48
48
Meuble d'appui en placage d'ébène, laque du Japon et monture de bronze doré du premier quart du XIXe siècle, estampillé E. LEVASSEUR
Estimation
50 00080 000
Lot. Vendu 56,250 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
48
Meuble d'appui en placage d'ébène, laque du Japon et monture de bronze doré du premier quart du XIXe siècle, estampillé E. LEVASSEUR
Estimation
50 00080 000
Lot. Vendu 56,250 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Excellence

|
Paris

Meuble d'appui en placage d'ébène, laque du Japon et monture de bronze doré du premier quart du XIXe siècle, estampillé E. LEVASSEUR
décoré de panneaux de laque du Japon représentant des vases de fleurs en façade et des perdrix sur les côtés, dans des encadrements d'aventurine, la façade à léger ressaut ouvrant à trois vantaux soulignés de filets de noyer ; dessus de marbre vert de mer
Haut. 96 cm, larg. 187,5 cm, prof. 46 cm ; height 37 3/4 in; width 73 3/4 in; depth 18 in
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Galerie Aveline - Jean-Marie Rossi, Paris
Collection particulière parisienne

Description

La paternité de ce meuble élégant est à rendre à l’ébéniste Etienne Levasseur (1721-1798), reçu maître en 1767, ou à son fils Pierre-Etienne qui poursuivit l’activité familiale durant le premier quart du XIXe siècle (cf. A. Pradère, "Boulle, du Louis XIV sous Louis XVI" in L'Objet d'art n°4, juin 1987, p. 62). Leur atelier fut extrêmement réputé pour leur savoir-faire en marqueterie Boulle mais également pour leurs meubles en laque du Japon, tels ceux livrés vers 1770 au financier Randon de Boisset (cf. A. Pradère, Les Ebénistes français de Louis XIV à la Révolution, Paris, 1989, p. 315, fig. 357).
Leur production se caractérisait également par l’emploi de riches ornements en bronze doré inspirés du style Louis XIV, à l’image de la frise couronnant notre meuble d’appui que l’on retrouve sur la bibliothèque en marqueterie Boulle provenant de l’ancienne collection Londonderry (cf. A. Pradère, op. cit., p. 311, fig. 352) ou sur une paire de cabinets des collections de la reine d’Angleterre, ornés également de panneaux de laque du Japon (inv. RCIN 2464).
Par ailleurs, on retrouve des panneaux en laque du Japon ornés de vases fleuris similaires sur une paire de bas d’armoire de Nicolas Petit (cf. T. Wolvesperges, Le meuble français en laque au XVIIIe siècle, Paris, 2000, p. 231, fig. 113) et un cabinet de Weisweiler conservé au musée Nissim de Camondo (inv. 121).

Excellence

|
Paris