74
74
Céline, Louis-Ferdinand
[LE SECRET D'ÉTAT]. MANUSCRIT AUTOGRAPHE SIGNÉ. 6 [JANVIER 1950].
前往
74
Céline, Louis-Ferdinand
[LE SECRET D'ÉTAT]. MANUSCRIT AUTOGRAPHE SIGNÉ. 6 [JANVIER 1950].
前往

拍品詳情

古籍與抄本

|
巴黎

Céline, Louis-Ferdinand
[LE SECRET D'ÉTAT]. MANUSCRIT AUTOGRAPHE SIGNÉ. 6 [JANVIER 1950].
14 p. in-folio sur 7 feuillets (338 x 208 mm). Adresse autographe pour retour de courrier, chez l'avocat de Céline "Mikkelsen 45A Bregade" [Copenhague]. Signé "LF Céline".

Synopsis d'un argument de ballet, rédigé sous forme de lettre adressée au chorégraphe et danseur Roland Petit.

L'Histoire mise en ballet : "pour chaque temps, une danse".

Au chorégraphe et danseur Roland Petit, Céline expose un argument de ballet : Le Secret d'État. Il y décrit une suite de tableaux historiques : tout d'abord "chez le roi Dagobert dans son château en bois à Clichy" ; puis chez "Richelieu. Bien énervé aussi." ; on part ensuite à "Courbevoie, [sur la] rampe du Pont  où Henry IV pass[e] le guet" ; arrive ensuite le tableau présentant "Louis XIV [qui] n'arrête pas de danser", suivi de "Napoléon premier très entouré du destin", puis "Napoléon III", 1900 et la Première Guerre Mondiale. Comme le précise Céline, "ce qui compte c'est pour chaque temps une danse".

"Tableau et danse : j'ai aussi moi une ideâââ d'après votre lettre : titre Le secret d'Etat.
Premier tableau : chez le roi Dagobert dans son château en bois à Clichy. On ne le sait pas -- mais la politique -- bavardage -- conciles -- traités -- intrigues etc... guerre même -- conquête ce n'est rien.
Ce qui compte c'est pour chaque temps une danse. D'époque magique ? le Roi & le Secret. C'est la raison d'Etat. Elle enferme dans un coffre. C'est le secret du Roi. Avec sa musique -- ses figures -- Il demeure le secret aux sorciers -- aux sorcières, et Archevêques archanges -- aux sages. Il s'enferme avec qq intimes. St Eloi. St Ouen. Pour répéter la danse qu’il faut -- dont les notes sortent du coffre de l'ombre -- après incantations, bénédictions etc., sans cette danse sacrée, le royaume s’écroule [...]." 

On sait que la danse passionnait l'écrivain, comme il l'avait expliqué dans Bagatelles pour un massacre (1937). Peut-être est-ce ce scénario que Céline mentionne dans une lettre à Pierre Monnier du 15 janvier 1950, dans lequel il envisage de confier le rôle principal à Arletty : "J'ai agencé un grand scénario de comédie ballet pour elle [Arletty] et Roland Petit où elle aurait un rôle de Sibylle devineresse... à travers les âges" (Correspondance, p. 1283). L'indication "à travers les âges" pourrait bien désigner Le Secret d'État, qui se déroule entre le roi Dagobert et la guerre 14-18. Céline avait également envoyé en mars 1948 un scénario de ballet, Arletty, jeune fille Dauphinoise et, deux ans plus tard, Foudres et Flèches à un danseur de Roland Petit.

Un ballet sans musique redécouvert. Si Céline put faire publier ses textes, romans, pamphlets, etc., il eut plus de peine avec ses ballets. Mis à part trois arguments de ballets repris dans Bagatelles pour un massacre également autour d'un de ses textes les plus virulents, ses ballets ne seront publiés que peu de temps avant sa mort, en 1959, chez Gallimard, sous le titre Ballets sans musique, sans personne, sans rien. Le Secret d'État est resté inédit jusqu'en 2017.

Provenance : Roland Petit (1924-2011). Chorégraphe et danseur, il avait fondé en 1948 les Ballets de Paris, au Théâtre Marigny, avec Zizi Jeanmaire, qu’il épousera en 1954.

Références : Céline, Le Secret d'État, extraits d'un synopsis inédit, présentation de M. Gadret, Le Petit Célinien, 2017.

