Lot 8
  • 8

Statuette en ivoire, Lega, République Démocratique du Congo

Estimate
15,000 - 20,000 EUR
Sold
42,300 EUR
bidding is closed

Description

  • Lega
  • Statuette en ivoire
  • elephant ivory (Loxondonta Africana)

Provenance

Collecté in situ par l’administrateur territorial Raymond Hombert, entre 1924 et 1930
Collection Tom Hombert, Bruxelles
Collection Alexis Bonew, Bruxelles, acquis en 1969

Literature

Bonew, "Patines", Connaissance des Arts, supplément Benelux, n° 5, mars 1974, p. XI

Catalogue Note

"La lumière est amenée à traverser ce feuilleté translucide. En même temps que le ponçage libère les tons rouge orangé, une des splendeurs de ce travail, les émulsions successives, sources de transparence, ont aussi valeur de glacis [...]. Ce 'velouté en profondeur'  [s'apparente] au savoir-faire des maîtres anciens de la peinture occidentale : les 'Primitifs'." (Alexis Bonew à propos de cette œuvre, "Patines" in Connaissance des Arts, supplément Benelux, n° 5, mars 1974, p. XII). 

L'ivoire pétrifié par le temps, l'exceptionnelle patine brun rouge témoignant d'onctions cérémonielles de plusieurs générations d'initiés, la force de son individualité stylistique et la silhouette marquée par d'innombrables prélèvements rituels, manifestent le prodigieux archaïsme de cette œuvre et les vertus actives qui lui étaient conférées. 

Les statuettes en ivoire iginga sont la propriété individuelle et exclusive des initiés les plus haut gradés de l'association du Bwami, les lutumbo lwa kindi. Héritée d'un parent kindi après avoir été exposée sur sa tombe, elle touche au summum de l'initiation et intervient au cours de deux rituels spécifiques, éminemment secrets, se déroulant pour le premier au son de chants cryptiques, et le second dans le silence et la contemplation (Biebuyck, Lega. Ethique et Beauté au cœur de l'Afrique, 2002, p. 144). 

Chacune porte un nom spécifique, amplifié par l'aphorisme qui lui est associé, et illustre individuellement "des valeurs et des concepts liés à la philosophie morale, à une vision du monde, à la structure sociale [du Bwami"]" (idem). Cet iginga se distingue par le - très rare - port d'une calotte rappelant le couvre-chef tressé bwami qui constitue "l'objet personnel le plus important de tout initié (idem, p. 43) ; s'y ajoute la force exprimée dans la stature et les volumes rigoureusement architecturés, évoquant l'image du puissant Kalulu "le grand ancien qui a vu beaucoup d'objets d'initiation". Si l'absence d'information lors de sa collecte rend son interprétation spéculative, en revanche les très nombreux prélèvements attestent l'importance de ce sacrum et des vertus actives de son ancestrale force vitale. Voir Felix (White Gold, Black Hands, Ivory Sculpture in Congo, vol. 5, p. 260-261) pour d'autres sculptures montrant d'importantes traces de prélèvements, comme ingrédients médicinaux.   

Close