183

拍品詳情

非洲及大洋洲藝術

|
巴黎

Masque, Bamana, Mali
BAMANA MASK,  MALI

來源

Pierre Vérité (1900-1993), Paris, ca. 1958
Alain de Monbrison, Paris
Collection privée, Paris

"inv. n° 108.78" inscrit à l'enctre verte ; étiquette "inv. n° 11.60" et etiquette de transport "Wingate & Johnston" à l'intérieur du masque

展覽

New York, The Museum of Primitive Art, Bambara Sculpture from the Western Sudan, February - May 1960
Zürich, Kunsthaus Zürich, Die Kunst von Schwarz Africa, 31 octobre 1970 – 17 janvier 1971
La Haye, Haags Gemeentemuseum, Kunst uit Afrika-Rond de Niger de machtige rivier, 3 juillet – 5 septembre 1972
Londres, British Museum, Manding : focus on an African Civilisation, 23 juin – 31 aout 1972
Paris, Musée Dapper, Masques, 26 octobre 1995 – 30 septembre 1996
Paris, Musée Dapper, Arts d’Afrique , 30 novembre – 30 juin 2001
Paris, Musée Dapper, Femmes dans les arts d’Afrique, 10 octobre 2008 – 12 juillet 2009

出版

Elisofon et Fagg, The sculpture of Africa, 1958, p. 43, n° 31
Goldwater, Bambara Sculpture from the Western Sudan, 1960, p. 28, n° 27
Meauzé, L’Art Nègre, Sculpture, 1967, p. 147, n° 3
Bodrogi, Sztuka Afryki, 1968, p. 22, n°1
Leuzinger, Die Kunst von Schwarz-Africa, 1970, n° 10
Leuzinger, Kunst uit Afrika : Rond de Niger-de machtige rivier,I 1971, p.49, n° 10
Atkins, Manding : focus on an African Civilisation, 1972, p.11, n° 40
Falgayrettes-Leveau et alii, Masques, 1995, p. 174
Falgayrettes-Leveau et alii, Arts d’Afrique, 2000, p. 134, n° 106
Falgayrettes-Leveau et alii, Femmes dans les arts d’Afrique, 2008, p. 88
Monbrison, Masques, 2013, n° 12

相關資料

En 1917, Paul Guillaume publie le mythique Sculptures Nègres dont l'ambition principale, annoncée dans la préface par Guillaume Apollinaire, est de « mettre en valeur non pas les caractères ethniques des statues nègres mais leur beauté qui a déjà retenu l'attention des artistes et des amateurs ». La planche V, illustrant la statue Bamana assise de la collection d'Henri Matisse (Sotheby’s, New York, 11 mai 2012, n° 81), met en lumière l'une des premières mains de Maîtres identifiée dans l'art Africain : l'atelier des Maîtres de Ségou. 

Ce style, hautement personnel, est célébré dans les expositions qui marquèrent l’histoire de la découverte de l’art africain au XXe siècle - notamment L’exposition d’arts Africain et Océanien à la Galerie du théâtre Pigalle (Paris, 1930) et African Negro Art au MoMA (New York, 1935). En 1960, lors de l'exposition Bambara Sculpture from the Western Sudan organisée par Robert Goldwater au Museum for Primitive Art, Allen Wardwell lui consacre l'article Some notes on a substyle of the Bambara. Enfin, en 1978, Ezio Bassani en définit les caractéristiques et le corpus (Una bottega di grandi artisti Bambara, I). Actif entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle dans la région de la rivière Bani, cet atelier regroupait trois maîtres sculpteurs désormais connus sous les noms conventionnels de : « Maître des antilopes », « Maître des figures graciles » et « Maître dit du nez aquilin ». C’est à ce dernier que l’on doit ce masque publié dès 1958 par Elisofon et Fagg dans The sculpture of Africa et choisi depuis pour célébrer le talent de cette main de maître dans de nombreuses expositions emblématiques. Il s’apparente étroitement à plusieurs masques issus de la même main : celui conservé au Musée du quai Branly – Jacques Chirac (inv. n° MNAM1963.157) ou encore le masque de la collection Marcel Nies (Colleyn, Bamana, 2009, n° 31).

