50
50
Statue, Kongo Vili, République Démocratique du Congo
KONGO VILI FIGURE, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO
前往
50
Statue, Kongo Vili, République Démocratique du Congo
KONGO VILI FIGURE, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO
前往

拍品詳情

馬索·里維埃收藏

|
巴黎

Statue, Kongo Vili, République Démocratique du Congo
KONGO VILI FIGURE, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO

來源

Merton D. Simpson (1928-2013), New York
Collection William N. Copley, New York
Sotheby's Parke Bernet, New York, 22 avril 1980, n° 78
Collection Jane Steinsnyder, Philadelphie
Collection privée, Californie, 1990
Sotheby's, New York, 20 novembre 1990, n° 138
Merton D. Simpson (1928-2013), New York, acquis lors de cette vente
Pierre Dartevelle, Bruxelles 
Collection Marceau Rivière, Paris, acquis ca. 1992

展覽

Berkeley, Robert H.Lowie Museum of Anthropology of the University of California, African Arts, 6 avril - 22 octobre 1967
Paris, Ecole Supérieure Internationale d'Art et de Gestion, Art Africain, 23 avril - 3 mai 1991

出版

Bascom, African Arts, 1967, p. 57, n° 135
Lehuard, Art Bakongo. Les centres de style, 1989, p. 239, n° D 4-4-2
Rivière et Lehuard, Art Africain, 1991, n° 63
Lecomte, Lehuard, N'Sondé et N'Sondé, Bakongo, Les fétiches, 2014, p. 350

相關資料

Cette statue nkisi nkonde incarne magistralement le procéssus créatif qui, en pays Kongo, naît d’une alliance fondamentale entre le sculpteur et le spécialiste rituel (nganga), entre la communauté qui l’a commanditée et le monde invisible. Elle manifeste, dans ses signes de beauté et la puissance de son impact visuel, le raffinement et la compléxité de la pensée Kongo.

Raoul Lehuard, dans son ouvrage de référence Art Bakongo. Les centres de styles, (1989, t. 1, p. 239, n° D.4-4-2.), la classe parmi les exemples remarquables d’un style Vili dont les œuvres témoignent d’une « manière d’artiste » (idem, p. 236). Si cet ensemble se distingue par l’alongement de la tête inscrite dans un ovale étiré, ici l’individualité du sculpteur s’affirme dans l’accentuation de la forme - notamment par l’ample mouvement des lèvres finement ourlées - et la tension des lignes de force, intensifiée sur le visage par le rehaut de la nervure médiane.

Tandis que la main de l’artiste traduit en puissance les traits idéalisés de la beauté Kongo, l’intervention du nganga s’impose avec une égale présence. Le pouvoir actif qui lui était conféré décuple dans le foisonnement des clous rappelant les actions qui, de génération en génération, ont scellé l’histoire de la communauté, et dans la multiplication des charges magico-religieuses, dont l’imposant reliquaire ventral obturé par un miroir. C’est également le spécialiste rituel qui présidait aux choix de la gestuelle et de la – rare – polychromie. La pose telema lwimbanganga, le bras droit levé brandissant autrefois une arme, attitude sacrée adoptée par la noblesse Kongo et par les devins en signe d’autorité absolue, ainsi que la peinture faciale rappelant celle arborée, lors de ses déplacements, par la noblesse Kongo, agissent ici comme autant de manifestes de sa force protectrice.

This nkisi nkonde statue masterfully embodies the creative process that, in Kongo country, is born from a fundamental alliance between the sculptor and the ritual specialist (nganga), between the community that commissioned it and the invisible world. The signs of beauty and the power of its visual impact suggest the refinement and complexity of Kongo thought.

Raoul Lehuard, in his reference book Art BakongoLes centres de styles, (1989, v.1, p.239, n° D.4-4-2.), classifies this figure among the remarkable examples of a Vili style, which works reflect an "artist's way" (Raoul Lehuard, Art Bakongo. Les centres de styles, p.236). Though this group is distinguished by the artist’s treatment of the base of the head inscribed in a stretched oval, the individuality of the sculptor is affirmed in the accentuation of the form – in particular in the wide movement of the delicately chiselled lips – and the tension of the lines of force, intensified on the face by the raising of the central rib.

While the artist's hand powerfully translates the idealized features of Kongo's beauty, the intervention of the nganga imposes is equally felt. The active power conferred on the statue is increased tenfold in the abundance of nails reminding us of the actions that, from generation to generation, sealed the history of the community. The multiplication of magical and religious symbols, including the imposing ventral reliquary sealed by a mirror, replicate this power. The ritual specialist presided over the choice of gestures and the unusual polychromy. The pose, telema lwimbanganga, right arm raised and originally wielding a weapon, is a sacred attitude adopted by the Kongo nobility and by the diviners as a sign of absolute authority, as well as the facial painting reminiscent of the one worn during travels by the Kongo nobility.

馬索·里維埃收藏

|
巴黎