6
6
Pendentif Hei Tiki, Maori, Nouvelle-Zélande
MAORI HEI TIKI PENDANT, NEW ZEALAND
Estimate
60,00080,000
LOT SOLD. 75,000 EUR
JUMP TO LOT
6
Pendentif Hei Tiki, Maori, Nouvelle-Zélande
MAORI HEI TIKI PENDANT, NEW ZEALAND
Estimate
60,00080,000
LOT SOLD. 75,000 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Oceania

|
Paris

Pendentif Hei Tiki, Maori, Nouvelle-Zélande
MAORI HEI TIKI PENDANT, NEW ZEALAND

Provenance

Collection Harry Geoffrey Beasley (1881-1939), Londres
Ralph Nash, Londres / Cannes
Collection Comte Baudoin de Grunne, Bruxelles
Sotheby’s, Paris, 3 décembre 2004, n° 31
Collection privée européenne, acquis lors de cette vente

Exhibited

Galerie Kamer, Paris, Arts d'Océanie, 1996

Literature

Claerhout, Arts primitifs d'Afrique et d'Oceanie, 1971, n° 63
Kamer, Arts d'Océanie, 1996, n° 14
Guimiot, Regards sur une Collection, Bruxelles, 1995, n° 59

Catalogue Note

Parmi les noms des collectionneurs qui ont marqué la découverte et la reconnaissance des arts d’Océanie, celui d’Harry Geoffrey Beasley (1881-1939) résonne comme l’un des plus prestigieux. La première moitié du XXe siècle, avec l’apparition sur le marché d’une multitude d’objets collectés à partir du XVIIIsiècle par des missionnaires, des voyageurs et des officiers coloniaux, fut un véritable âge d’or pour les collectionneurs britanniques d’art océanien, comme le confirme l’entrée de ce superbe hei tiki dans la collection Beasley à cette période.

Si les pendentifs en néphrite hei tiki étaient autrefois portés - suspendus au cou - indifféremment par les hommes et les femmes, ils étaient réservés à l'usage exclusif des personnages de haut rang. Leur important pouvoir (mana) se renforçait à chaque transmission de génération. Au sein du corpus, ce hei tiki aux proportions imposantes se distingue par la très belle ampleur de son corps et par la qualité de la néphrite (pounamu). La tension des courbes et des contre-courbes est accentuée par les plans inclinés où apparaissent encore les traces des outils traditionnels. S'ajoutent l'ancienneté et l'utilisation prolongée de ce hei tiki, attestées par le deuxième trou percé au sommet de la tête, le premier ayant été usé par le portage. Associant subtilement l’art de la parure et la manifestation du pouvoir, ce pendentif hei tiki est un éloquent témoignage du raffinement et de la complexité de la culture Maori.

Among collectors who have furthered the discovery and recognition of Oceanic arts, the name Harry Geoffrey Beasley (1881-1939) rings out as one of the most prestigious. In the early 20th century, the market was suddenly flooded with a multitude of objects collected by missionaries, travellers and colonial officers from the 18th century onwards. It was a golden age for British collectors of Oceanic art, as is attested by this superb hei tiki entering the Beasley collection during this period.

Although nephrite hei tiki pendants were once worn round the neck by men and women alike, they were reserved for the exclusive use of high-ranking people. Their momentous power (mana) grew stronger with each transmission from one generation to the next. Within the corpus, this large hei tiki stands out for the very beautiful breadth of its body and for the quality of the nephrite (pounamu). The tension of the curves and counter-curves is enhanced by the inclined planes where traces left by traditional tools still appear. In addition, the age and prolonged use of this hei tiki is evidenced by the second hole drilled atop the head - the original one having been worn out from carrying. Subtly combining the art of adornment and a manifestation of power, this hei tiki pendant is an eloquent testament to the refinement and complexity of Maori culture.

Oceania

|
Paris