192
前往
前往

拍品詳情

非洲及大洋洲藝術

|
巴黎

Serpent, Baga, Guinée
BAGA SERPENT, GUINEA

來源

Pierre Vérité (1900-1993), Paris
Collection privée, Anvers, acquis ca. 1965

相關資料

Par ses grandes qualités plastiques, la richesse de sa polychromie et ses dimensions monumentales, le corpus de serpents Baga tient une place essentielle dans l’art Africain. Apparaissant à la fin des cérémonies d’initiation ou lors de compétitions entre différents clans, le serpent ninkinanka était considéré comme l’un des esprits les plus puissants chez les Baga. « Associé à l’arc-en-ciel, considéré comme source des rivières et signe de la fin des pluies, le serpent évoque l’idée de vie et de mort, du commencement et de la fin » (Lamp, Art of the Baga, 1996, p. 228).

Ce serpent, photographié en 1964 avec Pierre Vérité, se distingue par la beauté épurée de son décor géométrique mis en valeur par les pigments. Le corps, s’évasant aux extrémités et présentant un renflement en son centre, forme un étranglement à la base du cou pour dessiner la tête de l’animal. L’équilibre des formes est accentué par la délicate crête parcourant la totalité de la surface du corps tandis que de profil, l’enchainement des courbes et contre-courbes confère à l’œuvre un élégant mouvement ascendant. Par son élégance et la simplicité de son ornementation, ce serpent s’apparente étroitement à celui du musée Barbier-Mueller de Genève offert par Charles Ratton (inv. n° 1001-20) et à l’œuvre conservée au Royal Ontario Museum de Toronto (inv. n° 971.165.492). Il s’en distingue cependant par la présence de cavités qui servaient certainement à contenir des substances magiques, qui se retrouvent notamment sur le serpent Baga de la Collection Celeste et Armand Bartos.

Owing to its great artistic qualities, the richness of its polychromy and its monumental dimensions, the Baga snake corpus holds an essential place in African art. Appearing at the close of initiation ceremonies or during competitions between clans, the Ninkinanka snake was considered one of the most powerful spirits among the Baga. "Associated with the rainbow, considered as the source of rivers and the sign of the ending of the rains, the snake evokes the idea of life and death, of the beginning and the end" (Lamp, Art of the Baga, 1996, p. 228).

This snake, photographed in 1964 with Pierre Vérité, stands out for the intricate beauty of its geometric decor enhanced by pigments. The body, which flares at both ends and with a bulge at its centre, forms a constriction at the base of the neck to outline the head of the animal. The balance of the forms is heightened by the delicate ridge that runs down the entire length of the body, whilst the profile, in a sequence of curves and counter-curves, gives the piece an elegant upward momentum. In its elegance and in the pared-down simplicity of its ornamentation, this snake closely resembles that of the Barbier-Mueller Museum in Geneva, donated by Charles Ratton (Inv. No. 1001-20), and the one held at the Royal Ontario Museum in Toronto (inv. No. 971.165.492). However it differs from them both in the cavities that most likely held magical substances, a characteristic that can also be found on the Baga snake of the Celeste and Armand Bartos Collection.

非洲及大洋洲藝術

|
巴黎