160
160
Desbordes-Valmore, Marceline
POÉSIES. TROISIÈME ÉDITION, REVUE, CORRIGÉE ET AUGMENTÉE. PARIS, THÉOPHILE GRANDIN, 1822. IN-12, VEAU FAUVE, ROULETTE FLORALE, DOS LISSE ORNÉ, PIÈCE DE TITRE ROUGE, NON ROGNÉ (RELIURE DE L’ÉPOQUE).
Estimate
3,0004,000
LOT SOLD. 6,875 EUR
JUMP TO LOT
160
Desbordes-Valmore, Marceline
POÉSIES. TROISIÈME ÉDITION, REVUE, CORRIGÉE ET AUGMENTÉE. PARIS, THÉOPHILE GRANDIN, 1822. IN-12, VEAU FAUVE, ROULETTE FLORALE, DOS LISSE ORNÉ, PIÈCE DE TITRE ROUGE, NON ROGNÉ (RELIURE DE L’ÉPOQUE).
Estimate
3,0004,000
LOT SOLD. 6,875 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Bibliothèque Romantique R. & B. L.

|
Paris

Desbordes-Valmore, Marceline
POÉSIES. TROISIÈME ÉDITION, REVUE, CORRIGÉE ET AUGMENTÉE. PARIS, THÉOPHILE GRANDIN, 1822. IN-12, VEAU FAUVE, ROULETTE FLORALE, DOS LISSE ORNÉ, PIÈCE DE TITRE ROUGE, NON ROGNÉ (RELIURE DE L’ÉPOQUE).
Édition en partie originale, augmentée de 16 poèmes inédits. Elle est ornée de 4 figures gravées d’après Chasselat.

CET EXEMPLAIRE EXCEPTIONNEL EST CELUI DU PEINTRE CONSTANT DESBORDES (1761-1827), l’oncle de Marceline. Après avoir étudié la peinture à Paris, il établit son atelier dans un ancien couvent de Capucins et collabora avec Girodet et Gérard. Marceline le surnommait « Monsieur Léonard », nom qu’elle lui donne dans l’un de ses grands romans, L’Atelier d’un peintre. Elle l’aimait beaucoup et, après sa mort, elle écrivit sur lui quelques pages inoubliables.

A la p. 109, deux vers ont été ajoutés au crayon par Marceline desbordes-Valmore, et les vers 19 et 20 de la page suivante ont été rayés.

A la fin de l’exemplaire sont reliés :

— 13 POEMES AUTOGRAPHES INÉDITS, dont deux sont datés de 1820 et 1822, sur 19 feuillets de papier bleu : Stances ou Point d’adieu – Blingar ou le crieur du Rhône – Une Reine – Le Fleuve imité de M. Moore – À Mademoiselle Mars – Le Reproche – C’est moi – Amour sans félicité – Le Rêve de mon enfant – Le Cauchemar – Élégie à ma soeur – La Veillée du Nègre – Idylle ou la visite au hameau.

— UNE LETTRE SIGNÉE ADRESSÉE A SON ONCLE, datée de Lyon, le 9 novembre 1822 (un feuillet) : C'est pour vous, mon oncle, que j’ai transcrit tout ce qui a passé dans mon esprit depuis notre séparation. Ces deux années ont laissé bien peu de chose pour balancer ce quelles [sic] ont eu de triste. Quand je considère comme la vie est rapide, je suis pénétrée envers vous d’un vif sentiment de reconnaissance, car vous avez passé bien des moments de la votre à m’aimer, à me plaindre, et à vous oublier pour moi. Que faire pour vous rendre ce qu’il m’est doux de vous devoir ? Y rêver comme je fais souvent, et confondre votre souvenir avec celui de mon père si bon, si indulgent pour Marceline sa fille, Votre nièce et votre amie.

Ces 13 poèmes inédits furent copiés entre 1820 et 1822 par Marceline pour son oncle, puis réunis plus tard dans l’édition des Poésies de 1825.

Manque le titre gravé. Mouillure claire à l’angle de quelques feuillets. Minime restauration à un mors.


Read Condition Report Read Condition Report

Bibliothèque Romantique R. & B. L.

|
Paris