322
322
Egon Schiele
STEHENDES MÄDCHEN (FEMME DEBOUT)
Estimation
200 000250 000
Lot. Vendu 283,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
322
Egon Schiele
STEHENDES MÄDCHEN (FEMME DEBOUT)
Estimation
200 000250 000
Lot. Vendu 283,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Art Impressionniste et Moderne

|
Paris

Egon Schiele
1890 - 1918
STEHENDES MÄDCHEN (FEMME DEBOUT)
signé Egon Schiele et daté 1914 (en bas à droite)
crayon noir sur papier
47,7 x 31,7 cm, 18 3/4 x 12 1/2 in.
Exécuté en 1914.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

L'authenticité de cette œuvre a été confirmée par Jane Kallir.

Provenance

Vente: Vienne, Im Kinsky, 23 juin 2009, lot 1
Antal Post de Bekessy (acquis lors de cette vente)
Succesion de Monsieur Antal Post de Bekessy, décédé en 2015

Description

Une Dynastie Américaine à Paris

Eleanor Post Close (1909-2006) et son fils Antal Post de Bekessy (1943-2015) appartiennent à une élégante dynastie de l’aristocratie américaine qui révolutionna le commerce agroalimentaire au XIXe siècle. Leur nom fait pleinement partie de l’histoire des Etats-Unis. Au fil des générations, la famille Post a constitué d’extraordinaires collections et offert aux américains un impressionnant héritage culturel. Les extravagantes résidences possédées par leur mère et grand-mère Marjorie Merriweather Post, notamment Hillwood à Washington, aujourd’hui ouvert au public grâce à sa générosité, et Mar-ALago en Floride, continuent aujourd’hui de fasciner.
Marjorie Merriweather Post (1887-1973) était la fille unique de Charles W Post et de son épouse Ella Laetitia Merriwearther. A l’âge de 27 ans, quand son père mourut, elle devint propriétaire de la florissante compagnie Postume cereal, fondée en 1895. Elle devint en conséquence la femme la plus riche des Etats-Unis, avec une fortune d’environ $250 millions. En 1929, la compagnie fut rebaptisée General Foods. Marjorie était non seulement une femme d’affaires particulièrement avisée mais encore une philanthrope convaincue, une grande collectionneuse et une bâtisseuse très enthousiaste.
C’est pourtant en France qu’Eleanor Post Close, toujours fière de sa nationalité et de ses origines américaines, choisit de s’installer après la Seconde Guerre Mondiale. Elle acquiert d’abord un ravissant hôtel particulier ouvrant sur le parc Monceau puis une élégante folie du XVIIIe siècle en bord de Seine qui fut autrefois habitée par le comte d’Artois, futur roi Charles X. Peu après, Eleanor accroit ses liens avec l’Europe en faisant l’acquisition d’un hôtel particulier à Fribourg, en Suisse, où elle fait de longs séjours en compagnie de son dernier époux, le chef d’orchestre Léon Barzin. Femme élégante et de haute culture, elle reçoit régulièrement dans ses résidences amateurs d’art, mélomanes et aristocrates. Cet amour réciproque pour la France lui vaut de recevoir une croix de la Légion d’honneur.
A la suite de sa mère, Eleanor Post Close s’affirme comme collectionneuse et fait preuve d’un œil et d’un gout très assurés. Au fil des ans, elle constitue un formidable ensemble qu’elle dispose avec soin dans ses différentes résidences. Tout ce qui est beau la captive. L’importante collection de meubles et tableaux du XVIIIe siècle qu’elle a rassemblée est en conséquence enrichie de chefs d’œuvres modernes ou impressionnistes qui constituent, chacun, une fenêtre ouverte sur la modernité. Dans ses salons, Edouard Vuillard peut côtoyer Gustave Courbet et Nicolas de Largillière rencontrer Zao Wou-Ki : les peintres et les générations conversaient toutes ensemble.
Son fils, Antal Post de Bekessy, qui possédait des propriétés à New-York et en Pennsylvanie, séjournait très fréquemment en Europe et fut remarque par le ministre de la culture pour son action au service de la sauvegarde et de la valorisation de l’architecture et de l’art français. Antal était également un collectionneur fervent, passionne par le romantisme du XIXe siècle et le modernisme du XXe siècle, avec une affection toute particulière pour l’art autrichien. Il rendit hommage aux origines austro-hongroises de son père, l’écrivain Janos de Bekessy connu sous le nom de Hans Habe, en complétant sa collection grâce à des œuvres de la Sécession Viennoise, réalisées notamment par Egon Schiele et Gustav Klimt.
Ce petit ensemble constitue d’œuvres de très grande qualité témoigne du goût d’Eleanor Post Close et de son fils Antal Post de Bekessy. Il annonce encore la dispersion de la passionnante collection de cette famille qui sera réalisée chez Sotheby’s à Paris, les 19 et 20 décembre, a l’occasion de notre vente "Une dynastie américaine en Europe".

Art Impressionniste et Moderne

|
Paris