325
325
Sand, George
PAYSAGE BOISÉ AVEC BRAS D’EAU. AQUARELLE ORIGINALE AVEC REHAUTS DE GOUACHE, TECHNIQUE DE LA DENDRITE, SIGNÉE ET DATÉE EN BAS AU MILIEU : G. SAND 1875. 150 X 230 MM, SOUS MARIE-LOUISE ET CADRE DE BOIS.
Estimate
4,0006,000
LOT SOLD. 8,750 EUR
JUMP TO LOT
325
Sand, George
PAYSAGE BOISÉ AVEC BRAS D’EAU. AQUARELLE ORIGINALE AVEC REHAUTS DE GOUACHE, TECHNIQUE DE LA DENDRITE, SIGNÉE ET DATÉE EN BAS AU MILIEU : G. SAND 1875. 150 X 230 MM, SOUS MARIE-LOUISE ET CADRE DE BOIS.
Estimate
4,0006,000
LOT SOLD. 8,750 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Bibliothèque Romantique R. & B. L.

|
Paris

Sand, George
PAYSAGE BOISÉ AVEC BRAS D’EAU. AQUARELLE ORIGINALE AVEC REHAUTS DE GOUACHE, TECHNIQUE DE LA DENDRITE, SIGNÉE ET DATÉE EN BAS AU MILIEU : G. SAND 1875. 150 X 230 MM, SOUS MARIE-LOUISE ET CADRE DE BOIS.
TRES JOLIE DENDRITE ORIGINALE DE GEORGE SAND (1804-1876), figurant un paysage champêtre.

George Sand dessinatrice.

Ayant envisagé de faire du dessin sa profession lorsqu’elle s’installe à Paris en 1830, George Sand ne cessera jamais de dessiner. Dans les années 1860, elle invente la technique de la dendrite ou « aquarelle à l’écrasage » et réalise plusieurs paysages dans le genre de celui-ci : en appliquant de l’aquarelle sur une feuille, qu’elle écrase, encore humide, avec une autre, elle obtient des formes aléatoires qu’elle retouche ensuite à l’aquarelle et à la gouache.

George Sand mentionna pour la première fois cette activité comme un « amusement » dans une lettre datée du 7 février 1874. La feuille supérieure une fois retirée, on obtient une tache étalée et de forme aléatoire, dont la surface présente des ramifications et des arborescences, par diffusion du liquide dans le papier. Pour la couleur George Sand part du bleu, du brun, et toujours du vert. L’aspect du produit brut évoque une texture végétale, avec de fines nervures, comme les empreintes fossiles sur une matière minérale, ce qui est selon Littré la définition de la dendrite (« pierre arborisée », qui représente des arbres), ou encore une éponge, plus mousseuse. [...] Elle redessine à la plume ou au crayon des contours pour accuser les formes, du moins celles qu’elle a choisi de mettre en valeur ; elle utilise la réserve blanche du papier pour compléter par d’autres éléments de paysage, à l’aquarelle parfois rehaussée de gouache. Cette technique demande un véritable apprentissage [...] (Nicole Savy, « Le minéral et le végétal. Les dendrites de George Sand, ou comment « faire de la nature », in Fleurs et jardins dans l’oeuvre de George Sand, 2006, pp. 447-454).

TRES RARE SIGNEE.


Read Condition Report Read Condition Report

Bibliothèque Romantique R. & B. L.

|
Paris