拍品 102
  • 102

LORRIS ET MEUNG. C'EST LE ROMANT DE LA ROSE.... PARIS [ENTRE 1503 ET 1511]. VEAU BRUN DU XVIIE SIÈCLE.

估價
10,000 - 15,000 EUR
已售出
11,875 EUR
招標截止

描述

  • C’est le romant de la rose Moralisie [sic] der et net Translate de rime en prose par vostre humble Molinet. Paris, Antoine Vérard, [entre 1503 et 1511 ?].
In-4 (249 x 180 mm).  Veau moucheté, double filet doré en encadrement, dos orné de fers dorés, tranches rouges mouchetées (Reliure du XVIIe siècle).Sans le dernier feuillet blanc gg8. Marge inférieure du premier feuillet restaurée. Restaurations dans les marges de l’avant-dernier feuillet, du feuillet ff6 à ggiii et du dernier feuillet. Ce dernier feuillet légèrement plus court dans la marge inférieure. Collation : a4 b-ff6 gg7 (manque gg8), soit 4 ff. n. ch. et 181 feuillets (le dernier blanc absent). Précieuse et rare édition gothique du Roman de la rose, livre phare de la littérature médiévale.   La plus belle des trois d’après la version en prose de Jean Molinet, la seule donnée par Vérard. Elle est imprimée en caractères gothiques sur deux colonnes de 42 lignes, avec grandes capitales imprimées, et illustrée d’un grand bois gravé sur le premier feuillet de texte (figurant l’auteur offrant son livre) et de 138 bois dans le texte (certains répétés) placés dans des encadrements architecturaux. La marque de l’imprimeur figure au verso du feuillet gg7 (colophon). Considéré comme l’un des plus brillants esprits de son temps, Jean Molinet (1435-1507) fut chroniqueur de la cour de Bourgogne et bibliothécaire de Marguerite d’Autriche. Souhaitant dépasser l’aspect purement profane de ce roman courtois, et l’interpréter dans un sens chrétien et mystique, il entreprit de le " translater" en prose et d’y joindre des "moralités" à la fin de chacun des 107 chapitres. Antoine Vérard n’a produit qu’une seule édition du texte de Molinet. En effet, comme le fait remarquer Vérène de Diesbac, la plupart "des ouvrages de références […] ont donné par erreur un titre légèrement différent avec "moralisé" et non "moralisié" […], ce qui laissait penser qu’ils décrivaient une autre édition donnée par Vérard […] Antoine Vérard n’a produit qu’une seule édition sans date du texte translaté par Jean Molinet". La date de publication de l’ouvrage est l’objet de nombreuses controverses et les bibliographes ne s’accordent pas. Cette édition précède-t-elle ou suit-elle l’édition imprimée, en 1503, par Guillaume Balsarin à Lyon ? Bourdillon lève le doute et affirme que celle de Vérard est bien la première : "Balsarin's Lyons edition of 1503 – which he distincly annonces to be corrected and amended from a former edition – is a very slavish copy of Vérard’s edition" et la situe en 1500. Son assertion repose sur les deux huitains de Molinet qui clôturent l'ouvrage "lan quinze cens tournay molin au vent / Et le couvent damours ouvry ma baille".
Close