307
307
Henri Matisse
FALAISES
ACCÉDER AU LOT
307
Henri Matisse
FALAISES
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Art Impressionniste et Moderne

|
Paris

Henri Matisse
1869 - 1954
FALAISES
monogrammé H.M (en bas à droite)
huile sur toile
64,2 x 45 cm ; 25 1/4 x 17 3/4 in.
Peint à Belle-Ile en 1897.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

L'authenticité de cette œuvre a été confirmée par Wanda de Guébriant.

Provenance

Pierre Matisse, New York (par descendance auprès de l'artiste)
Pierre-Noël Matisse (par descendance auprès du précédent puis par descendance et vendu: Christie's, New York, 7 novembre 2007, lot 320)
Acquis lors de cette vente par le propriétaire actuel

Exposition

Taipei, Musée National d'Histoire de Taipei, Matisse: l'émotion du trait, le don de l'espace, 2002-03, reproduit dans le catalogue p. 27

Description

À partir du milieu du 19e siècle, Belle-Île, île française située au large des côtes bretonnes dans le département du Morbihan, attira de nombreux artistes. L’artiste d’origine australienne John Peter Russell s’y installa et y fit venir plusieurs peintres. Pendant son séjour, il se lia d’amitié avec Claude Monet, qui, à la fin des années 1880, peignit sa célèbre série de falaises et de formations rocheuses de bord de mer. Presque une décennie plus tard, Russel accueillit un autre artiste prometteur, Henri Matisse, qui lui rendit visite et peignit sur cette île pendant trois étés, de 1895 à 1897. Russell passa de nombreuses heures en compagnie de Matisse, et il est dit qu’il l’introduisit à l’Impressionnisme, étant donné qu’en 1895 le jeune peintre alors âgé de 25 ans travaillait encore sur la base d’un style flamand très désuet. Les deux artistes passèrent des heures à discuter de l’importance de la lumière, et de la manière dont la lumière et la couleur pouvaient être figurées à différentes heures de la journée et dans des conditions climatiques différentes. Fait des plus importants, Russel présenta à Matisse le travail de son ami de l’Atelier Cormon, Vincent Van Gogh, qui, à l’époque n’était pas encore reconnu comme un grand précurseur.

Au cours de ces trois années, ponctuées d’étés passés à Belle-Île, le style de Matisse évolua de manière radicale. Comme le reflète cette peinture, Belle-Île offrit à Matisse un sujet retiré et intime, avec ses falaises spectaculaires, ses structures rocheuses baignées de lumières toujours changeantes et d’effets atmosphériques variés. Belle-Île offrait des conditions parfaites pour une expérimentation radicale autour du motif, et cette évolution fut parachevée en 1897. Le tableau Belle-Île-en-Mer est riche de qualités presque abstraites. Plus tard dans sa vie, s’exprimant à propos de ses relations avec Russel, Matisse dira : "... Russel fut mon enseignant, et Russel m’expliqua la théorie de la couleur...". Ce tableau est un témoignage fascinant de la relation entre Russel et Matisse, et de la profonde influence de Belle-Île sur l’œuvre du peintre qui allait devenir l’une des plus grandes figures de la peinture moderne.

Art Impressionniste et Moderne

|
Paris