137
137
Rousseau, Henri dit le Douanier
LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE À ALFRED JARRY, DATÉE PARIS, LE 26 JUIN 1894. [ON JOINT :] DONZE (JOSEPH). LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE À ALFRED JARRY, [1894].
Estimate
3,0004,000
LOT SOLD. 10,000 EUR
JUMP TO LOT
137
Rousseau, Henri dit le Douanier
LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE À ALFRED JARRY, DATÉE PARIS, LE 26 JUIN 1894. [ON JOINT :] DONZE (JOSEPH). LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE À ALFRED JARRY, [1894].
Estimate
3,0004,000
LOT SOLD. 10,000 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Bibliothèque R. et B. L. Autographes et Manuscrits XIXe et XXe Siècles

|
Paris

Rousseau, Henri dit le Douanier
LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE À ALFRED JARRY, DATÉE PARIS, LE 26 JUIN 1894. [ON JOINT :] DONZE (JOSEPH). LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE À ALFRED JARRY, [1894].
2 pages in-12 (173 x 112 mm).


Précieux témoignage de l’amitié entre Jarry et le peintre naïf
.

Qualifiée d’“inestimable” par Noël Arnaud, cette lettre est un témoignage unique des relations amicales entre Jarry et Le Douanier Rousseau, tous deux originaires de Laval. Elle contient par ailleurs d’intéressants détails sur la genèse du mythique portrait — inconnu et jamais retrouvé — que le peintre fit de son ami. Rappelons que Jarry s’était fait le chantre du génie de Rousseau, dont il fut le découvreur, bien avant Apollinaire. En gage d’amitié, le peintre exécutera un portrait de lui, qui sera exposé en 1895 aux Indépendants, et dont la trace est perdue depuis. Jarry publiera aussi dans L’Ymagier une lithographie de La Guerre.

Le Douanier Rousseau annonce d’abord à son ami qu’il a commencé son portrait : Je suis allé chercher votre chevalet ainsi que la boîte aux célèbres acteurs [les marionnettes de Jarry], j’ai rapporté la lanterne japonaise qui ne fera pas mal dans les arbres ; j’ai commencé aujourd’hui vous ayant attendu, et je vais y travailler dure [sic], de façon à ce que je puisse vous faire de suite quand vous viendrez.

La lettre évoque ensuite le déménagement du minuscule appartement de Jarry, “le Calvaire du Trucidé” (78, boulevard de Port-Royal), et montre que Le Douanier Rousseau y participa en voisin (il demeurait avenue du Maine) : Vous êtes libre de commencer votre déménagement sitôt que vous le désirez, nous attendons vos ordres, si toutefois vous pouvez prendre possession de votre nouveau logement [boulevard Saint-Germain] avant le terme de juillet vous pourrez me répondre soit à votre concierge soit à moi à ce sujet. Faisant allusion à Gauguin, Seguin et Filiger, que Jarry venait de retrouver à Pont-Aven, il envoie son bonjour aux chevaliers de la palette, puis termine : Excusez mon griffonnage, il est tard et j’ai une mauvaise bougie.

[On joint :]

Le mot de son concierge, Joseph Donzé, proposant son aide pour le déménagement de Jarry, que Le Douanier Rousseau joignait à sa lettre. 1 page in-16 (154 x 108 mm), sous chemise demi-maroquin bleu moderne.

Arnaud, Alfred Jarry, La Table Ronde, 1974, p. 112.


Read Condition Report Read Condition Report

Bibliothèque R. et B. L. Autographes et Manuscrits XIXe et XXe Siècles

|
Paris