155
155
[Livre de Fêtes]
FÊTES PUBLIQUES DONNÉES PAR LA VILLE DE PARIS À L’OCCASION DU MARIAGE DE MONSEIGNEUR LE DAUPHIN AVEC MARIE-THÉRÈSE D’ESPAGNE, LES 23 ET 26 FÉVRIER MDCCXLV. [PARIS, FRANÇOIS BLONDEL ET VEUVE CHEREAU, 1751.]
AN EXCEEDINGLY PRECIOUS FIRST EDITION OF THE MOST FAMOUS "LIVRE DE FÊTES" OF THE 18TH CENTURY. IT RECORDS THE 1745 CELEBRATIONS OF THE MARRIAGE OF THE SON OF KING LOUIS XV, THE DAUPHIN AND THE INFANTA OF SPAIN ; A FINE COPY IN A GOLD-TOOLED BINDING SIGNED ANTOINE-MICHEL PADELOUP FOR MADAME VICTOIRE, LOUIS XV’S DAUGHTER AND BEARING HER COAT-OF-ARMS.
Estimate
30,00050,000
LOT SOLD. 118,750 EUR
JUMP TO LOT
155
[Livre de Fêtes]
FÊTES PUBLIQUES DONNÉES PAR LA VILLE DE PARIS À L’OCCASION DU MARIAGE DE MONSEIGNEUR LE DAUPHIN AVEC MARIE-THÉRÈSE D’ESPAGNE, LES 23 ET 26 FÉVRIER MDCCXLV. [PARIS, FRANÇOIS BLONDEL ET VEUVE CHEREAU, 1751.]
AN EXCEEDINGLY PRECIOUS FIRST EDITION OF THE MOST FAMOUS "LIVRE DE FÊTES" OF THE 18TH CENTURY. IT RECORDS THE 1745 CELEBRATIONS OF THE MARRIAGE OF THE SON OF KING LOUIS XV, THE DAUPHIN AND THE INFANTA OF SPAIN ; A FINE COPY IN A GOLD-TOOLED BINDING SIGNED ANTOINE-MICHEL PADELOUP FOR MADAME VICTOIRE, LOUIS XV’S DAUGHTER AND BEARING HER COAT-OF-ARMS.
Estimate
30,00050,000
LOT SOLD. 118,750 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

La Collection Ribes II

|
Paris

[Livre de Fêtes]
FÊTES PUBLIQUES DONNÉES PAR LA VILLE DE PARIS À L’OCCASION DU MARIAGE DE MONSEIGNEUR LE DAUPHIN AVEC MARIE-THÉRÈSE D’ESPAGNE, LES 23 ET 26 FÉVRIER MDCCXLV. [PARIS, FRANÇOIS BLONDEL ET VEUVE CHEREAU, 1751.]
AN EXCEEDINGLY PRECIOUS FIRST EDITION OF THE MOST FAMOUS "LIVRE DE FÊTES" OF THE 18TH CENTURY. IT RECORDS THE 1745 CELEBRATIONS OF THE MARRIAGE OF THE SON OF KING LOUIS XV, THE DAUPHIN AND THE INFANTA OF SPAIN ; A FINE COPY IN A GOLD-TOOLED BINDING SIGNED ANTOINE-MICHEL PADELOUP FOR MADAME VICTOIRE, LOUIS XV’S DAUGHTER AND BEARING HER COAT-OF-ARMS.
Grand in-folio (625 x 743 mm). Maroquin rouge, plats ornés d’une large bordure rocaille composée de plusieurs plaques, armes mosaïquées de Madame Victoire au centre des plats (OHR 2514, fer n°4), dos à nerfs orné d’une palette à motif floral, de fleurs de lys et du chiffre royal couronnés, tranches dorées (Padeloup, avec son étiquette en pied du titre).
Coiffes discrètement restaurées. Déchirure anciennement restaurée à une planche.

Très précieux exemplaire, somptueusement enluminé à l’époque et relié pour Madame Victoire, quatrième fille de Louis XV.

Édition originale de ce bel ouvrage, entièrement gravé, commémorant le mariage du Dauphin, fils aîné de Louis XV, avec l’infante Marie-Thérèse d’Espagne.

Le volume ne fut mis en circulation qu'en 1751, en même temps que celui consacré au second mariage du Dauphin, en 1747, avec Marie-Josèphe de Saxe.

Il est illustré d’un titre gravé d’après Eisen par Delafosse, d’un frontispice allégorique gravé par Le Bas d’après Charles Hutin avec texte explicatif gravé, de 15 grandes planches (dont 8 doubles), de 4 planches d’architecture (dont 2 doubles) avec cartouches ornés, d’un grand cul-de-lampe et de 18 pages de texte gravé dans un bel encadrement historié. Les grandes planches ont été gravées par Cochin père et fils d’après les dessins de l’architecte Jacques-François Blondel. Architecte du roi, ce dernier consacre dans son Cours d’architecture (1771) un chapitre aux édifices élevés à l’occasion des fêtes publiques soulignant la "célérité incroyable" de leur exécution  et regrettant que "ces monuments n’aient existé que peu de temps" (t. II, p. 273).

Les fêtes organisées par la ville de Paris rivalisèrent de magnificence et d’exubérance. D’éblouissantes constructions éphémères, témoignages saisissants de l’inventivité foisonnante des artistes, furent élevées dans de nombreuses rues et places de la capitale.

Quelques exemplaires ont été aquarellés à l’époque pour le roi et sa famille et magnifiquement reliés par Antoine-Michel Padeloup (1685-1758), relieur du roi, qui, pour les reliures de commande, avait créé un jeu de plaques où alternent cartouches chantournés, ornements en ailes de chauve-souris et cornes d’abondance.

Les exemplaires de provenance royale sont d’une grande rareté.

On peut citer celui de Louis XV, conservé à la bibliothèque municipale de Versailles [Rés. Grand in-folio, I 193d] qui figura dans la vente Beckford (Sotheby’s, 13 juillet 1882, lot 3002) et celui de Madame Adélaïde (cité par Cohen), acquis par Edmond de Rothschild qui l’offrit au Louvre en 1935, et aujourd’hui conservé au Cabinet des dessins (ML 198R).


Read Condition Report Read Condition Report

Provenance

Victoire de France, dite Madame Victoire (armoiries).

Literature

Cohen, 392-393 (exemplaire cité. Cohen cite également celui de Madame Adélaïde comme provenant de la vente Hamilton, mais nous ne l’avons pas retrouvé dans le catalogue). – E. Quentin Bauchart, Les Femmes bibliophiles, 1886, II, n° 37, p. 164 ("Très bel exemplaire dont le titre, les bordures et les planches ont été gouachées avec le plus grand soin"). -- Bulletin Morgand, novembre 1884, n° 9219 ("Exemplaire unique, richement orné et magnifiquement relié pour être présenté à Madame Victoire, sœur du Dauphin").

La Collection Ribes II

|
Paris