View full screen - View 1 of Lot 18. A pair of ormoulu candelabra, German, circa 1730 after a drawing by Juste-Aurèle Meissonnier (1695-1750) | Paire de candélabres aux dragons en bronze doré au mercure, travail allemand d'époque Régence vers 1730 d'après un dessin de Juste-Aurèle Meissonnier (1695-1750).
18

A pair of ormoulu candelabra, German, circa 1730 after a drawing by Juste-Aurèle Meissonnier (1695-1750) | Paire de candélabres aux dragons en bronze doré au mercure, travail allemand d'époque Régence vers 1730 d'après un dessin de Juste-Aurèle Meissonnier (1695-1750)

A pair of ormoulu candelabra, German, circa 1730 after a drawing by Juste-Aurèle Meissonnier (1695-1750) | Paire de candélabres aux dragons en bronze doré au mercure, travail allemand d'époque Régence vers 1730 d'après un dessin de Juste-Aurèle Meissonnier (1695-1750)

A pair of ormoulu candelabra, German, circa 1730 after a drawing by Juste-Aurèle Meissonnier (1695-1750) | Paire de candélabres aux dragons en bronze doré au mercure, travail allemand d'époque Régence vers 1730 d'après un dessin de Juste-Aurèle Meissonnier (1695-1750)

A pair of ormoulu candelabra, German, circa 1730 after a drawing by Juste-Aurèle Meissonnier (1695-1750)


with three lights and a dragoon on a tripod base ; with a snuffer


Height 17 in; width 13 in; Haut. 43 cm, larg. 33 cm


(2)

__________________________________________________


Paire de candélabres aux dragons en bronze doré au mercure, travail allemand d'époque Régence vers 1730 d'après un dessin de Juste-Aurèle Meissonnier (1695-1750)


à trois bras de lumière, les bras de forme mouvementée ornés de feuilles de chêne surmontant un dragon, reposant sur une base tripode en arceau ; avec une mouchette

Very fine model in good condition. Nozzle pierced for electricity.


To request a condition report for this lot, please contact Brice.Foisil@sothebys.com


"In response to your inquiry, we are pleased to provide you with a general report of the condition of the property described above. Since we are not professional conservators or restorers, we urge you to consult with a restorer or conservator of your choice who will be better able to provide a detailed, professional report. Prospective buyers should inspect each lot to satisfy themselves as to condition and must understand that any statement made by Sotheby's is merely a subjective, qualified opinion. Prospective buyers should also refer to any Important Notices regarding this sale, which are printed in the Sale Catalogue. NOTWITHSTANDING THIS REPORT OR ANY DISCUSSIONS CONCERNING A LOT, ALL LOTS ARE OFFERED AND SOLD AS IS" IN ACCORDANCE WITH THE CONDITIONS OF BUSINESS PRINTED IN THE SALE CATALOGUE."

Collection of Duchess Oldenburg and then by heritage to Princes Waldegg-Pyrmont  Arolsen castle, Lempertz gallery, 1955

Parisian private collection, since 1955

Ancienne collection de la grande duchesse d'Oldenburg et puis par descendance des princes Waldegg-Pyrmont au château d'Arolsen
Galerie Lempertz, 1955

Collection privée parisienne depuis 1955

Connaissance des Arts, janvier 1961, "La chimère, symbôle de la somptuosité"

Connaissance des Arts, mai 1965, "Caffiéri", illustré p. 76

Connaissance des Arts, novembre 1967, "La qualité des flambeaux Louis XV appréciés d'après les dessins des meilleurs ornemanistes du temps", ill. p. 115

H. Ottomeyer et P. Pröschel, Vergöldete Bronzen, vol. II, Munich 1986, ill. p. 106

Cette remarquable paire de candélabres a fait l'objet de plusieurs publications dans lesquelles l'importance du modèle était à juste titre mise en avant. Le nom du bronzier parisien Caffiéri était cité mais il apparaît aujourd'hui que ce travail soit plutôt d'origine allemande bien que la composition soit directement inspirée des dessins de Meissonnier. Le traitement du bronze et notamment celui de la ciselure plaide pour une réalisation outre Rhin des années 1730-1740.

__________________________________________________


Le motif du dragon ou de la chimère est une constante dans les arts occidentaux aussi bien qu’orientaux. L’engouement pour les chinoiseries dès la seconde moitié du XVIIe siècle, la parution de l’ouvrage du Père Louis Le Comte, Nouveaux Mémoires sur l’Etat présent de la Chine à Paris en 1701-1702, ont favorisé les représentations du dragon d’inspiration chinoise dans les arts décoratifs. Repris par les bronziers, le thème du dragon est très largement diffusé et magistralement associé au style Régence. Les créations sont naturellement associées aux arts du feu (chenets, girandoles) et certaines, emblématiques, comptent parmi les plus belles réalisations de cette époque comme les quatre girandoles Crozat. Charles Cressent l’utilise largement pour orner ses cartels et commodes.