View full screen - View 1 of Lot 107. Ville arabe.
107

Zao Wou-Ki

Ville arabe

VAT reduced rateArtist's Resale Right

Estimate:

2,000,000

to
- 3,000,000 EUR

From the former Collection of Mr John Gunther, New York | Provenant de la Collection de Mr John Gunther, New York

Zao Wou-Ki

Zao Wou-Ki

Ville arabe

Ville arabe

Estimate:

2,000,000

to
- 3,000,000 EUR

Lot sold:

4,416,300

EUR

From the former Collection of Mr John Gunther, New York

Zao Wou-Ki

1920 - 2013

Ville arabe


signed and signed in Chinese; titled and dated Juillet 1953 on the reverse and signed on the stretcher

oil on canvas

81 x 65 cm; 32 x 25 ⅔ in.

Executed in July 1953.


The authenticity of this work has been confirmed by the Fondation Zao Wou-Ki. The work will be included in the forthcoming Catalogue Raisonné currently being prepared by Madame Françoise Marquet and Monsieur Yann Hendgen. A certificate of authenticity maybe delivered by the foundation upon request to the buyer.

 __________________________________________________________________________


Provenant de la Collection de Mr John Gunther, New York

Zao Wou-Ki

1920 - 2013

Ville arabe


signé et signé en chinois; titré et daté juillet 1953 au dos et signé sur le châssis

huile sur toile

81 x 65 cm; 32 x 25 ⅔ in.

Exécuté en juillet 1953.


L'authenticité de cette oeuvre a été confirmée par la fondation Zao Wou-Ki. l'oeuvre sera incluse dans le catalogue raisonné actuellement en préparation par Madame Françoise Marquet et Monsieur Yann Hendgen. Un certificat d'authenticité pourra être demandé par l'acheteur auprès de la Fondation.

 __________________________________________________________________________


趙無極

《阿拉伯城市》 

款識:藝術家英文及中文簽名;書題目並紀年Juillet 1953 (背面);簽名(內框)


油彩畫布 

81 x 65公分;32 x 25 ⅔英寸 

1953年7月作 


趙無極基金會已為作品提供認證。此作將被收錄於梵思娃・馬凱及揚・亨德根籌備之《畢卡比亞專題目錄》中。如買家有意索取,基金會可提供認證書。

To request a Condition Report, please contact Joelle.koops@sothebys.com

Galerie Pierre, Paris

Mr and Mrs John Gunther, New York (acquired from the above circa 1955)

Then by descent to the current owners

__________________________________________________________________________


Galerie Pierre, Paris

Mr and Mrs John Gunther, New York (acquis auprès de cette dernière circa 1955)

Par descendance aux propriétaires actuels

Zao Wou-Ki, Ville arabe, 1953

By Yann Hendgen , Artistic Director of the Foundation Zao Wou-Ki


Ville arabe [Arab City] is an intriguing picture. One is tempted, when contemplating it, to imagine Zao Wou-Ki in the footsteps of Eugène Delacroix upon his discovery of Morocco with the Count de Mornay in 1832. First its title, then the brilliant blues of the sky, the beige and ocher hues of the land below, all evoke a medina or a village, clinging to a land bordered by desert sands, and bathed in Mediterranean light.


However, nothing in Zao Wou-Ki's biography can confirm this. While he did increase the number of trips from 1950, he made none in 1953 to an Arab country, nor in previous years. He began his Grand Tour modestly with Savoy in the summer of 1950, explored Italy in the spring of 1951 then Switzerland, visited Belgium, Spain and London in 1952, Switzerland and Brittany in 1954. His momentum took him even further: in the fall of 1957 he went to the United States to visit his brother in New Jersey. From there he traveled to San Francisco for the New Year, then to Hawaii, Japan and finally Hong Kong where he spent half of 1958.


However, the artist clearly titled his painting "Ville arabe / July 1953" on the back of the canvas, without ever having set foot in an Arab country. Should we see here memories of his travels to Iberian or Italian lands? Strangely enough, his stay in Spain in 1952 gave rise to only a very few paintings: a view of Burgos Cathedral in October 1952 and a bullfight in April 1953. A closer look at the work brings us to other horizons. The painting’s structure, its rise to color, the mix of invented signs and still discernible buildings recall aspects of the series of watercolors painted in the spring of 1953 on the island of Ischia off the coast of Naples.


