17
17
Régulateur d'applique en marqueterie de bois de violette et monture de bronze redoré d'époque Louis XV, vers 1740-1750, estampillé I.P.LATZ.
Lot. Vendu 47,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
17
Régulateur d'applique en marqueterie de bois de violette et monture de bronze redoré d'époque Louis XV, vers 1740-1750, estampillé I.P.LATZ.
Lot. Vendu 47,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Excellence

|
Paris

Régulateur d'applique en marqueterie de bois de violette et monture de bronze redoré d'époque Louis XV, vers 1740-1750, estampillé I.P.LATZ.
le cadran et le mouvement signés HERBAULT / A PARIS, le mouvement numéroté n°181, la caisse de forme violonnée ornée de figures allégoriques en bronze doré, reposant sur une console abritant les poids et le balancier
Haut. 180 cm, larg. 75 cm ; height 70 3/4 in; width 29 1/2 in
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Par tradition, Mgr de La Rochefoucauld à l'archevêché de Rouen, vendu sous la Révolution
Vente à la galerie Georges Petit, Paris, le 20 novembre 1920
Galerie Perrin, Paris

Bibliographie

Tardy, La Pendule française, des origines au Louis XV, Paris, 1974, p. 141, fig. 5

Description

Jean-Pierre Latz, ébéniste actif entre 1719 et 1754
Louis-François Herbault, horloger reçu maître en 1743

Les pendules et cartels constituaient la majorité de la production de l'ébéniste Jean-Pierre Latz : lors de son inventaire après-décès en 1754, on ne dénombra pas moins de 170 boîtes de pendule pour seulement 48 meubles. Jusqu'en 1749, il conçut et utilisa ses propres bronzes aux lignes très découpées, caractéristiques du goût rocaille.
Le décor de marqueterie de ce cartel, aux dimensions exceptionnelles, peut être rapproché de celui du planisphère attribué à Latz et conservé au J. Paul Getty Museum, inv. 74.DB.2 (cf. G. Wilson et alii, European clocks in the J. Paul Getty Museum, Malibu, 1996, cat. XIII).

Mgr Dominique de La Rochefoucauld-Langeac (1712-1800) fut évêque de Rouen de 1759 jusqu'à son départ en émigration en août 1792. Il résidait au palais archi-épiscopal qu'il contribua à rénover et pour lequel il employa notamment le peintre Hubert Robert.

Excellence

|
Paris