View full screen - View 1 of Lot 22. An ormolu-mounted rosewood vitrine-armoire, by Edouard Lièvre, Paris, circa 1880 | Vitrine-armoire en palissandre et monture de bronze doré, par Edouard Lièvre, Paris, vers 1880.
22

An ormolu-mounted rosewood vitrine-armoire, by Edouard Lièvre, Paris, circa 1880 | Vitrine-armoire en palissandre et monture de bronze doré, par Edouard Lièvre, Paris, vers 1880

An ormolu-mounted rosewood vitrine-armoire, by Edouard Lièvre, Paris, circa 1880 | Vitrine-armoire en palissandre et monture de bronze doré, par Edouard Lièvre, Paris, vers 1880

An ormolu-mounted rosewood vitrine-armoire, by Edouard Lièvre, Paris, circa 1880 | Vitrine-armoire en palissandre et monture de bronze doré, par Edouard Lièvre, Paris, vers 1880

An ormolu-mounted rosewood vitrine-armoire, by Edouard Lièvre, Paris, circa 1880


in the shape of a Chinese pagoda, the fixed plinth with long drawer carved, the shaped apron cornered by dragons, the central bevel with a glazed door enclosing a mirror-backed interior and two adjustable shelves, the arched pediment with inverted sides and centred by a ruyi head-shaped finial applied with the Chinese symbol ‘shou’ for longevity set between prunus branches, above a pierced foliage scrollwork enablature filled with stylised lotuses, and a ‘D’-shaped recessed panel centred by a mythical lion mask amidst scrolling leafy tendrils


Height. 101 in, width. 50 in, prof. 20 in, Haut 257 cm, larg. 127 cm prof. 51 cm

__________________________________________________________________________


Vitrine-armoire en palissandre et monture de bronze doré, par Edouard Lièvre, Paris, vers 1880


en forme de pagode chinoise, la base ouvrant à un tiroir, les côtés ornés de dragons, le corps ouvrant à une porte vitrée, deux étagères et fond en miroir, sommé d'une arche centrée d'un motif ruyi et du symbole 'shou', signe de longévité, entre des branches de prunus, la galerie ajourée de lotus stylisés, centré d'un masque de lion mythique dans des enroulements

For further information on the condition of this lot please contact brice.foisil@sothebys.com
Vente Property from a Southern Private Collection, Sotheby's New York, 27 novembre 2006, lot 95

Vente Exceptional Sale, Christie's Londres, 10 juillet 2014, lot 56. 

Florence Rionnet, Les Bronzes Barbedienne. L'œuvre d'une dynastie de fondeurs (1834-1954), Paris, Arthena, 2016.

Optima Propagare, Edouard Lievre, Créateur de meubles et objets d'art , Galerie Roxane Rodriguez, 2004

 Philippe Thiébaut, Contribution à une histoire du mobilier japonisant : les créations de l'Escalier de Cristal, Revue de l'Art, 1989, n°85. pp. 76-83

Gabriel Weisberg, Le Japonisme, Arts asiatiques, tome 44, 1989. pp. 130-132

L’Objet d’Art, n°394, septembre 2004

Connaissance des Arts, N° 228, Paris 2004

Japonism, the rise of a unique style:


This imposing glass cabinet shows a strong enthusiasm for Japanese art, rediscovered at the end of the 19th century. Japan was totally isolated from the rest of the world until the 1850s when the empire shared its knowledge and cultural heritage.


Japan exhibited various objects at the Universal Exhibition of 1863 and then 1867, allowing paintings, lacquers and works of art to travel, fascinating European artists. A new vocabulary and new forms invaded Europe from 1868 : motifs of cherry trees, peonies, bamboos and swallows, Japonism movement was born.


Edouard Lièvre, an eclectic and prolific artist


Among the many artists influenced by this fashion, Edouard Lièvre is one of its greatest representatives.


After an academic training in the studio of the painter Thomas Couture (1815-1879), Edouard Lièvre devoted himself to the decorative arts from 1870. He executed pieces in the neo-Renaissance style, which was fashionable at the time. The discovery of Japanese art, lithographs, paintings, fabrics, allowed him to develop his inspiration.


