拍品 110
  • 110

MARGUERITE D'ANGOULÊME. L'HEPTAMERON... PARIS, GILLES ROBINOT, 1559. IN-4. MAROQUIN LAVALLIÈRE DU DÉBUT DU XVIIIE.

估價
8,000 - 12,000 EUR
已售出
12,500 EUR
招標截止

描述

  • L'Heptameron des nouvelles... Remis en son ordre, confus au paravant en sa premiere impression. Paris, Benoist Prevost pour Gilles Robinot, 1559.
In-4 (225 x 152 mm). Maroquin Lavallière, triple filet doré en encadrement, dos à nerfs orné, tranches dorées (Reliure du début du XVIIIe siècle). Marge supérieure légèrement atteinte par le couteau du relieur. Petites restaurations marginales au premier cahier sur 22 mm et pâle mouillure. Exemplaire lavé. Reliure légèrement tachée.  Collation : ã4 ē2, a-z4 A-Z4 Aa-Gg4. Soit 6 ff. n. ch., 210 pp. ch. (la dernière chiffrée 212, la pagination sautant de 192 à 195) et 1 f. n. ch. Séduisant exemplaire de cet ouvrage rare, considéré comme le Décameron français. Édition originale de l’Heptaméron, premier des romans français à l'italienne largement inspiré par Boccace. Cette édition, établissant le texte définitif, est ornée de grandes lettres historiées et de fleurons. Selon Le Petit, seuls "les exemplaires portant le nom de l'imprimeur Benoist Prevost" comportent un titre dans un encadrement style Renaissance. Un premier recueil de contes fut publié en 1558 par Pierre Boaistuau, sous le titre Histoires des amans fortunez. Il contenait seulement soixante-sept nouvelles "dans un désordre qui rompt le lien entre conte et débat" (Nicole Cazauran, En français dans le texte). Jeanne d'Albret, fille de Marguerite de Navarre et mère de Henri IV, à qui l’ouvrage est dédié, chargea Claude Gruget de remettre le texte "en plus bel ordre & disposition, que faict et observé n'a esté en la première impression dudict œuvre" (Privilège, Ggiii). Natif de Loches, Gruget avait été l’un des secrétaires de la reine de Navarre et traducteur de nombreux ouvrages grecs, italiens et espagnols. En 1559, il donna à ce recueil le titre d'Heptaméron, claire allusion à Boccace que la reine avait voulu imiter. La traduction en français du Décaméron, que Marguerite de Navarre avait commandé à Anthoine Le Macon (publiée à Paris chez Estienne Roffet en 1545) est en effet probablement à l’origine de cet ambitieux projet. Le récit s’articule en soixante-douze nouvelles regroupées sur huit jours, le dernier n’en comptant que deux. Claquemurés dans une abbaye en raison d’un violent orage, cinq hommes et cinq femmes devisent de l’amour pour passer le temps. L’ouvrage alterne contes et dialogues au cours desquels les devisants débattent des histoires qu’ils ont entendues.
Close