28
28
Piranesi, Giambattista
VEDUTE DI ROMA DISEGNATE ED INCISE DA GIAMBATTISTA PIRANESI ARCHITETTO VENEZIANO. [ROME, 1748-1775].
Estimate
50,00080,000
LOT SOLD. 110,000 EUR
JUMP TO LOT
28
Piranesi, Giambattista
VEDUTE DI ROMA DISEGNATE ED INCISE DA GIAMBATTISTA PIRANESI ARCHITETTO VENEZIANO. [ROME, 1748-1775].
Estimate
50,00080,000
LOT SOLD. 110,000 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Livres et Manuscrits

|
Paris

Piranesi, Giambattista
VEDUTE DI ROMA DISEGNATE ED INCISE DA GIAMBATTISTA PIRANESI ARCHITETTO VENEZIANO. [ROME, 1748-1775].
2 volumes in-folio (t. I : 515 x 405 mm avec onglets ; t. II : 525 x 405 mm avec onglets). Veau marbré, doubles filets et fleurons dans les entrenerfs, pièces de titre de maroquin rouge (au t. I : Vues de Rome ; au t. II : Piranesi Architectu[s]), tranches rouges (Reliure française de l’époque). Quelques onglets sont constitués de chutes de gravures signées Cochin.
La Veduta della Gran Piazza e Basilica di S. Pietro (H.101)  a été remplacée par la Veduta dell’insigne Basilica Vaticana coll’ ampio Portico, e Piazza adjacente (H.120). Charnière fendillée, coins légèrement frottés, coiffes retouchées.

I : Trou de vers s'élargissant quelquefois en petite galerie sur les onglets, atteignant les 32 premières gravures et 6 gravures à la fin. Quelques rousseurs marginales dans les derniers feuillets.
T. II : Petite galerie de vers dans la marge supérieure des 40 premières gravures. Minimes trous dans la marge inférieure du premier tiers du volume (s’élargissant en galerie sur les gardes et sur la troisième gravure). 
Galerie dans les onglets des toutes dernières planches, sans atteinte aux gravures.

Les deux volumes, bien que différant d’un centimètre dans la hauteur, sont d’une parfaite homogénéité.

Collation : Tome I : Catalogo delle opere, titre Vedute di Roma, et 55 gravures de vues. – Tome II : Frontispice (à la statue de Minerve) et 49 gravures de vues. -- Au total : 107 gravures.

Les Vues de Rome furent gravées par Piranesi sur une très longue période s'étendant du début des annnées 1740 jusqu'à sa mort en 1778, puis poursuivies par son fils Francesco. Vendues à l'unité, elles pouvaient aussi être réunies en recueil, avec un titre général et l’index (Catalogo) mis à jour par Piranesi au fur et à mesure qu'il enrichissait son œuvre.

Alimentées des productions de Piranesi au fur et à mesure qu'il les gravait, les Vedute contenaient des planches en états divers, selon ses stocks au moment de la mise en recueil : premiers tirages pour les planches les plus récentes, retirages les plus récents pour les plus anciennes, avec les modifications qu'y apportait inlassablement Piranesi.
Les suites des Vedute assemblées et reliées à l'époque ayant survécu jusqu’aujourd’hui sont d'une extrême rareté.

Rarissime avec 107 planches tirées à Rome du vivant de Piranèse, entre 1760 et 1773, et relié à l’époque.

50 gravures sont en premier tirage.

En tête, le très rare Catalogo delle opere datte finora alla luce, table gravée des ouvrages et des planches de Piranèse, gravée par lui-même et mise à jour au fur et à mesure de ses productions, est ici dans l’état 11 (Hind, p. 6), vers 1773, listant 107 planches.

Le Vedute di Roma à cette date ne comprennent en réalité que 106 planches,  la dernière planche annoncée,  « Dell’arco di Benevento », ne sera gravée qu’en 1778 et publiée en 1780.

Dans cet exemplaire, la planche 101, Veduta della Gran Piazza e Basilica di S. Pietro, a été remplacée par une autre vue de la basilique, la célèbre vue cavalière de Saint-Pierre : Veduta dell’ insigne Basilica Vaticana coll’ ampio Portico, e Piazza adjacente, (H.120), qui venait sans doute juste de paraître (1775).
On peut imaginer que l’ensemble fut relié immédiatement après la parution de cette vue, la plus tardive du recueil. Elle est ici reliée en tête du tome I.

Le titre et le frontispice à la statue de Minerve ont été placés respectivement en tête du tome I et du tome II.

Toutes les gravures sont tirées sur papier vergé très fort, homogène tout au long du volume. Toutes sont signées de Piranèse (signatures Piranesi, Cavaliere Piranesi, ou Piranesi Architetto). 63 d’entre elles portent son adresse Strada Felice nel Palazzo Tomati et le prix a paoli due e mezzo, marque des tirages romains les plus anciens, parfois déjà retravaillées par Piranèse. Les autres, portant la signature seule, sont antérieures à cet état.
Si l’on s’appuie sur la numérotation chronologique donnée par Hind, on constate que les planches conçues entre 1748 et 1760 sont ici dans leur dernier tirage romain (planches H-1 à H.59), tandis qu’à partir de 1761 et jusqu’en 1773, les gravures du recueil sont toutes en premier état (planches H-60 à H-106, et H-120).

Les gravures portent toutes des filigranes italiens à la fleur de lys, cerclés d’un ou de deux filets, dans les divers états décrits par Hind (Giovanni Battista Piranesi, A critical study, 1922, filigranes 1 à 3) et Robison (Piranesi, A Catalogue raisonné of the etchings, 1986, filigranes 1-46).

Il est encore de nos jours très difficile d’établir avec certitude la chronologie et même le nombre des différents états des gravures des Vedute di Roma. Hind n’a visiblement pas connu certains états antérieurs à ceux qu’il nomme "première édition parisienne" (1800-1807), dont plusieurs se trouvent ici. Robison reproduit quant à lui 46 variations de filigranes à la fleur de lys (utilisées pour les Vedute entre 1743 et ca. 1790), pour des marques qu’il est souvent très difficile de trouver sous les encrages, au point qu’il n’est parfois possible de les distinguer qu’au léger foulage qu’elles ont créé sur le verso des planches. Enfin, en plus de la difficulté de distinguer les variations des tirages retravaillés, Piranèse faisait parfois usage de ses stocks de papier ancien. La datation des tirages d’après les filigranes est donc très incertaine. En conclusion, seules les particularités matérielles des exemplaires (provenance, date de reliure) permettent de fixer avec certitude des termini ante quem.
Ici, la présence du Catalogo de 1773, les signatures et adresses des gravures, et le style de la reliure, permettent de dater les tirages du recueil entre 1760 et 1773. Seule une gravure leur est postérieure, la vue cavalière, gravée en 1775.
Acquises à Rome, elles furent classées et reliées en France, strictement à l’époque, probablement même avant la mort de Piranèse en 1778.

(Liste des gravures et états sur demande).

Arthur Hind, p. 38-70. – Andrew Robison, p. 215-224. – Wilton-Ely, Piranèse, les vues de Rome, les prisons, p. 25-44 et 136.


Read Condition Report Read Condition Report

Livres et Manuscrits

|
Paris