This display cabinet is part of a corpus of furniture designed by Edouard Lièvre in the 1870s in the Sino-Japanese style. Edouard Lièvre's estate was sold at two sales at the Hôtel Drouot in March 1887 and February 1890. A window shelf probably similar to ours was sold there in March (catalogue des Meubles d'Art de la Succession de M. Édouard Lièvre, Paris, Hôtel Drouot, 21-24 March 1887). Press mentions the very high value of the lots presented at the auction: "everybody crashed in room 8, where the sale of Edouard Lièvre took place". The Pannier brothers were the main buyers. Among these creations, let us quote some furniture as rich as surprising: an astonishing armoire on a sconce table produced by the Escalier de Cristal in 1877 in rosewood, Indian ebony, gilt-bronze, engraved iron, oil paint, glass, exhibited at the Musée d'Orsay; a Japanese showcase probably around 1875 in rosewood, and gilt-bronze mirror (provenance: Edouard André collection, Paris, 1833-1894); or a Japanese gilt-bronze and enamel aquarium on its pedestal, supported by three turtles and the foot formed by four elephant heads, circa 1880 (Japonisme sale, 15 November 2018, Christie's Paris, lot 24).


Edouard Lièvre paid great attention to the environment of the pieces in order to define the best use of his works. His eclecticism allowed him to stand out and put him among the greatest draftsmen of the 19th century and to attract prestigious patrons such as Sarah Bernhardt or the painter Edouard Detaille, who became one of his main benefactors. In a more exuberant style, in 1875 he designed the bed of Valtesse de la Bigne, a "courtisane" very much in vogue in Paris, for her private mansion on Boulevard Malesherbes. This richly decorated parade bed caused a sensation when she received guests in her salon. Emile Zola was inspired by it to describe the luxury of Nana's bedroom in his saga of the Rougon-Macquart.


Edouard Lièvre also sold some of his drawings to the Escalier de Cristal, a major Parisian house of the 19th century. Founded in 1802 by Madame Désarnaud, l'Escalier de Cristal distinguished itself at the International and Universal Exhibitions by its remarkable creations, which combined furniture with innovative materials and shapes, such as the crystal dressing table made for the Duchess of Berry in 1819. The Pannier family, owners of the house from the 1860s , joined forces with contemporary artists to constantly present innovative works. Louis Majorelle (1859-1926), Emile Gallé (1846-1904) and Edouard Lièvre supplied drawings and art works to a select and cosmopolitan clientele such as Tsar Nicolas II, the Queen of Holland and the Queen of Portugal.


At the same time, Edouard Lièvre collaborated with other artists and merchant-publishers in order to innovate the decorative arts. He thus joined forces with the goldsmith Charles Christofle (1805-1863) and the bronze smith Ferdinand Barbedienne (1810-1892) to create works of high quality that were always in the style of the moment. His creations were thus highlighted at the Universal Exhibitions, such as a large Persian vase by Christofle based on his drawings, which was presented at the 1878 Exhibition, and then at those of 1889 and 1900.

__________________________________________________________________________


Le Japonisme, avènement d'un style unique :


Cette imposante vitrine-armoire témoigne d’un engouement prononcé pour l’art japonais, redécouvert à la fin du XIXe siècle. Le pays du Soleil Levant est totalement isolé du reste du monde et il faut attendre les années 1850 pour que cet empire partage ses connaissances et son héritage culturel.


Le Japon expose des œuvres lors de l’Exposition Universelle de 1863 puis de 1867, permettant ainsi de faire voyager des peintures, des laques et des œuvres d’art qui fascinent les artistes européens. Un nouveau vocabulaire, de nouvelles formes vont ainsi envahir l’Europe à partir des années 1868 : motifs de cerisiers, pivoines, bambous, hirondelles s’immiscent dans les maisons, le Japonisme est né.


Edouard Lièvre, un artiste éclectique et prolifique


Parmi les nombreux artistes influencés par cette mode, Edouard Lièvre est l’un de ses plus grands représentants.


