56
56
[BERLIOZ, Hector] -- Jean-François LESUEUR
LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE AU DR LOUIS BERLIOZ, DATÉE 25 AOÛT 1830.
Estimate
2,0003,000
LOT SOLD. 2,250 EUR
JUMP TO LOT
56
[BERLIOZ, Hector] -- Jean-François LESUEUR
LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE AU DR LOUIS BERLIOZ, DATÉE 25 AOÛT 1830.
Estimate
2,0003,000
LOT SOLD. 2,250 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Bibliothèque R. et B. L. Autographes et Manuscrits XIXe et XXe Siècles

|
Paris

[BERLIOZ, Hector] -- Jean-François LESUEUR
LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE AU DR LOUIS BERLIOZ, DATÉE 25 AOÛT 1830.
2 pages in-4 (263 x 207 mm) adresse autographe, marques postales. — BERLIOZ (Dr Louis). Lettre autographe signée à Jean-François Lesueur, datée La Côte Saint-André le 2 7bre. [septembre] 1830, 2 pages in-8 (206 x 161 mm), adresse autographe (en tout 2 pièces), sous chemise demi-maroquin rouge.


Lesueur prédit au père du compositeur la gloire et la fortune de son jeune élève qui vient d’obtenir le premier Prix de Rome : Qui sait ? il sera peut-être, un jour, le Napoléon de la science musicale
.

Protégé par Napoléon, puis en grande faveur sous la Restauration, Jean-François Lesueur (1760-1837) était alors un compositeur illustre, comblé d’honneurs. En 1817, on lui confia la classe de composition au Conservatoire, où, en 1823, il remarquera le jeune Hector Berlioz, qu’il admit comme élève privé et prit en affection. En 1826, il le fit entrer dans sa classe du Conservatoire. Berlioz vénérera toujours la mémoire de Lesueur, “excellent et digne maître” dont l’influence fut capitale sur sa musique. En 1830, Berlioz obtint le premier Prix de Rome pour sa cantate Sardanapale. Lesueur s’empressa alors d’écrire cette lettre au père de son élève. Cinq ans plus tôt, Lesueur avait déjà prédit au Dr Louis Berlioz le brillant avenir de son fils. Mais dans cette lettre, extraordinaire par son ton prophétique, le maître a véritablement pressenti et annoncé l’avenir musical de son élève.

Votre fils a remporté, à l’unanimité, le Ier grand prix de composition décerné par l’institut de France. Il est pensionné pour cinq ans […] Le chemin de la gloire, et peut-être de la fortune, lui est maintenant ouvert. Haendel est mort très riche ; Gluck a laissé cinquante mille livres de rente ; Grétry trente […] ; Rossini jouit maintenant d’une très grande fortune ; Méhul bien pensionné a joui de toutes les facilités de la vie […] Votre fils fera de même, et, si j’en crois le génie qu’il développe déjà d’une manière si forte et si précise, il rendra illustre le nom de Berlioz. J’ai eu raison de ne pas le détourner d’un entraînement qui le portait invinciblement vers les hautes études d’un art […] J’ose prédire que sa réputation ira jusqu’au plus haut degré où un grand compositeur puisse atteindre et que les honneurs, la considération, et un nom bien famé [sic] ne lui manqueront pas […] Je vous en félicite ainsi que ses chers parents : il est digne de vous monsieur, qui êtes vous-même plein de talent […] à vingt-six ans, il est arrivé au point où d’autres artistes, à grand talent acquis, n’arrivent qu’à trente-cinq ou trente-six ans. C’est qu’il faut, pour cela, l’estro divino, cette inspiration, cette chaleur innée, cet absolu génie des beaux-arts, et les arts, ou la nature, l’ont aimé assez, pour lui en donner un très grand […] Heureux parents !…ce n’est pas son succès arrivant aux oreilles de toute une ville, et frappant d’étonnement tous les Parisiens, qui le flatte le plus ; c’est d’être sûr que ce succès sera su d’un père et d’une mère qu’il chérit […] Qui sait ? il sera peut-être, un jour, le Napoléon de la science musicale, par les pas de géant qu’il lui fera faire, vu ses autres connaissances acquises et adjointes aux beaux-arts, et particulièrement à cette musique si puissante sur le cœur et l’imagination des hommes, quand elle est composée de génie. Rien ne l’empêchera d’être, en musique sacrée comme en musique dramatique, un musicien-poëte comme Terpandre et Olympe, et musicien-philosophe comme Gluck.

La lettre de Lesueur est publiée dans Nouvelles lettres de Berlioz, de sa famille, de ses contemporains, Actes Sud, 2016, p. 86-88.

Dans sa réponse à Lesueur, apparemment inédite, le père de Berlioz, plein de reconnaissance, souligne : Si mon fils atteint à quelque célébrité, si déjà il se trouve sur le seuil du temple de la gloire et de la fortune, c’est à vos conseils affectueux, c’est à vos savantes leçons, c’est à vous, son maître, et son ami qu’il le doit […] Ses mœurs sont demeuré [sic] pures au milieu de la corruption, et sous votre égide.

[On joint :]

Caraspoli. Lettre autographe signée à Hector Berlioz, [4 décembre 1846], 1 page in-4 (264 x 208 mm), adresse autographe.

Un certain Caraspoli invective vivement Berlioz, vilipendant sa musique mais louant ses écrits critiques : Vous réalisez une chose aussi commune que bizarre, vous faites d’excellente critique et d’atroce musique. […] Hommes qui n’êtes que de grands enfans, il suffit d’un payasse [sic] et d’un tambour pour vous faire croire que des vessies sont des lanternes et que les charivaris de Mr Berlioz sont de la musique […] Et, en post-scriptum, il lui demande une loge pour faire une galanterie à mes domestiques des deux sexes !

Déchirure avec manque par bris du cachet.


Read Condition Report Read Condition Report

Bibliothèque R. et B. L. Autographes et Manuscrits XIXe et XXe Siècles

|
Paris