29
前往
前往

拍品詳情

Oceania

|
巴黎

Flûte, Maori, Nouvelle-Zélande

來源

Collection Tristan Tzara (1896-1963), Paris
Loudmer, Paris, Collection Tristan Tzara et à divers amateurs, 24 novembre 1988, n° 171
Collection privée, Paris

相關資料

Parmi la variété d'instruments de musique anciennement utilisés par les Maori se distinguent les remarquables putorino, uniques à la culture Maori et dont l'usage disparut peu après le contact avec les Européens, à la fin du XVIIIe siècle. Considéré par les spécialistes tantôt comme une flûte, tantôt comme une trompe, l'instrument se compose invariablement de deux sections longitudinales maintenues par une ligature végétale, et s'orne d'un décor sculpté figuratif.

"Malgré leur usage apparemment limité en tant qu'instruments de musique, les putorino étaient extrêmement valorisées, si l'on en juge par la richesse et le très grand raffinement de leur sculpture ornementale" (Starzecka, Neich et Pendergrast, The Maori Collections of the British Museum, 2010, p. 62). L'absence de documentation datant de l'époque ancienne où elles étaient encore utilisées rend leur interprétation incertaine. Selon Steven Hooper (idem) : « Ce type d’instruments était utilisé pour annoncer et rythmer les périodes de tapu et pour révéler la présence divine». Pour Sidney Moko Mead (Te Maori, Maori Art from New Zealand Collections, 1984, p. 210), elles étaient jouées pour annoncer le retour d'un chef dans son village. 

Cette flûte de l'ancienne collection Tristan Tzara s'impose par le raffinement des têtes sculpées auquel répond la délicatesse de sa ligature en racines aériennes de kiekie. Tant par ses dimensions que par son ornementation elle s'appararente très étroitement à un putorino probablement collecté par le Capitaine James Cook, au cours de l'une de ses trois expéditions en Nouvelle-Zélande (Sotheby's, 8 décembre 1969, n° 174).

For english version, see Sothebys.com

Oceania

|
巴黎