Après une formation académique dans l’atelier du peintre Thomas Couture (1815-1879), Edouard Lièvre se consacre aux arts décoratifs à partir de 1870. Il exécute des pièces de style néo-Renaissance, à la mode à l’époque. La découverte des arts japonais, lithographies, peintures, tissus, lui permettent de renouveler son inspiration.


Cette vitrine-armoire fait partie d’un corpus de meubles conçus par Édouard Lièvre dans les années 1870 dans le style sino-japonais. L’héritage d’Edouard Lièvre est dispersé à sa mort lors de deux ventes à l’Hôtel Drouot en mars 1887 et en février 1890. Une étagère-vitrine vraisemblablement similaire à la nôtre y a été vendue en mars (catalogue des Meubles d'Art de la Succession de feu M. Édouard Lièvre, Paris, Hôtel Drouot, 21-24 mars 1887.) Les témoignages de la presse évoquent la très grande valeur des lots présentés aux enchères : «on s’écrasait à la salle 8, où avait lieu la vente d’Edouard Lièvre». Les frères Pannier en sont les principaux acquéreurs. Citons parmi ces créations quelques meubles aussi riches que surprenants : une étonnante armoire sur table d'applique produite par l’Escalier de Cristal en 1877 en palissandre de Rio, ébène des Indes, bronze doré, fer gravé, huile sur bois, verre, exposée au Musée d’Orsay ; une vitrine japonisante probablement vers 1875 en palissandre de Rio, et bronze doré glace (provenance : collection Edouard André, Paris, 1833-1894) ; ou encore un aquarium japonisant en bronze doré et émail sur son piédestal, supporté par trois tortues et le pied formé par quatre têtes d’éléphants, vers 1880 (vente Japonisme, 15 novembre 2018, Christie’s Paris, lot 24).


Edouard Lièvre prête une grande attention à l’environnement des pièces afin de pouvoir définir le meilleur usage de ses œuvres. Son éclectisme lui permet de se démarquer et le hisse au rang des plus grands dessinateurs du XIXe siècle et de toucher des commanditaires prestigieux comme Sarah Bernhardt ou le peintre Edouard Detaille qui devient l’un de ses principaux mécènes. Dans un style plus exubérant, il élabore en 1875 les dessins et la conception du lit de Valtesse de la Bigne, demi-mondaine très en vogue dans la capitale, pour son hôtel particulier situé Boulevard Malesherbes. Orné d’une riche décoration, ce lit de parade fait sensation lorsqu’elle reçoit dans son salon parisien. Emile Zola s’en inspire par ailleurs pour décrire le luxe de la chambre de Nana dans sa saga des Rougon-Macquart.


Edouard Lièvre vend également une partie de ses dessins à l’Escalier de Cristal, grande maison parisienne incontournable du XIXe siècle. Fondé en 1802 par Madame Désarnaud, l’Escalier de Cristal se distingue lors des Expositions internationales et universelles par ses remarquables créations qui associent des meubles avec des matières et des formes novatrices, citons par exemple la table de toilette en cristal réalisée pour la duchesse de Berry en 1819. La famille Pannier, propriétaires de la maison à partir des années 1860, s’associe à des artistes contemporains pour constamment présenter des œuvres novatrices. Ainsi Louis Majorelle (1859-1926), Emile Gallé (1846-1904) et Edouard Lièvre fournissent dessins et objets d’art à une clientèle exigeante et cosmopolite telle que le Tsar Nicolas II, la reine de Hollande ou la reine du Portugal. 


Parallèlement, Edouard Lièvre collabore avec d’autres artistes et marchands-éditeurs afin d’innover les arts décoratifs. Il s’associe ainsi avec l’orfèvre Charles Christofle (1805-1863) ou encore avec le bronzier Ferdinand Barbedienne (1810-1892) pour créer des œuvres de grande qualité et toujours dans le goût du jour. Ses créations sont ainsi mises en valeur lors des Expositions universelles, comme par exemple un grand vase persan de Christofle d’après ses dessins, qui est présenté à l’Exposition de 1878, puis de celles de 1889 et 1900.