9
9
"Masque" en résine de copal, Lega, République Démocratique du Congo
LEGA COPAL RESIN 'MASK', DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO
Estimate
10,00015,000
LOT SOLD. 37,500 EUR
JUMP TO LOT
9
"Masque" en résine de copal, Lega, République Démocratique du Congo
LEGA COPAL RESIN 'MASK', DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO
Estimate
10,00015,000
LOT SOLD. 37,500 EUR
JUMP TO LOT

Details & Cataloguing

Affinités Electives : Alexis Bonew et les Arts du Congo

|
Paris

"Masque" en résine de copal, Lega, République Démocratique du Congo
LEGA COPAL RESIN 'MASK', DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO

Provenance

Collecté in situ par l’administrateur territorial Raymond Hombert, entre 1924 et 1930
Collection Tom Hombert, Bruxelles
Collection Alexis Bonew, Bruxelles, acquis vers 1971

Literature

Bonew, "Patines", Connaissance des Arts, supplément Benelux, n° 5, mars 1974, p. III

Catalogue Note

"Captive d'un cerne vermeil, une opalescence striée d'éclats au moindre frisson révèle ce météorite lunaire". Alexis Bonew ("Patines" in Connaissance des Arts, supplément Benelux, n° 5, mars 1974, p. XII) à propos de cette "goutte de lumière", archaïque tête ou masque en résine de copal dont nous ne connaissons aucun exemplaire comparable.

KASISI

Par Daniel Biebuyck

La signification et l’usage précis de ce masque, d'une insigne rareté, n’ont pas été identifiés dans le contexte du Bwami. Selon toute vraisemblance, cette œuvre constituait le symbole statutaire du gardien d’un panier associé au rituel kasisi. Cet initié du grade lutumbo lwa yananio du Bwami se distingue par ce « gage » certifiant, au nom d’une grande communauté d’initiés du grade yananio, sa prétention héréditaire au titre de gardien ancestral du kasisi.

Le panier kasisi est placé sous la garde de très rares initiés du grade yananio. Parmi les objets insolites qu'il contient figurent des statuettes anthropomorphes et zoomorphes aux formes élémentaires, parfois ouvragées dans l'argile d’un nid de termites ou dans les résurgences d’arbres morts, des modelages en résine ornés de piquants de porcs-épics, ou encore des molaires d'éléphants. Les éléments les plus importants du rite kasisi sont de gros cristaux rocheux (kalumbilumbi) et/ou des objets modelés dans une résine translucide (ibwagabwaga ; résine subfossile), conservés séparément par le gardien, dans un sac à bandoulière.

Tous ces objets sont montrés au candidat lors d'une cérémonie initiatique qui se déroule dans une hutte de forêt, lors d’une session nocturne ne faisant intervenir ni danse ni musique, ni chants ni mots, et dont l'atmosphère lugubre est produite par l'interaction de l'obscurité et de la lumière des torches de résine. Le marmonnement (manungunungu) des initiés reprend le motif tonal des aphorismes exprimant les codes sociaux et moraux des initiés du grade bami. Plus encore, ils font référence à des événements historiques des temps lointains, tels que : l’obtention de cristaux, lors de leur migration, auprès de groupes lega déjà installés (et toujours présents) aux abords de la montagne Ruwenzori, située aux confins du Congo et de l’Uganda ; la découverte dans la forêt tropicale d’une grande abondance d’arbres à résine (utilisée pour confectionner des torches, pour incruster des objets divers et pour modeler des figurines). Il est hautement significatif que ces objets portent le nom de mitume, "vieilles choses". 

Au cours des rites kasisi auxquels j'ai pu assister, au début des années 1950, dans huit différentes communautés rituelles, jamais je n'ai vu de masque en copal. En revanche j'ai pris note d'une coquille d'escargot géant (nkola) en résine. Tout comme les autres gardiens de panier yananio et kindi, son détenteur ne possède pas de masquette en bois lukwakongo, mais d’autres objets liés à son statut, conservés dans sa gibecière, dont vraisemblablement une masquette en résine, garante de son statut héréditaire. Ces « gages » personnels, qui ne sont pas destinés à être vus pendant les cérémonies, sont dévoilés dans le très grand secret à d’autres porteurs de kasisi, avant que ne débutent les rituels. 

Lega copal resin 'mask', Democratic Republic of the Congo

'Captive in a gilded ring, this lunar meteorite reveals an opalescence which glints with the slightest shiver'. Alexis Bonew on this 'drop of light', an archaic head or mask in copal resin, of which we know of no comparable example.

KASISI

By Daniel Biebuyck

The exact use and meaning of this extremely rare mask have not been identified in the bwami context. This masquette is probably the status symbol of the guardian of a basket linked with the kasisi ritual. He is an initiate of the lutumbo lwa yananio grade in bwami. For the other kasisi guardians, this token certifies his hereditary claim to ancestral guardianship of kasisi on behalf of a large community of yananio initiates.

The kasisi basket in the custody of rare yananio initiates, contains a number of unusual objects. They include: elementary molded or carved human and animal figurines in termite nest clay and in outgrowths of dead trees; resinous moldings adorned with porcupine quills; large aged elephant molars; and, in some groups, a hooded costume in beaten bark. The most important items of the kasisi rite are large rock crystals (kalumbilumbi) and/or large pieces of molded, translucent resin (ibwagabwaga; ?subfossil resin) kept separately in the guardian’s shoulderbag. All these objects are shown to the initiand in a forest shack during a nocturnal session in which no dance, music, songs, words occur, in an atmosphere of doom created by the interplay between darkness and the light of burning resin torches. The mumbling (manungunungu) of the initiates represents tonal patterns of aphorisms that express the social and moral codes of bami initiates and, more importantly, refer to remote historical events (e.g., the large rock crystals gathered by their ancestors when they passed the Ruwenzori mountain on the limits of Congo and Uganda; the resin torches recalling the ancestors’ arrival in the rain forest).It is noteworthy that these objects are called mitume (old things).

I witnessed kasisi rites in eight different ritual communities and never saw a copal mask, but I noted a nkola giant snail shell in resin. Like many other guardians of yananio- and kindi- related baskets, the kasisi guardian cannot hold the regular wooden lukwakongo masquette, but has other status-related objects. Hidden in his personal shoulderbag are some small resinous objects possibly including a resin masquette, proofs of his inherited guardianship. These personal tokens are not to be seen during the rites themselves, but are shown in great secrecy to other kasisi holders before the rites begin.

Affinités Electives : Alexis Bonew et les Arts du Congo

|
Paris