31
31
Siège à double caryatide, Hemba / Kusu, République Démocratique du Congo
DOUBLE CARYATID SEAT, HEMBA / KUSU, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO
前往
31
Siège à double caryatide, Hemba / Kusu, République Démocratique du Congo
DOUBLE CARYATID SEAT, HEMBA / KUSU, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO
前往

拍品詳情

馬索·里維埃收藏

|
巴黎

Siège à double caryatide, Hemba / Kusu, République Démocratique du Congo
DOUBLE CARYATID SEAT, HEMBA / KUSU, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO

來源

Collection Jacques Kerchache (1942-2001), Paris
Merton D. Simpson (1928-2013), New York
Collection Marceau Rivière, Paris, acquis ca. 1990

展覽

Tours, Château de Tours, Image de la Femme dans l’art africain, 21 octobre - 3 décembre 2000 / Nogent-le-Rotrou, Musée municipal du Château
Saint-Jean, 9 décembre 2000 - 29 janvier 2001


出版

Joubert, Félix et Rivière, Image de la Femme dans l'Art Africain, 2000, n° 73
De Grunne, Luba Hemba, Cariatides, 2017, p. 38-39, n° 20

相關資料

Dans toute la région de la Luvua les sièges à caryatides sont considérés comme l'un des symboles les plus importants du pouvoir. Ils traduisent la hiérarchie, très stratifiée, de la souveraineté. Réservés au roi, ils sont considérés comme le réceptacle de son esprit, le siège figuré constituant le symbole concret du siège « métaphysique » nommé kitenga, sorte de lieu de mémoire de chaque souverain défunt.

Relevant du corpus le plus abouti et le plus rare des sièges à caryatides – celui à double figure humaine -, cette œuvre illustre tant l’esthétique raffinée des ateliers des rives de la Luvua que l’individualité de l’artiste qui l’a créée. Présentant les canons de beauté de la région – en particulier les coiffures extrêmement individualisées et sophistiquées et les nombreuses scarifications ornant les corps – ce siège impose la singularité d’un atelier Kusu situé sur la rive gauche du fleuve, en face du pays Hemba – reconnaissable au traitement épannelé de la sculpture. Il témoigne cependant aussi de l’influence des Songye et Luba voisins, par la position debout des deux personnages. La complémentarité architectonique se retrouve dans celle des figures, l’une masculine, l’autre féminine, iconographie rare qui l’apparente notamment au célèbre siège à caryatides d’un atelier Luba/Kusu (Neyt, Luba. Aux sources du Zaïre, 1994, p. 86-87).

Par l’ensemble de ses qualités esthétiques et stylistiques cette œuvre est à rapprocher du siège à double caryatide acquis par Jo Christaens dans les années 1970 et exposé dès 1993 lors de Luba. Aux sources du Zaïre. Il s’en distingue cependant par la profondeur et la beauté de sa patine sombre, incrustée par endroits, qui affirme une grande ancienneté et un usage prolongé.

Throughout the Luvua region, caryatid seats are considered one of the most important symbols of power, reflecting the highly stratified hierarchy of sovereignty. Reserved for the king, they are considered as the receptacle for his spirit, the figurative seat constituting the tangible representation of the "metaphysical" seat called kitenga, a place of memory for every deceased sovereign.

Belonging to the most accomplished and rare corpus of caryatid seats, those carved with a double human figure, this work illustrates both the refined aesthetics of the workshops on the banks of the Luvua River and the individuality of the artist who created it.

Displaying the beauty standards of the region, in particular the extremely individualised and sophisticated hairstyles and the abundant scarification adorning the bodies, this seat, through the rough elements of the sculpting, is unique to the Kusu workshop which is located on the left bank of the river, opposite the Hemba country. However, it also testifies to the influence of the neighbouring Songye and Luba, through the standing position of the two characters. The architectural complementarity that is found in the figures, one masculine, the other feminine, is a rare iconography similar to the famous caryatid seat of a Luba/Kusu workshop (Neyt, Luba. Aux sources du Zaïre, 1994, pp. 86-87).

This stool compares most closely to another acquired by Jo Christaens in the 1970s and exhibited in 1993 at Luba, To the sources of Zaire.

馬索·里維埃收藏

|
巴黎