17
17
Statue, Bas Sepik, Papouasie-Nouvelle-Guinée
LOWER SEPIK FIGURE, PAPUA NEW GUINEA
ACCÉDER AU LOT
17
Statue, Bas Sepik, Papouasie-Nouvelle-Guinée
LOWER SEPIK FIGURE, PAPUA NEW GUINEA
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris

Statue, Bas Sepik, Papouasie-Nouvelle-Guinée
LOWER SEPIK FIGURE, PAPUA NEW GUINEA

Provenance

Collection privée américaine, acquis ca. 1980

Description

Les anciennes grandes figures bero kandimboag, qui « jouaient vraisemblablement un rôle lors du rituel initiatique des jeunes hommes » (Peltier, Schindlbeck et Kaufmann, Sepik. Arts de Papouasie-Nouvelle-Guinée, 2015, p. 175), sont les plus rares des statues du Bas Sepik. La puissance ancestrale qu’elles incarnent est ici d’emblée signifiée tant par la tension de la pose que par la sérénité de l’expression. A la virilité exacerbée dans la carrure des épaules et le décrochement des jambes répond la beauté naturaliste du visage aux traits resserrés. Tandis que le long nez réaffirme les forces masculines de l’ancêtre, le regard profond lui confère toute sa présence.

Exprimant les liens vitaux entre le clan et le monde des ancêtres, ces grandes sculptures représentant les héros mythiques fondateurs étaient précieusement « disposées dans la maison cérémonielle des hommes et conçues comme des êtres pourvus d’une âme » (Smidt, Catalogues Oceanië / Catalogue : Oceania, 1990, p. 234-236). L’éloquente prégnance ancestrale est ici appuyée par la parure tirée de l’univers coutumier, témoignant de l’unité entre les hommes et « l’invisible » : haute coiffe caractéristique de la région de l’embouchure du fleuve Sepik, scarifications en volutes taganap sigia – taillées à la pierre – ornant les pectoraux et le dos, et ornements en vannerie tressée symbolisant « les vrais anneaux, richement décorés de dents de chien, de chauve-souris géante (roussette) et de cochon » (Kaufmann in Peltier et Morin, Ombres de Nouvelle-GuinéeArts de la grande île d'Océanie dans la collection Barbier-Mueller, 2006, p. 413).

Dans le corpus étroit des grandes statues bero kandimboag – magistralement représenté par la statue de la collection Pierre Loeb (Sotheby’s, Paris, 16 juin 2010, n° 13) et la figure de l’ancêtre mythique Andio de la collection Delenne (Sotheby’s, Paris, 2 décembre 2015, n° 9) - cette statue se singularise par la qualité de la patine rougeâtre rappelant la coutume, lors des festivités, de s’enduire le corps de pigments rouges, de terre brûlée et d’huile de coco. S’y ajoute la très rare conservation des décorations corporelles ocre et blanches sur l’abdomen, le visage et les cuisses, témoignant des styles anciens les plus accomplis de la statuaire de l’embouchure du fleuve Sepik.

The ancient great bero kandimboag figures, which “probably played a part in the initiatory ritual of young men” (Peltier, Schindlbeck and Kaufmann, Sepik. Arts de Papouasie-Nouvelle-Guinée, 2015, p. 175), are the most rare of the Lower Sepik statues. The ancestral power they embody is represented here from the outset, both by the tension of the pose and by the serenity of the expression. The exacerbated virility in the breadth of the shoulders and the jutting-out legs echoes the naturalistic beauty of the face with its condensed features. Whilst the long nose reasserts the male forces of the ancestor, the deep gaze imbues it with all its presence.

As an expression of the vital bonds between the clan and the world of the ancestors, these great sculptures portraying the mythical hero founders were preciously “laid out in the ceremonial house of men and seen as beings with a soul” (Smidt, Catalogues Oceanië / Catalogue: Oceania, 1990, p. 234-236). The eloquent ancestral presence is compounded here by the headdress drawn from the customary world and attesting to the unity between men and “the unseen”: the high coiffure, a characteristic of the region of the Sepik river mouth, the whirling taganap sigia scarification - cut with a stone - adorning the pectorals and back, and the woven basketry ornaments symbolizing the “true rings, richly decorated with dog teeth, giant bat (fruit bats) teeth and pig teeth”  (Kaufmann in Peltier et Morin, Ombres de Nouvelle-GuinéeArts de la grande île d'Océanie dans les collections Barbier-Mueller, 2006, p. 413).

Within the limited corpus of the large bero kandimboag statues - beautifully exemplified in the statue from the Pierre Loeb collection (Sotheby's, Paris, June 16, 2010, No.13) and the figure of the mythical Andio ancestor in the Delenne collection (Sotheby's, Paris, December 2, 2015, No. 9) - this statue stands out for the quality of its reddish patina, which evokes the customary coating of the body in red pigments, burnt earth and coconut oil during festivities. It is also unique in the very rare state of preservation of the body’s ochre and white decorations on the abdomen, the face and the thighs; an exemplar of the most accomplished of the ancient styles of the statuary of the Sepik river mouth.

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris