178
178
Prévert, Jacques -- Arletty
LES ENFANTS DU PARADIS. TAPUSCRIT AVEC ANNOTATIONS AUTOGRAPHES DE LA MAIN D’ARLETTY [1943-1944].
前往
178
Prévert, Jacques -- Arletty
LES ENFANTS DU PARADIS. TAPUSCRIT AVEC ANNOTATIONS AUTOGRAPHES DE LA MAIN D’ARLETTY [1943-1944].
前往

拍品詳情

Livres et Manuscrits

|
巴黎

Prévert, Jacques -- Arletty
LES ENFANTS DU PARADIS. TAPUSCRIT AVEC ANNOTATIONS AUTOGRAPHES DE LA MAIN D’ARLETTY [1943-1944].
201 p. (260 x 205 mm), agrafées, paginées [3]-204. Texte dactylographié au recto des feuillets, annotations d’Arletty au crayon au verso de 10 p., annotations manuscrites en français et en allemand, au crayon ou au stylo, par Isolde Heller.
Dos renforcé au papier collant, manque la p. 202, bords des 3 derniers feuillets effrangés, avec petit manque de texte à la p. 204.

Le tapuscrit d'Arletty du scénario de la première partie d’un des chefs-d’œuvre du cinéma français, annoté par elle.

"Paris est tout petit pour ceux qui s'aiment comme nous d'un aussi grand amour."

Script avec dialogues et découpage, en 577 plans, de la première époque du film, "Le Boulevard du Crime", qui se clôt sur l’arrestation du personnage de Garance, injustement accusée de vol. Arletty a recopié en regard de certains dialogues les lignes de son rôle, notamment dans les scènes avec le personnage de Frédérick Lemaître (interprété par Pierre Brasseur) ou dans celle de la rencontre avec le comte Edouard de Montray (Louis Salou). De plus, tout au long du tapuscrit, les interventions de la comédienne sont indiquées par un trait au crayon rouge.
Plus de 70 pages portent des notes manuscrites, en allemand et en français, de la main d’Isolde Heller qui a traduit certains mots ou expressions des dialogues.
On relève quelques variantes d’avec la version définitive du film, certains dialogues ayant été resserrés lors du tournage ou coupés au montage, par exemple lors de la première scène entre Garance et Frédérick, celui-ci se montrant bien plus bavard dans le scénario qu’à l’écran.

À la suite du succès des Visiteurs du soir en 1942, Marcel Carné et Jacques Prévert obtiennent de leur producteur carte blanche pour une sixième collaboration. Les Enfants du Paradis, écrit puis tourné sous l’Occupation de 1943 à 1945, avec plusieurs interruptions, connaît à sa sortie (alors qu’Arletty est en résidence surveillée, soupçonnée de fait de collaboration) un nouveau et immédiat succès qui ne se démentira jamais. Réunissant autour d’Arletty les grands acteurs de l’époque comme Jean-Louis Barrault, Maria Casarès, Pierre Brasseur ou Marcel Herrand, ce film, à l'apogée du réalisme poétique, bénéficie de la participation -- clandestine puisque tous deux étaient juifs -- du décorateur Alexandre Trauner et du compositeur Joseph Kosma. En mars 1959, Arletty, inoubliable Garance, accorde un entretien au journal Nous Deux, dans lequel elle évoque la période du tournage : "Les Enfants du Paradis, comme Les Visiteurs du Soir portent l’empreinte d’un grand amour. Un amour collectif […] Tout ce que nous faisons, nous le faisions avec amour. Carné, le tout premier, aimait ses interprètes, ses techniciens, ses figurants. Et tous le lui rendaient."

Provenance : offert par Arletty à Isolde Kücükkavas née Heller, étudiante allemande de l’Alliance française, hébergée entre 1959 et 1960 l'actrice rue Raynouard.


參閱狀況報告 參閱狀況報告

Livres et Manuscrits

|
巴黎