossa est un artiste troublant au style immédiatement reconnaissable qui a peint un œuvre symboliste mystérieux pendant une vingtaine d'années puis a choisi de cacher sa production graphique et picturale tout le reste de sa vie. Ses œuvres ne réapparaîtront qu'après sa mort. Le musée des beaux arts de Nice, qui a été dirigé par l'artiste, lui consacre d'ailleurs une exposition cette année, cinquante ans après son décès.


L’Araignée, datée 1904, est une des premières compositions symbolistes de Mossa et contient l'essentiel des caractéristiques de ses œuvres. Il signe d'ailleurs déjà comme dans toutes ses œuvres sur un parchemin peint de manière illusionniste dans la composition qui fait référence aux peintres du Quattrocento à Venise comme Carpaccio et Bellini qu'il admirait.


Il s'agit également d'une des premières occurrences du motif récurrent dans ses compositions d'un homme miniature face à une femme géante. Parfaitement inscrit dans le mouvement symboliste et décadent de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, le thème de la femme fatale, perverse et maléfique est abordé par presque tous les artistes associés à ce mouvement et dont un des exemples significatifs est le roman Le Vice Suprême du Saar Péladan qui invitera Mossa à participer à ses fameux Salons de La Rose+Croix.


Mossa a souvent recours par la suite aux mythes ou à des références littéraires pour aborder ce thème mais dans cette composition l'analogie avec l'araignée et la position de l’homme, référence christique suggestive, suffisent à l'artiste pour créer cette image puissante et macabre. Ici, la femme araignée piégeant sa proie incarne parfaitement la séduction machiavélique. Cette traduction allégorique de ce thème symboliste par excellence est fondatrice dans l’œuvre de Mossa et atteindra son apogée dans une des œuvres les plus emblématiques de l'artiste peint en 1905, Elle, dans laquelle une femme géante trône sur un charnier d'hommes miniatures. La composition avec la femme hiératique au centre et l'architecture imaginaire en arrière-plan sera reprise par l'artiste dans d'autres compositions comme Encor Salomé, conservé au musée des beaux-arts de Nice (inv. 3270).


Ce superbe et spectaculaire tableau est à l'image de l'œuvre de Mossa, beau et dérangeant, saisissant et mystérieux.