Could this painting then have simply arisen from Zao Wou-Ki's imagination? Like an Arab mirage, this village seems to gradually lose its consistency. It disintegrates, the signs gently blend into the color, the real fades away in favor of the artist's invention. It evokes perhaps the views of Tunisia and Egypt by Paul Klee, whose works, when Zao Wou Ki finally saw them in 1951, were a trigger, a signal for the artist to leave behind the shores of the real? This aesthetic shock was followed by several years of paintings that integrate signs derived from archaic Chinese characters. The research at work here singularly reinforces the painting’s poetic impression: we seem to be witnessing either the emergence or the slow dissolution of this Arab city.


This painting is also a historical witness of the relationship between Zao Wou-Ki and the gallery owner Pierre Loeb. Thanks to his friend Henri Michaux, Zao Wou-Ki signed his first contract in January 1951 with the major gallery, Galerie Pierre. This contract opened wide the doors of his studio to Pierre Loeb, who purchased most of the artist’s production. He thus acquired forty-six paintings out of the fifty-eight painted by the artist in 1953. Pierre Loeb was a regular visitor in 1953: in January, in March, twice in April, four times in May, twice in June, three times in July, October, November and December. Ville arabe was purchased at the end of July 1953, immediately after its completion.


Pierre Loeb ensured Zao Wou-Ki’s international fame by distributing his work in the United States, directly to collectors, or through the gallery owner Patti Cadby Birch. He also sold to American collectors or amateurs in Paris, which was then, and still for some time, the main artistic capital of the Western world. It was thus at the Galerie Pierre that Zao Wou-Ki met the architect I.M. Pei, who became a very close friend.


John Gunther (1901-1970), American journalist and writer, was part of this cosmopolitan elite. Correspondent of the Chicago Daily News in London from 1925, he travelled across Europe for ten years, published his experience as a reporter in a successful series of books entitled Inside and became a war correspondent during the Second World War. Like many of his colleagues, he frequented Parisian galleries and acquired two paintings by Zao Wou-Ki from Pierre Loeb.


The first painting, Couple au paysage gris, [Couple against a Grey Background] dates from 1951. It was acquired at the artist’s studio by Pierre Loeb in June 1951. As with Ville arabe, the date of John Gunther’s purchase is unknown. He kept these two works in his collection until his death in 1970. His wife in turn kept them faithfully for nearly fifty years.


Ville arabe, mirage or not, is the tangible memory both of a faithful collector and of the work of a Chinese painter already recognized on the Parisian scene, on the verge of becoming a milestone between Asia and the West, in search of his own way, not entirely Chinese, not entirely French, but very original.

 __________________________________________________________________________


Zao Wou-Ki, Ville arabe, 1953

Par Yann Hendgen, Directeur Artistique de la Fondation Zao Wou-Ki


Ville arabe est un tableau intriguant. On est tenté, en le contemplant, d’imaginer Zao Wou-Ki dans les pas d’Eugène Delacroix lors de sa découverte du Maroc avec le comte de Mornay en 1832. Son titre tout d’abord, puis les bleus éclatants de son ciel, les teintes beiges et ocres des terres en contrebas, tout évoque une médina ou un village, accroché à une terre bordée de sables désertiques, et baigné d’une lumière méditerranéenne.


Cependant, aucun élément dans la biographie de Zao Wou-Ki ne vient confirmer cette idée. S’il multiplie bien les voyages à partir de 1950, il n’en fait aucun en 1953 dans un pays arabe, ni les années précédentes. Il commence modestement son Grand Tour par la Savoie durant l’été 1950, explore l’Italie au printemps 1951 puis la Suisse, visite la Belgique, l’Espagne et Londres en 1952, la Suisse et la Bretagne en 1954. Son élan le mènera encore plus loin : à l’automne 1957 il se rend aux États-Unis chez son frère dans le New Jersey. De là il se rend à San Francisco pour le nouvel an, puis à Hawaï, au Japon et enfin à Hong Kong où il passe la moitié de l’année 1958.


