272
272
Mérimée, Prosper
LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE, ILLUSTRÉE, A LA MARÉCHALE REGNAUD DE SAINT-JEAN D'ANGÉLY, DATÉE CANNES 9 AVRIL [1870], 4 PAGES IN-8 (207 X 134 MM), AVEC SUR LA 3E UNE AQUARELLE ORIGINALE REPRÉSENTANT UN IRIS, TRACES DE PLIURES, SOUS CHEMISE DEMI-MAROQUIN NOIR MODERNE.
Estimate
1,2001,800
LOT SOLD. 2,750 EUR
JUMP TO LOT
272
Mérimée, Prosper
LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE, ILLUSTRÉE, A LA MARÉCHALE REGNAUD DE SAINT-JEAN D'ANGÉLY, DATÉE CANNES 9 AVRIL [1870], 4 PAGES IN-8 (207 X 134 MM), AVEC SUR LA 3E UNE AQUARELLE ORIGINALE REPRÉSENTANT UN IRIS, TRACES DE PLIURES, SOUS CHEMISE DEMI-MAROQUIN NOIR MODERNE.
Estimate
1,2001,800
LOT SOLD. 2,750 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Bibliothèque Romantique R. & B. L.

|
Paris

Mérimée, Prosper
LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE, ILLUSTRÉE, A LA MARÉCHALE REGNAUD DE SAINT-JEAN D'ANGÉLY, DATÉE CANNES 9 AVRIL [1870], 4 PAGES IN-8 (207 X 134 MM), AVEC SUR LA 3E UNE AQUARELLE ORIGINALE REPRÉSENTANT UN IRIS, TRACES DE PLIURES, SOUS CHEMISE DEMI-MAROQUIN NOIR MODERNE.
LETTRE ÉCRITE QUELQUES MOIS AVANT SA MORT, ILLUSTRÉE PAR LUI D’UN MAGNIFIQUE IRIS REHAUSSÉ A L’AQUARELLE.

Anne-Angélique Ruby avait épousé en secondes noces le maréchal comte Regnaud de Saint-Jean d'Angély qui mourut en février 1870.

Cette lettre date de la toute dernière partie de la vie de Mérimée, durant laquelle celui-ci, malade, faisait de longs séjours à Cannes, où il mourra cinq mois plus tard, en septembre 1870. Il est heureux d'avoir des nouvelles de sa correspondante, qui avait quitté Cannes pour Paris. Il se plaint du temps : ... aujourd'hui il pleut et je n'aperçois pas les ïles [de Lérins] de ma fenêtre. Assurément il y a des révolutions atmosphériques comme il y en a de politiques, et je suis une des victimes des premières. Ce mauvais temps le fatigue beaucoup : Je commence à désespérer de pouvoir retourner à Paris. Mais le printemps fait pousser les fleurs : J'ai reçu un iris magnifique, gris de lin rayé de rouge foncé ; avec trois calyces (?) marron foncé. Je n'avais jamais vu fleur si grande et si étrange. En voici une illustration. Il ira dès que possible, ou enverra des amis, à la chasse aux fleurs et lui expédiera une petite boîte d’échantillons. Il continue en véritable naturaliste : Connaissez-vous une plante parasite qui pousse sur les racines du ciste et qui ressemble à une grosse fraise ? Je crois que dans quelques jours je pourrai m'en procurer. Je ne l'ai jamais vue que dans ce pays-ci... On l'appelle je crois Cirrhinus hypocistus.

Correspondance, édition de M. Parturier, t. XV, n°4740 (avec une phrase omise).

Petites déchirures aux pliures.


Read Condition Report Read Condition Report

Bibliothèque Romantique R. & B. L.

|
Paris