43
43
Coupe antropomorphe, Kuba / Wongo, République Démocratique du Congo
KUBA / WONGO CUP, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO
Estimation
18 00025 000
Lot. Vendu 32,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
43
Coupe antropomorphe, Kuba / Wongo, République Démocratique du Congo
KUBA / WONGO CUP, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO
Estimation
18 00025 000
Lot. Vendu 32,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris

Coupe antropomorphe, Kuba / Wongo, République Démocratique du Congo
KUBA / WONGO CUP, DEMOCRATIC REPUBLIC OF THE CONGO

Provenance

Collection Emile Lejeune, acquis in situ entre 1906 et 1914
Collection Boris de Starosvietsky, Bruxelles
Transmis par descendance

Description

Depuis 1910 et l’exposition au British Museum des œuvres collectées entre 1907 et 1909 en pays Kuba par l’ethnologue hongrois Emil Torday, cet art royal n’a cessé de fasciner. Le rapport entre le pouvoir centralisé des souverains Kuba et la richesse de leur art sera comparé par Olbrechts aux « princes qui avaient à cœur de s’entourer d’une pléiade d’artistes – comme le firent en leur temps les Médicis et les Ducs de Bourgogne » (Olbrechts, Les arts plastiques du Congo belge, 1959, p. 114). Les coupes à vin de palme, réservées à l’usage des chefs et des notables Kuba, constituaient au sein de cet ensemble sculptural de véritables exercices de virtuosité pour les artistes royaux, marquant la compétition permanente pour le prestige, à la fois des sculpteurs et de leurs commanditaires.

Simultanément à Emil Torday, Emile Lejeune – également employé de la Compagnie du Kasaï – parcourt les mêmes territoires. S’aventurant toujours plus profondément dans les bassins des fleuves Kasaï et Sankuru, il est l’un des premiers Européens à s’intéresser aux objets d’art. Dans les territoires qu’il parcourt entre 1906 et 1914 – Kuba, Lele, Wongo, Pende – il acquiert des œuvres qu’il expédie en Belgique, chez ses parents. Dans une lettre qu’il leur adresse le 16 janvier 1910, il évoque ainsi des objets « Kasaï et Kuba » qu’il leur recommande de « bien conserver car j’y tiens beaucoup pour ma collection ». Parmi les œuvres qui témoignent à la fois de son œil et du talent remarquable des artistes de la région figurait en particulier une coupe anthropomorphe, chef-d’œuvre de l’art Wongo (Sothebys, Paris, 12 décembre 2012, n° 2).

Procédant du même – très rare – corpus, cette coupe se distingue par la dynamique de la pose, le soin accordé au détail des traits et des scarifications, et le talent avec lequel le sculpteur a proportionné la silhouette pour transcender la fonctionnalité de l'objet.

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris