88
88
Canne, Batak, Île de Sumatra, Indonésie
BATAK STAFF, INDONESIA 
前往
88
Canne, Batak, Île de Sumatra, Indonésie
BATAK STAFF, INDONESIA 
前往

拍品詳情

Arts d’Afrique, d’Amérique et d’Indonésie

|
巴黎

Canne, Batak, Île de Sumatra, Indonésie
BATAK STAFF, INDONESIA 

來源

Collection Hubert Goldet (1945-2000), Paris
Ricqlès (de), Paris, Collection Hubert Goldet, 30 juin-1 juillet 2001, n° 36
Collection privée, France, acquis lors de cette vente 
Collection privée européenne

相關資料

Cette sculpture Batak est unique car elle représente cinq personnages masculins les uns sur les autres, parmi lesquels le deuxième en partant du haut est posté tête en bas sur le troisième. Les quatre personnages supérieurs sont accroupis, le cinquième est debout et il est accompagné de deux têtes de singa stylisées: l’une entre ses pieds, l’autre sur sa face arrière. Magnifiquement sculptés, ils sont d'une taille imposante, celui du haut étant légèrement plus grand que les autres.

 

Les deux personnages du haut se tiennent les mains sur les genoux, tandis que les deux autres, accroupis, ont en main des objets indéterminés. Les mains du personnage debout sont sculptées dans le style caractéristique des Toba. La touffe de cheveux qui était auparavant maintenue par un bouchon sur la tête du personnage sommital est manquante. Tous les personnages ont un petit trou pratiqué dans la poitrine qui est lui-même recouvert par un petit dépôt de substance magique (pupuk); celui du personnage debout est cependant absent. Les visages et les oreilles des personnages se ressemblent tous et sont, eux aussi, dans un style Toba classique. Seul le personnage du haut a des cheveux longs qui se terminent en une petite ondulation.

 

Habituellement, les cannes Batak présentent un large éventail de caractéristiques stylistiques sculpturales: des personnages de différentes tailles et dans différentes positions, des animaux, des motifs décoratifs sur le corps et tout autour de la canne, ou de grands personnages chevauchant des animaux et ainsi de suite. Le nombre de personnages peut varier de 1 à 12. Et les différences de style et d'esthétique sont nombreuses car chaque canne est sculptée par le spécialiste rituel (datu) lui-même.

 

Cette canne n’est ni un tunggal panaluan ni un tongkat malehat. Néanmoins elle était clairement utilisée dans le cadre des rituels, comme en atteste sa belle patine brun noir - signe d'un usage prolongé dans le temps. La partie inférieure de la canne est endommagée, ce qui peut être dû au fait qu'elle aurait été plantée dans le sol pendant une longue période. Au vu de tous ces différents éléments, je crois que cette canne a pu être utilisée en tant que poteau d'offrande borotan; poteaux qui, autrefois, se dressaient dans chaque village Toba Batak.

Par Dr. Achim Sibeth
Paris, octobre 2019

Arts d’Afrique, d’Amérique et d’Indonésie

|
巴黎