73
73
Debussy, Claude
LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE À ERNEST CHAUSSON, DATÉE SAMEDI 26 AOÛT [18]93. 
Estimation
3 0004 000
ACCÉDER AU LOT
73
Debussy, Claude
LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE À ERNEST CHAUSSON, DATÉE SAMEDI 26 AOÛT [18]93. 
Estimation
3 0004 000
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Bibliothèque R. et B. L. Autographes et Manuscrits XIXe et XXe Siècles

|
Paris

Debussy, Claude
LETTRE AUTOGRAPHE SIGNÉE À ERNEST CHAUSSON, DATÉE SAMEDI 26 AOÛT [18]93. 
4 pages in-4 (261 x 205 mm), enveloppe autographe, sous chemise demi-maroquin rouge moderne.


L’Artiste dans la civilisation moderne sera toujours un être dont on n’aperçoit l’utilité qu’après sa mort
.

Ernest Chausson vient de partir pour Royan. Plongé dans la solitude et le désespoir, Debussy lui redit son amitié et son admiration. Il juge avec sévérité la civilisation moderne.

Claude-Achille a dû remettre la joie de vous écrire à cause d’une mauvaise fièvre qui m’a tenu au lit, morne, hébété, et fait courir mes doigts comme des lièvres sur les couvertures. Cela a commencé par une triste soirée, ou après vous avoir dit adieu, nous errâmes tous les deux Bonheur et moi […] votre départ me semblait décidément un accident irréparable ! J’apercevais une suite de longs jours, pareils à une allée d’arbres morts ! et me sentais naïvement orphelin de toute votre amitié ! Vous, là-bas, moi ici, et rien à faire […] vous pour qui le Bonheur est une chose méritée, tellement vous mettez de grâce affectueuse à en montrer les côtés que généralement l’on cache avec soin, et vraiment tout en vous étant Dieu sait combien reconnaissant, je suis profondément heureux de vous aimer entièrement puisque en vous l’homme complète l’artiste ! et quand vous voulez bien me montrer de votre musique, vous ne pouvez pas vous figurer l’ardente amitié que je mets à vous sentir formuler des sentiments qui à moi me sont défendus, mais dont la réalisation chez vous me remplit de joie […] Quant à vos sermons, ils me seront toujours très doux, n’êtes-vous pas un peu comme un grand frère aîné, en qui l’on a toute confiance, dont on accepterait même les gronderies !

Debussy enchaîne sur la place de l’artiste dans la société moderne : Je sens comme vous l’utilité absolue de l’effort, mais quand il est entaché des médiocrités de l’existence il devient quelquefois attristant, quand on voit surtout le peu d’intérêt qu’il inspire aux gens, qui font si facilement changer l’effort en de “l’habileté”, et si l’on veut garder des éclaboussures l’idéal ou l’Illusion de cette chose pour laquelle nous souffrons, c’est-à-dire l’Art, cela devient effroyable […] L’Artiste dans la civilisation moderne sera toujours un être dont on n’aperçoit l’utilité qu’après sa mort, et ça n’est que pour en tirer un orgueil souvent idiot, ou une spéculation toujours honteuse, donc il faudrait mieux qu’il n’est [sic] jamais à se mêler à ses contemporains […] il suffirait que l’on vous “découvre” beaucoup plus tard, car certaines gloires récentes auront vraiment de terribles responsabilités à assumer, quand [sic] à l’avenir.

Correspondance (1872-1918), éd. par F. Lesure et D. Herlin, Gallimard, 2005, p. 150-151.

Restauration à la pliure centrale.


Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Bibliothèque R. et B. L. Autographes et Manuscrits XIXe et XXe Siècles

|
Paris