149
149
Nikolai Konstantinovich Roerich
COUCHER DE SOLEIL - LA MONTAGNE DU CHÂTEAU
Estimation
50 00070 000
Lot. Vendu 62,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
149
Nikolai Konstantinovich Roerich
COUCHER DE SOLEIL - LA MONTAGNE DU CHÂTEAU
Estimation
50 00070 000
Lot. Vendu 62,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Jacques Grange | Collectionneur

|
Paris

Nikolai Konstantinovich Roerich
1874 - 1947
COUCHER DE SOLEIL - LA MONTAGNE DU CHÂTEAU
huile et tempera sur papier marouflé sur carton
signé du monogramme de l'artiste et daté 17 en bas à gauche, porte deux étiquettes sur le carton de protection, Master Institute of United Arts et ACA Galleries
23,5 x 76,5 cm ; 9 1/4 by 30 in.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Master Institute of United Arts, New York
ACA Galleries, New York
Collection Jacques Grange, Paris

Exposition

Stockholm, Gummesons Konsthall., Rörich Separatutställning (Roerich exposition personnelle), 1918, numéro 45
The Nicholas Roerich Exhibition, Kingor Galleries, New York, NY; Boston Art Club, Boston, MA; Albright Art Gallery, Buffalo, NY; Art Institute, Chicoago, Il; Saint Louis, MO; Museum of Art, San Francisco, CA, et al. 1920-1923.

Bibliographie

Stockholm, Gummesons Konsthall., Rörich Separatutställning (Roerich exposition personnelle), 1918, no.45 énuméré
Christian Brinton, The Nicolas Roerich Exhibition, New York, 1920, p. 25, illustré en noir et blanc, no. 47 énuméré
A.V. Yaremenko, Nikolai Konstantinovich Roerich: his life and creations during the past forty years, New York, 1931, pl. 46, titré Finland (1917) et illustré en noir et blanc

Description

En décembre 1916 Roerich quitte la Russie et part à Sortavala avec sa famille pour se soigner aux bords du lac Ladoga. Les affleurements rocheux, les falaises abruptes, les petites îles ainsi que les aurores boréales l'inspirent à créer une série de panoramas devenus célèbres. "Ces visions fugitives de lac, de ciel, de roche immémoriale et de nuages qui défilent majestueusement séduisent l'imagination et possèdent une fraîcheur et clarté de ton que l'on trouve rarement dans l'art contemporain..." remarque Christian Brinton dans l'introduction de son catalogue d'exposition de 1920, "... les paysages finlandais poussent encore beaucoup plus loin la notion de simplification présente dans les œuvres de jeunesse... On sent que la silhouette lointaine des montagnes basses est observée avec précision. On ressent la masse et l’énorme poids des roches tout en constatant une rigoureuse suppression du détail." (C.Brinton, The Nicolas Roerich Exhibition, New York, 1920, Introduction)
En été 1918, Roerich retrouve sa santé et une exposition personnelle est organisée à Stockholm qui va lui permettre de financer ses voyages futurs.

Jacques Grange | Collectionneur

|
Paris