39
39
Goya y Lucientes, Francisco de
LOS DESASTRES DE LA GUERRA. MADRID, REALE ACADEMIA DE NOBLES ARTES DE SAN FERNANDO, 1863.
前往
39
Goya y Lucientes, Francisco de
LOS DESASTRES DE LA GUERRA. MADRID, REALE ACADEMIA DE NOBLES ARTES DE SAN FERNANDO, 1863.
前往

拍品詳情

Livres et Manuscrits

|
巴黎

Goya y Lucientes, Francisco de
LOS DESASTRES DE LA GUERRA. MADRID, REALE ACADEMIA DE NOBLES ARTES DE SAN FERNANDO, 1863.
In-folio oblong (238 x 335 mm). Un f. de titre lithographié par J. Aragon, un f. n.p. avec notice biographique imprimée recto-verso sur 2 colonnes, 80 planches gravées à l'eau-forte sur vélin fort, légendées et chiffrées. Demi-maroquin marron, dos à nerfs orné de filets dorés et à froid, plats de toile chagrinée (Reliure de l’époque). Conservé dans un emboîtage moderne.
Coins un peu émoussés, charnière du premier plat légèrement fatiguée, plats fanés.

Première édition, dans une reliure de l'époque.

Impression à quelques 500 exemplaires seulement. Papier vélin fort au filigrane "J.G.O." aux palmettes sur 15 planches. Second état.

Suite complète de 80 planches, gravées en sépia à l’eau-forte, lavis d'aquatinte, pointe-sèche et brunissoir, avec la lettre en espagnol, sur vélin fort.

Le cauchemar en images. Les scènes des Desastres retranscrivent les horreurs vécues par le peuple madrilène durant les guerres napoléoniennes de 1808-1814, en particulier la rébellion du 2 mai 1808 contre l'occupation française et la cruelle répression par le général Murat qui s’ensuivit. D'une grande éloquence, les planches de Goya montrent la détresse du peuple réprimé et la barbarie de leurs opposants sanguinaires : massacres, viols, fusillades, monceaux de cadavres, morts qu’on dépouille, populations pourchassées. Les dernières planches, à partir de la planche n° 65, changent quelque peu de ton, et proposent des scènes fantastiques ou oniriques rappelant les Caprichos. Sans doute les Desastres étaient-ils trop provocateurs, trop subversifs pour le public de l’époque : bien que Goya ait gravé ses Desastres entre 1810 et 1820, en dehors d’un tirage unique, aujourd’hui conservé au British Museum, il n’en fit aucun de son vivant ; la première édition ne se fit qu’en 1863.

Référence : Harris, III/1b, 121-200.


參閱狀況報告 參閱狀況報告

Livres et Manuscrits

|
巴黎