65
65
前往
65
前往

拍品詳情

Arts d’Afrique, d’Amérique et d’Indonésie

|
巴黎

Masque, Kom, Cameroun
KOM MASK, CAMEROON

來源

Collection Alain Javelaud, Fontenay-sous-Bois

出版

Bernard Dulon, Collection Alain Javelaud, Paris, pp. 12-13

相關資料

“Au commencement, Dieu envoya deux messagers sur la terre: le caméléon devait annoncer aux hommes la résurrection après la mort; le lézard, lui portait l’annonce de la mort sans retour. Le messager qui arrivait le premier devait seul demeurer efficace.” (Mveng, L’Art Africain, 1964, p. 61)

Incarnation et représentation du fon, fondateur issu de la royauté ou du haut dignitaire notable, ce masque Kom, allie la puissance d’expressivité à la force symbolique. Située sur le plateau Bamenda, sur les hauteurs de la région du Grassland, au Nord Ouest du Cameroun, la chefferie Kom coexiste parmi plus de 200 chefferies, dont les Bangwa, Bandjoun, et Bamoun. La richesse et la diversité de la production artistique du Grassland correspondent à la multitude et la complexité des chefferies et sociétés qui y vivent.  Dans la grande tradition des styles de ces chefferies, les anciens masques Kom sont rares. Au sein de leur étroite typologie, ils se distinguent en particulier par leur veine expressionniste, portée avec une liberté et un talent remarquables par l’artiste à l’origine de ce masque.

Narines dilatées projetées au premier plan, yeux exorbités, orbites profondes, oreilles anguleuses, grande bouche souriante... dans la plus puissante veine expressionniste, le sculpteur a poussé chaque trait à son paroxysme dans l’extrême stylisation du visage et la conception architecturale de l’espace et des volumes. Le masque est surplombé d’une superbe coiffe ajourée, décorée de caméléons et de lézards. « Le rôle du lézard et du caméléon comme médiateurs privilégiés entre les hommes et le monde invisible, explique leur utilisation comme motifs symboliques, porteurs de messages ornant des objets employés lors de cérémonies rituelles ». 

A la légère asymétrie accentuant la dynamique des formes répond l'équilibre de l'œuvre, où chaque trait prend à force égale possession de l'espace. La puissance de la sculpture est accentuée par l'épaisse patine sombre, croûteuse, brillante sur les parties saillantes Selon Notué, les masques géants de type heaume, tels que ce superbe et imposant exemplaire, « caractérisés par leurs coiffures souvent ajourées et décorées de figures zoomorphes, n’apparaissent que lors des funérailles du fo et de quelques dignitaires de la chefferie, ou encore lors de certaines liturgies périodiques »  (Notué, La symbolique des arts Bamiléke Est Cameroun : approche historique et anthropologique, 1988).

Arts d’Afrique, d’Amérique et d’Indonésie

|
巴黎