74
74
Tinan, Jean de
CAHIERS [D'AURÉLIEN]. JOURNAL INTIME, MANUSCRIT AUTOGRAPHE. JANVIER-AVRIL, ET OCTOBRE 1893.
Estimate
3,0005,000
LOT SOLD. 5,625 EUR
JUMP TO LOT
74
Tinan, Jean de
CAHIERS [D'AURÉLIEN]. JOURNAL INTIME, MANUSCRIT AUTOGRAPHE. JANVIER-AVRIL, ET OCTOBRE 1893.
Estimate
3,0005,000
LOT SOLD. 5,625 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Livres et Manuscrits

|
Paris

Tinan, Jean de
CAHIERS [D'AURÉLIEN]. JOURNAL INTIME, MANUSCRIT AUTOGRAPHE. JANVIER-AVRIL, ET OCTOBRE 1893.
90 p. petit in-4, à l'encre noire, dont 3 feuillets de titres, en un volume in-4 (240 x 210 mm). Demi-chagrin noir, dos lisse orné de fleurons et pointillés dorés, titre et tête de mort dorés (Reliure de l’époque).
Légers frottements. Découpe à mi-page au feuillet numéroté 58.

Précieux journal intime, inédit et inconnu, datant de l’année des 19 ans de Tinan. Titré sur le dos de la reliure Cahiers d'Aurélien, du nom de la Villa Aurélienne, bâtie en 1889 et devenue le propriété de Mme Eric Lepel-Cointet.

Débutant ces pages le 27 janvier, Jean de Tinan y parle de ses lectures : Maurice Barrès, Paul Adam, Oscar Wilde, Stéphane Mallarmé ("je devrais (!?) aimer M. davantage"), André Gide entre autres. Il évoque son coup de foudre pour le travail de Fabre d’Olivet à qui il doit "la seule FOI dont je sois à peu près sûr : la foi en un éternel devenir". A côté des raisons qui le conduisent à se présenter à l’Institut National Agronomique de Montpellier, du récit de ses problèmes de santé, de ses goûts artistiques (il s’offre une eau-forte de Rops), des éléments plus intimes sont rapportés dans ces pages : relations de Tinan avec ses parents, hésitations sentimentales. Le jeune homme prône la continence, valorise la tendresse et souhaite n’aimer qu’à mi-cœur, c’est-à-dire avoir des amies plutôt que des amantes, considérant la femme comme "un instrument merveilleux mais dangereux". Les second et troisième cahiers sont rédigés lors d’un séjour, en compagnie de sa mère, chez Marie Lepel-Cointet au château Aurélien, près de Fréjus. Tinan livre ses impressions sur les paysages qui l’entourent, dresse la liste des nombreuses lectures qu’il peut faire grâce à la grande bibliothèque de la propriété des Lepel-Cointet, s’adonne à de longues réflexions philosophiques, éthiques et métaphysiques. Il définit pour lui-même une méthode pour "vivre" : "I. Quand ? : Présent. II. Où ? Au lieu où notre personnalité peut atteindre sa perfection et de ne renoncer en rien. III. Comment ? En agissant dans le sens de la nature et en n’aidant jamais au triomphe de volontés particulières liguées pour des fins particulières".

Les derniers feuillets, non numérotés, sont datés du mois d’octobre après relecture des pages précédentes et le jeune homme s’exclame : "Comme j’ai changé. Comme je me suis desséché. Ah tous ces enthousiasmes naïfs ! […] Pourquoi ai-je tant changé ? Est-ce par ce que j’ai lu ? Je ne crois pas. Serait-ce de ce que j’ai aimé ? Et d’abord ai-je aimé. […] Maintenant mes vieux cahiers au revoir à vous trois d’abord – puis même à ceux de ces six derniers mois -- La vie m’apparaît autre -- Je vois un but : l’atteindrai-je ?". Et après avoir énoncé quelques résolutions (éviter le dessèchement, ne pas attacher trop d’importance à l’opinion des autres, mentir le moins possible, ne pas perdre de temps), et jugé que ses premiers essais d’écriture sont plus originaux en prose qu’en vers, il conclut : "Mais c’est l’Ecriture qui n’est pas à la hauteur".

Inédit, ce journal précède celui des années 1894-1895 édité récemment. Il est est totalement inconnu de J.-P. Goujon, et s'ajoute à la liste des quatre journaux que le biographe a recensés, et les précède tous (Goujon, p. 38-40).

Provenance : Marie Lepel-Cointet, relié pour elle (voir lot 75).

Références : Jean de Tinan, Journal intime, 1894-1895, éd. de J.-P. Goujon, Bartillat, 2015. -- J.-P. Goujon, Jean de Tinan, biographie, Bartillat, 2016.


Read Condition Report Read Condition Report

Livres et Manuscrits

|
Paris