23
23
Cocteau, Jean
CAHIER DE 13 DESSINS ORIGINAUX AU CRAYON ET À L’ENCRE, AVEC LÉGENDES ET TEXTES AUTOGRAPHES, PORTANT SUR LA COUVERTURE L’INDICATION À JEAN * DE VIOLETTE * M.S.M. ET LA DATE TOULON 1931, EN TOUT 17 PAGES (318 X 240 MM) DANS UN CAHIER BROCHÉ, DEUX DES DESSINS SUR PAPIER CRISTAL, SOUS CHEMISE DEMI-MAROQUIN BLEU, ÉTUI.
前往
23
Cocteau, Jean
CAHIER DE 13 DESSINS ORIGINAUX AU CRAYON ET À L’ENCRE, AVEC LÉGENDES ET TEXTES AUTOGRAPHES, PORTANT SUR LA COUVERTURE L’INDICATION À JEAN * DE VIOLETTE * M.S.M. ET LA DATE TOULON 1931, EN TOUT 17 PAGES (318 X 240 MM) DANS UN CAHIER BROCHÉ, DEUX DES DESSINS SUR PAPIER CRISTAL, SOUS CHEMISE DEMI-MAROQUIN BLEU, ÉTUI.
前往

拍品詳情

Bibliothèque R. et B. L. Autographes et Manuscrits XIXe et XXe Siècles

|
巴黎

Cocteau, Jean
CAHIER DE 13 DESSINS ORIGINAUX AU CRAYON ET À L’ENCRE, AVEC LÉGENDES ET TEXTES AUTOGRAPHES, PORTANT SUR LA COUVERTURE L’INDICATION À JEAN * DE VIOLETTE * M.S.M. ET LA DATE TOULON 1931, EN TOUT 17 PAGES (318 X 240 MM) DANS UN CAHIER BROCHÉ, DEUX DES DESSINS SUR PAPIER CRISTAL, SOUS CHEMISE DEMI-MAROQUIN BLEU, ÉTUI.
Exceptionnel cahier de dessins exécutés à Toulon, durant l’été 1931, au cours des quarante jours de clinique auxquels Cocteau fut contraint par une grave fièvre paratyphoïde (un dessin porte cette précision : dans la grande chambre de la clinique).

Cocteau profita de ce séjour hospitalier pour dessiner des portraits de ses amis et connaissances, et pour jeter dans son cahier des notes éparses :
f. 1 r°. (couverture). Cocteau a modifié le logo du papetier Violette (une montgolfière) imprimé sur la couverture, en ajoutant des ailes et une nacelle à la montgolfière.
f. 1 v°. Annotations : Beaucoup de romanciers / tiennent de l’hypocrisie
f. 2 r°. (serpente en papier calque). Homme debout en patins à glace et brandissant un poignard.
f. 4 r°. Rollo [Myers ?] déguisé, avec la légende : Vous désirez ? (entrée dans la grande chambre où on fume) à droite Rollo déguisé imite Paolo Media.
f. 5 r°. Personnage de rêve dénudé, légendé : personnages du rêve de cette nuit (suite). Mais ce n’est pas Jeanjean (peur atroce). Cela devint un faux Anteil, un faune par Lifar, etc. Cette page décrit un rêve : l’apparition d’un être dénudé qui n’est pas Jean Desbordes (Jeanjean).
f. 6 r°. Anteil rentre du bain : je n’irai pas à la la répétition de Stravinsky. / Lifar était Massine.
f. 7 r°. Jean Bourgoint, en buste à la mode du XVIIIe siècle.
f. 8r°. Deux profils. Philippe / il posait pour un dessin qui ne lui ressemblait pas. / Cela venait de la salle à manger du patron de la Méditerranée, avec les tableaux d’après des arabes de carte postale.
f. 9 r°. La mère de Rollo (Elise).
f. 9 v°. Ma main de malade, avec le brouillon des paroles de la chanson Anna la Bonne, que Cocteau adaptera pour Marianne Oswald d’après la traduction de Poe par Mallarmé : Ah, Mademoiselle, Mademoiselle Annabel Lee, depuis / que vous êtes morte, combien Vous avez encore embelli.
f. 10 r°. La plus grande tristesse sur ce visage […] et ils osèrent (Galtier note). Pas de chance (toujours pas lui, un autre).
f. 11 r°. Michel Vieuchange, légendé : Pour avoir vu Smara, Michel Vieuchange… Il avait la jambe cassée / On savait que c’était Legrix (il essaye de faire la boule d’ambre gris). Explorateur mort à 26 ans en 1930, Vieuchange avait voulu découvrir Smara, une ville du Sahara occidental où nul européen n’avait mis les pieds ; son récit de voyage sera publié en 1932. Cocteau ne pouvait qu’être ému par ce talent trop tôt disparu, comme Radiguet en 1923.
f. 11 v°. Profil, légendé : dans la grande chambre B. de la clinique après la rencontre de Segria (?) sur le pont.
f. 12 v°. Sur une serpente en papier cristal, Cocteau commente un dessin absent : ici manque un dessin envoyé à l’exposition russe […] (réclamer).
f. 13 v°. Portrait.
f. 14 r°. (recto de la couverture). Tête de femme dans le style de la Renaissance italienne, ainsi commentée : Les actes dits poétiques (tombe à genoux, etc.) russes ou les italiens comme la tragédienne empoche le poète dans le temps par le seul fait vrai, humain, qu’elle est vieille.
f. 14 v°. Annotations : Denise rêve : Les jeunes gens du siècle dernier étaient des esthètes qui ne jugeaient pas céans [sic] d’appeler Mérimée Prosper et Gauthier [sic] Théophile. — Il en va des esprits larges comme des zouaves, dont la princesse [Violette Murat ?] me disait : on ne sait jamais ce qu’ils pensent.

Certains dessins possèdent une tonalité onirique un peu inquiétante, renforcée par des annotations : Personnages du rêve de cette nuit (suite). Famélique, la main de l’artiste rappelle la détresse du poète, affaibli par la drogue.

Ces dessins, souvent ombrés au crayon, appartiennent à la belle manière de Cocteau et peuvent faire penser aux dessins de la Renaissance.

Nous remercions Mme Annie Guédras d’avoir confirmé l’authenticité des dessins.


參閱狀況報告 參閱狀況報告

Bibliothèque R. et B. L. Autographes et Manuscrits XIXe et XXe Siècles

|
巴黎