139
139
Emile-Jean-Horace Vernet
ETUDE POUR LA PARTIE CENTRALE DE LA BATAILLE D'ISLY
Estimation
50 00070 000
ACCÉDER AU LOT
139
Emile-Jean-Horace Vernet
ETUDE POUR LA PARTIE CENTRALE DE LA BATAILLE D'ISLY
Estimation
50 00070 000
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Tableaux, Sculptures et Dessins Anciens et du XIXe siècle

|
Paris

Emile-Jean-Horace Vernet
PARIS 1789 - 1863 PARIS
ETUDE POUR LA PARTIE CENTRALE DE LA BATAILLE D'ISLY
Porte au dos une ancienne étiquette Prise de la Kasbah / acheté à M. Barlet le 18 juin 1922 [?] et un numéro 281
Huile sur toile
50 x 60,5 cm ; 19 3/4 by 23 3/4 in.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Vente, Sotheby's, Monaco, 14 février 1983, lot 717

Bibliographie

Lynn Thornton, Les Orientalistes, peintres voyageurs, Paris, 1983, illustré p. 46 ;
Claudine Renaudeau, Horace Vernet, Thèse, Université Paris IV, 1999, Volume 1, p. 467, n°488 et illustré dans le Volume 2, p. 793, n°488

Description

Cette belle œuvre, à l’exécution fougueuse, est une étude préparatoire pour La Bataille d’Isly, commande de Louis-Philippe au peintre en 1845 pour célébrer l’une des plus grandes victoires françaises en Afrique du Nord.

La création du grand tableau de la Bataille d’Isly prend sa place dans le contexte bien particulier de la conquête de l’Algérie. Initiée à l’origine pour des raisons de politique intérieure - il s’agit pour Charles X de redorer son blason en s’illustrant par une conquête aux forts accents patriotiques –, cette campagne se poursuit avec la prise d’Alger, en juillet 1830, puis, sous Louis-Philippe, par l’annexion de l’Algérie entière à la France (1834). Malgré cette annexion, Abd el-Kader leva une armée pour tenter de chasser les Français. Il reçut le support du sultan du Maroc, Abd-el-Rahman, qui se heurta au corps expéditionnaire français commandé par le maréchal Bugeaud, perdant la bataille d’Isly, le 14 août 1844.

Vernet fut un témoin privilégié de cette campagne algérienne. Comme d’autres artistes tels que Delacroix, qui se rendit au Maroc en 1832, le peintre profita de la présence militaire française en Afrique du Nord. Envoyé une première fois en Algérie en 1833 à la demande de Louis-Philippe, il bénéficia de conditions de séjour et de travail tout-à-fait exceptionnelles, deux bataillons lui étant affectés lors de ses déplacements. Il fut profondément marqué par cette expérience et, à son retour en France et jusqu’à la fin de sa carrière, il puisa dans ses souvenirs, dans ses dessins et tableaux exécutés sur place, ainsi que dans les objets qu’il y a récolté, dans une source d’inspiration sans cesse renouvelée.

Après ce premier séjour algérien, Horace Vernet fut renvoyé par le roi, cette fois-ci au Maroc, afin de préparer l’exécution de l’immense toile de La Bataille d’Isly. Il quitta Marseille le 18 mars 1845 et fut de retour à Paris le 6 mai de la même année.

Le tableau définitif, immense toile de 5,14 x 10,40 m. montre le colonel Yusuf présentant au maréchal Bugeaud les étendards pris dans le camp adverse. Il avait été commandé à l'artiste par Louis-Philippe, en 1844, pour être placé dans l'une des salles de la "Campagne d'Afrique" du musée d'histoire militaire que le roi Louis-Philippe venait de créer à Versailles. Il se trouve toujours à Versailles.

Tableaux, Sculptures et Dessins Anciens et du XIXe siècle

|
Paris