40
40
Théodore Millet (1853-1904)

Vitrine en palissandre de Rio et bronze doré, Paris, vers 1890
Lot. Vendu 118,750 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
40
Théodore Millet (1853-1904)

Vitrine en palissandre de Rio et bronze doré, Paris, vers 1890
Lot. Vendu 118,750 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Vue sur la Riviera – La Villa d’un Collectionneur

|
Paris

Théodore Millet (1853-1904)

Vitrine en palissandre de Rio et bronze doré, Paris, vers 1890
ouvrant à un vantail, signée MILLET A PARIS en haut du pied avant droit
Haut. 206 cm, larg. 85 cm, prof. 45 cm ; height 81 in., width 33 1/3 in., depth 17 3/4 in.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

A Private Collection, vol. 1, Sotheby's, New York, 26 octobre 2006, lot 166 (vendu 228 000$)

Bibliographie

D. Ledoux-Lebard, Le Mobilier Français du XIXe siècle, pp. 482-483

C. Payne, 19th Century European Furniture, p. 40

Description

Le dessin de cette vitrine a sans aucun doute été fortement influencé par le célèbre sculpteur et dessinateur Léon Messagé. Sur la base des dessins de Messagé pour deux vitrines, illustrés par Payne (Linke, pl. 75 et pl. 180), on pourrait en conclure que Théodore Millet a, soit créé cette vitrine après avoir vu des œuvres résultant de la collaboration entre Zwiener et Messagé, soit commandé le projet directement au sculpteur.

Léon Messagé, dont le livre de dessins, Cahier des dessins et croquis de style Louis XV totalisant trente-six dessins de mobilier et bronzes dorés, publié en 1890 depuis son adresse du 40 rue Sedaine près du faubourg Saint-Antoine, travaillait probablement en tant qu'artiste indépendant collaborant avec différents ébénistes parisiens tels que les célèbres Zwiener, Roux et Brunet et Linke. Son génie créatif interprète vigoureusement le style Louis XV du milieu du XVIIIe siècle et adopte habilement le style rocaille asymétrique popularisé dans les années 1720 par des ornemanistes parisiens tel Juste Aurèle Meissonier (1695-1750), aussi bien que le classicisme du style Louis XVI. Cette pratique éclectique était assez courante sous le Second Empire et dans les dernières années du XIXe siècle, aux côtés de ses contemporains tels Beurdeley, Charles Wincklesen, Dasson et Sormani. Après avoir réalisé des croquis, Messagé réalisait un modèle tridimensionnel en cire ou en plâtre de la pièce afin d'obtenir l'approbation du client, à l’échelle du cinquième de la taille prévue de la pièce finie. À partir du modèle en cire, un modèle en bois grandeur nature était fabriqué pour assurer un ajustement précis des supports en bronze. Les archives montrent que Messagé a conçu tous les éléments importants pour le stand de Linke à l'Exposition Universelle de Paris 1900. La revue périodique Art & Curiosité enregistre que les projets de Messagé qui étaient "nés sous le crayon se formèrent d'un jet plus rapide en la noble matière du bronze, ciselé d'une main sûre" (octobre 1904, p. 166).

Vue sur la Riviera – La Villa d’un Collectionneur

|
Paris