72
前往
前往

拍品詳情

Livres et Manuscrits

|
巴黎

Zola, Émile
LE JOUR DES MORTS. MANUSCRIT AUTOGRAPHE SIGNÉ. [NOVEMBRE 1870 OU 1871 ?] 
5 p. ½ petit in-4 (155 x 200 mm), signées "Émile Zola", écrites à l’encre noire au recto uniquement, foliotées de 1 à 6. Nombreuses ratures et corrections.

Ce manuscrit peut être daté de novembre 1870 ou 1871, au moment du siège de Paris. Zola cite des événements survenus cette année-là, évoque Thiers, Pinard, Montretout, Gravelotte, Le Mans.

IMPORTANT ARTICLE FAVORABLE À "UNE FÊTE NATIONALE DES MORTS".

Zola regrette qu’un hommage particulier ne soit pas rendu aux morts pour la patrie : "J’avais rêvé, pour le 2 novembre, quelque grande cérémonie funèbre, un hommage public rendu à la mémoire de nos pauvres enfants morts pour la patrie […] Et quand le canon ne gronde pas en l’honneur des héroïsmes vainqueurs, il peut encore célébrer les martyrs du courage et du patriotisme […] Il eut fallu un deuil général mené par le gouvernement républicain".

Critique envers la politique : "Je suis allé au cimetière, et je n’ai vu couler que des larmes privées. La patrie était absente". Il déplore la façon dont le gouvernement républicain manifeste sa présence dans les cimetières : "Est ce que la République va avoir peur des morts, comme l’empire ? Ces sergents de ville, placés aux quatre coins des tombes, sont odieux. Au lieu d’une fête nationale, nous avons eu une manifestation policière".

"Les régimes changent, mais les sottises restent. À moins que ce coup de force ne vienne uniquement de l’autorité militaire, ce qui me soulagerait, car je serai vraiment désolé que M. Thiers fut pour quelque chose dans cette mise en scène de sergent de ville", et conclut avec force : "C’est la ville martyre [Paris], deux fois bombardée, qui a souffert la faim et la mort. Il suffit peut être de son deuil. Nous honorons nos morts dans la liberté conquise et dans la revanche du droit sur la force."


參閱狀況報告 參閱狀況報告

Livres et Manuscrits

|
巴黎