7
7
Table à tréteaux en noyer incrusté de nacre, d'ivoire d'éléphant et d'os de bovidé gravés, Venise, première moitié du XVIIe siècle
Lot. Vendu 62,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
7
Table à tréteaux en noyer incrusté de nacre, d'ivoire d'éléphant et d'os de bovidé gravés, Venise, première moitié du XVIIe siècle
Lot. Vendu 62,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Excellence

|
Paris

Table à tréteaux en noyer incrusté de nacre, d'ivoire d'éléphant et d'os de bovidé gravés, Venise, première moitié du XVIIe siècle
le plateau à décor de rinceaux feuillagés habités de masques et d’oiseaux, de profils masculins dans des médaillons, le cartouche central ovale représentant trois enfants armés ; (le piètement probablement plus tardif)
Haut. 79,5 cm, larg. 117 cm, prof. 74,5 cm ; Height 31 1/3 in., width 46 in., depth 29 1/3 in.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Bibliographie

A. Gonzáles-Palacios, Il gusto dei principi. Arte di corte del XVIIe del XVIII secolo, Milan, 1993, vol. 1, p. 336 (étudiée), vol. 2, p. 297, fig. 592 (illustrée)

Bibliographie comparative :
A. Gonzáles-Palacios, Il gusto dei principi. Arte di corte del XVIIe del XVIII secolo, Milan, 1993, vol. 1, pp. 335-336, vol. 2, p. 293-297, fig. 584 et s.

Description

Notre table a été étudiée par Alvar Gonzáles-Palacios dans son ouvrage Il gusto dei principi. Arte di corte del XVIIe del XVIII secolo (Milan, 1993, vol. 1, p. 336, vol. 2, p. 297, fig. 592). L’essai intitulé « un mystère vénitien » aborde dans un premier temps l’appartenance de plusieurs tables et coffres à un même atelier de production anonyme. La présente table y est par la suite décrite. Contrairement au corpus précédent inspiré par des motifs islamiques, le décor est ici beaucoup plus européen et directement influencé par la Renaissance à l’instar des rinceaux feuillagés, masques de grotesques et médaillons ornés de profils à l’antique, suggérant peut-être une inspiration de gravures nordiques.
Parmi les plus belles réalisations italiennes de tables reprenant le même principe de tréteaux, rappelons celle de la vente « Treasures » Sotheby’s, Londres, le 6 juillet 2010, lot 4, provenant de la collection de Francesco Maria II della Rovere, duc d’Urbino (1549-1631).

Excellence

|
Paris