L’artiste a pourtant clairement titré son tableau « Ville arabe / juillet 1953 » au revers de la toile, sans avoir jamais mis les pieds dans un pays arabe. Faut-il voir ici quelques réminiscences de ses voyages en terres ibériques ou italiennes ? Son séjour espagnol de 1952 n’a étrangement donné naissance qu’à très peu de peintures : une vue de la cathédrale de Burgos en octobre 1952 et une corrida en avril 1953. L’observation de l’œuvre nous amène vers d’autres horizons. La construction de ce tableau, la montée vers la couleur, le mélange des signes inventés et d’architectures encore discernables offrent bien des points communs avec la série d’aquarelles peintes au printemps 1953 sur l’île d’Ischia au large de Naples.


Ce tableau serait-il alors tout simplement sorti de l’imaginaire de Zao Wou-Ki ? Tel un mirage arabe, ce village semble perdre peu à peu sa consistance. Il se délite, les signes se fondent doucement dans la couleur, le réel s’efface au profit de l’invention de l’artiste. Peut-être doit-on convoquer le souvenir des vues de Tunisie et d’Egypte de Paul Klee, dont les œuvres enfin contemplées en face à face en 1951 ont été l’élément déclencheur pour l’artiste, le signal pour quitter le rivage du réel ? Ce choc esthétique est suivi par plusieurs années de travail sur l’intégration, dans ses peintures, de signes dérivés des caractères chinois archaïques. Cette recherche ici à l’œuvre, renforce singulièrement l’impression poétique de ce tableau : on croit assister, sans arriver à trancher, à l’apparition ou à la lente dissolution de cette ville arabe.


Cette peinture est également un témoin historique des liens entre Zao Wou-Ki et le galeriste Pierre Loeb. Grâce à son ami Henri Michaux, Zao Wou-Ki signe en janvier 1951 son premier contrat avec une galerie majeure, la Galerie Pierre. Ce contrat ouvre grand les portes de son atelier à Pierre Loeb qui achète la majeure partie de la production de l’artiste. Il acquiert ainsi quarante-six peintures sur les cinquante-huit peintes par l’artiste en 1953. Pierre Loeb est un visiteur régulier en cette année 1953 : en janvier, en mars, deux fois en avril, quatre fois en mai, deux fois en juin, trois fois en juillet, en octobre, en novembre et en décembre. Ville arabe est achetée à fin du mois de juillet 1953, immédiatement après son achèvement.


Pierre Loeb assure la renommée internationale de Zao Wou-Ki en diffusant son œuvre aux États-Unis, directement auprès de ses collectionneurs, ou en passant par la galeriste Patti Cadby Birch. Il vend également à des collectionneurs ou amateurs américains à Paris, alors encore pour quelques temps la principale capitale artistique du monde occidental. C’est ainsi à la Galerie Pierre que Zao Wou-Ki rencontre l’architecte I.M. Pei, qui devient un très proche ami.

John Gunther (1901-1970), journaliste et écrivain américain, fait partie de cette élite cosmopolite. Correspondant du Chicago Daily News à Londres à partir de 1925, il sillonne l’Europe pendant une dizaine d’années, publie son expérience de reporter dans la série d’ouvrages Inside qui connaît un très large succès et devient correspondant de guerre durant la seconde guerre mondiale. Comme beaucoup de ses confrères, il fréquente les galeries parisiennes et acquiert deux peintures de Zao Wou-Ki auprès de Pierre Loeb.


La première, Couple au paysage gris, date de 1951. Elle est acquise à l’atelier de l’artiste par Pierre Loeb en juin 1951. Comme pour Ville arabe, nous ignorons la date d’achat de John Gunther. Il conserve ces deux œuvres à l’abri de sa collection jusqu’à son décès en 1970. Son épouse les conserve à son tour fidèlement pendant près de cinquante années.


Ville arabe, mirage ou non, est bien le souvenir tangible tant d’un collectionneur fidèle que du travail d’un peintre chinois déjà reconnu sur la scène parisienne, en passe de réussir à être le jalon entre Asie et Occident, à la recherche de son propre chemin, ni tout à fait chinois, ni tout à français, mais bien original.