"Cher Ami,

Vous savez j'ai trop l'habitude de l’horrible travail pour me payer d'idéââs -- Les idéââs c'est de la crotte. La réalisation seule compte. On ne peut rien faire en une année hélas! A moins de travailler en?. Je vais tout de suite au en fait. J'ai le babillage en exécration.

Tableau et danse: j'ai aussi moi une ideâââ d'après votre lettre : titre Le secret d'Etat.

Premier tableau: chez le roi Dagobert dans son château en bois à Clichy. On ne le sait pas -- mais la politique -- bavardage -- conciles -- traités -- intrigues etc... guerre même - conquête ce n'est rien.

Ce qui compte c'est pour chaque temps une danse. D'époque magique? le Roi & le Secret. C'est la raison d'Etat. Elle enferme dans un coffre. C'est le secret du Roi. Avec sa musique -- ses figures -- Il demeure le secret aux sorciers -- aux sorcières, et Archevêques archanges -- aux sages. Il s'enferme avec qq intimes. St Eloi. St Ouen. Pour répéter la danse qu’il faut - dont les notes sortent du coffre de l'ombre -- après incantations, bénédictions etc., sans cette danse sacrée, le royaume s’écroule [...].

2e Tableau Richelieu. Bien énervé aussi. Les intrigues, décapitations, et luttes contre les Grands c'est très joli mais la Danse d'Etat? [...]. Ils s'enferment - historique - avec qq voyous et tente de répéter rejet les danses (tout crachant le sang) Il le faut! avec castagnettes et costume de fou - historique.

3e Tableau Courbevoie - Rampe du Pont où Henry IV passant le guet [sic] faillit bien se noyer.

Intrigue de la ligue complot... Il [?] son sorcier avec lui et la danse sacrée dans un coffret. Tout fout le camp... la flotte - on lance des sauveteurs repêcher le coffret. On le retrouve... repêche...

Les musiciens sont là aussi... Danse... danse de la Cour et de Sully Authentique [...].

4) Pour danser la danse/il faut la danse indispensable à la continuité de l'Etat.

Louis XIV n'arrête pas de danser. La Voisin veut voler le secret d'Etat. A la cassette - et la Danse.

Rivalité entre Lulli et Molière. Ce propos. Les nobles intriguent. Louis XIV a soutenu son règne en dansant. Quand il ne peut plus danser tout croule. Entrevue de Villard et du Roi — après les défaites militaires... «On n'est plus heureux à notre âge» Louis XIV [...].

Napoléon premier. Très entouré du destin, etc. Il cherche un secret d'État plus téméraire plus tonique, exaltant. Il prend dans son secret la Danseuse du comte Saqui intime de la Cour.

Elle traverse la Seine au Pont Neuf. Un jour elle tombe de son haut. C'est la fin de l'Empire la retraite: Russie.

Napoléon III. Sa femme — Eugénie — dansant toute petite - sur la table - famille castagnettes.

Un ambassadeur lui pelotant les mollets — historiques — le bruit des castagnettes [?] est un bruit de révolution. Elle repousse Napoléon mais aussi le tient sous son charme l'envoûte le conduit au pire. Elle danse dans la chambre à Compiègne Castagnettes avec qq. fripons attachés à la perte de Napoléon. La Raison d'Etat trahie par l'Espagnole... [...]

Quelle[s] idéâââs! 100 000 ! Hélas. Le dialogue aussi est à farcir et travailler. Quel boulot ! Je vous en laisse tout le soin. Ou à l'autre bigre. J'ai pour ma part tant à faire à finir mon ours. Je suis fort malade. Et puis votre hâte m’épouvante. Faites attention aux bavards. Les écrivains en général n'ont pas du tout le sens du muscle, du mouvement, de la danse. Ils pèsent des tonnes de phrases chacun dont ils veulent absolument se débarrasser.

Et puis vous avez la musique, et les chansonnettes. Je suis ici certes rivé pour encore longtemps.

J'aurais très très plaisir à vous voir et à vous aider si je peux. Oh il n'est pas question d'argent avec moi. On m'a tout volé. Je suis donc bien léger. On m'a volé même mes ouvrages. Je crois par contre bien qu’il serait préférable d'attribuer cette histoire à Lucette Almanzor qu'à moi. J'ai trop de haines à mes trousses. Je vous ai écrit tout ceci à la va vite. Pensez-y. Toute mon amitié, et à Perrot.

Bien vôtre. LF Céline".


參閱狀況報告 參閱狀況報告

古籍與抄本

|
巴黎