Dévoilé lors du Ntomo – société initiatique des Bamana – ce masque symbolise l’idéal féminin Nyeleni auquel chaque garçon aspire après son initiation. « Matérialisation de l’âme de l’entité féminine qui est à l’origine de la création des pratiques initiatiques qui organisent la société et maintiennent l’ordre social » (Colleyn, Bamana, Un art et un savoir-vivre au Mali, 2002, p. 154), la figure humaine surmontant le masque présente des emblèmes féminins  « exagérés dans leur forme […] et construits en surfaces planes, en cubes, cônes et cylindres qui se rejoignent par des angles vifs. Sculptée avec ses  perles, bijoux de métal et scarifications marquées sur le corps, elle rappelle la jeune fille dans son état idéal, à son plus haut degré d’attraction physique » (Ezra, Figure Sculpture of the Bamana of Mali, 1983, p. 11-12). A la profonde patine d’usage répondent dans ce masque la tension formelle des deux visages humains, la puissance des traits et la sensibilité des modelés qui en font l’un des chefs-d’œuvre de ce style.

In 1917, Paul Guillaume published the acclaimed Sculptures Nègres, the main ambition of which, as set out in the foreword by Guillaume Apollinaire, was to "showcase not the ethnic character of Negro statues but their beauty, which has already attracted the attention of artists and amateurs." Plate V, illustrating the Bamana seated figure from the collection of Henri Matisse, highlighted one of the first identified master carver techniques in African Art: the workshop of the Masters of Ségou. 

This highly personal style was celebrated in exhibitions that marked the history of the discovery of African art in the twentieth century - including the Exposition d’arts Africain et Océanien at the Galerie du théâtre Pigalle (Paris, 1930) and African Negro Art at the MoMA (New York, 1935). In 1960, during the Bambara Sculpture from the Western Sudan exhibition, curated by Robert Goldwater at the Museum for Primitive Art, Allen Wardwell wrote an article about it entitled Some notes on a substyle of the Bambara. Finally, in 1978, Ezio Bassani defined its characteristics and corpus (Una bottega di grandi artisti Bambara, I). Active between the late nineteenth and early twentieth century in the Bani River region, this workshop included three master sculptors now known by their conventional names: "Master of the Antelopes", "Master of the Slender Figures" and "Master of the Aquiline Profile". It is to the latter that we owe this mask, published in 1958 by Elisofon and Fagg in The sculpture of Africa, and chosen since to celebrate the talent of this Master’s hand in numerous emblematic exhibitions. It is closely related to several masks that were undeniably sculpted by the same hand, such as the one held in the Musée du Quai Branly - Jacques Chirac (inv No MNAM1963.157) or the mask from the Marcel Nies collection. (Colleyn, Bamana, 2009, No 31).

Unveiled during the Ntomo - the second Bamana initiatory society - this mask symbolizes the female Nyeleni ideal that every boy aspires to after his initiation. "A materialization of the soul of the female entity for whom the initiatory practices that organize society and maintain social order were created" (Colleyn, Bamana, Un art et un savoir-vivre au Mali, 2002, p.154), the human figure above the mask is adorned with female emblems "exaggerated in their shape […] and constructed as flat surfaces, cubes, cones and cylinders joined together at sharp angles. Sculpted with its pearls, metal jewellery and scarification marked on the body, it evokes the young girl in her ideal state, at her highest degree of physical attraction" (Ezra, Figure Sculpture of the Bamana of Mali, 1983, p. 11-12). In this mask, the deep patina of use finds an echo in the formal tension between the two human faces, the forcefulness of the facial features and the sensitivity of the outlines, making it a masterpiece within this style.

非洲及大洋洲藝術

|
巴黎