28
28
Paire d’appliques aux figures et cornes d’abondance d’époque Louis XV, vers 1770
Estimation
15 00025 000
Lot. Vendu 35,000 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
28
Paire d’appliques aux figures et cornes d’abondance d’époque Louis XV, vers 1770
Estimation
15 00025 000
Lot. Vendu 35,000 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Excellence

|
Paris

Paire d’appliques aux figures et cornes d’abondance d’époque Louis XV, vers 1770
à deux bras de lumière formés par des cornes d'abondance maintenues par des figures féminines en termes surmontées de paniers fleuris
Quantité: 2
Haut. 52,5 cm, larg. 28 cm, prof. 16,5 cm ; height 20 1/2 in., width 11 in., depth 6 1/2 in.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Collection particulière

Bibliographie

Bibliographie comparative :
G. Wildenstein, « Simon-Philippe Poirier, fournisseur de Madame Du Barry », in Gazette des beaux-arts, 1962, vol. II
C. Baulez, « Le mobilier et les objets d’art de Madame Du Barry » et J-P. Samoyault, « L’appartement de Madame Du Barry à Fontainebleau », cat. expo. Madame Du Barry, de Versailles à Louveciennes, 1992

Description

Ces appliques évoquent deux courants stylistiques distincts, celui de la Régence avec le fût sur lequel est fixée la femme drapée à l'antique qui, elle, est traitée d'une manière qui annonce le style Louis XVI. Les assemblages, le traitement de la ciselure et la dorure plaident pour une réalisation de la seconde moitié du XVIIIe siècle, alors que le modèle avait traditionnellement été présenté comme d'époque Régence.

Cette appréciation coïncide parfaitement avec un rapprochement très plausible, celui d’un possible achat de Madame Du Barry chez le marchand-mercier Simon-Philippe Poirier le 10 octobre 1770. Un mémoire de Simon-Philippe Poirier conservé aux archives de Seine-et-Oise partiellement publié par G. Wildenstein (op. cit.), nous apprend qu’il a fourni à Madame Du Barry pour Fontainebleau : « Une paire de bras à deux branches en bronze doré d’or moulu, model à figures et cornes d’abondance, cy 400 livres ».

Néanmoins, d’autres pistes sont tout aussi envisageables, puisque ce modèle se retrouve dans la vente du 9 juin 1777 : « 151. Trois paires de bras à deux branches représentant des caryatides avec cornes d’abondance, le tout doré d’or moulu ».

Une paire d’appliques identique provenant de la collection de Madame Danièle Ricard a été vendue par Sotheby’s à Paris, le 14 septembre 2017, lot 83.

Excellence

|
Paris