127
127
Atelier d'Étienne Maurice Falconet (1716-1791), France, fin XVIIIe / début XIXe siècle
BAIGNEUSE OU NYMPHE DESCENDANT AU BAIN
Estimation
15 00020 000
Lot. Vendu 30,000 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
127
Atelier d'Étienne Maurice Falconet (1716-1791), France, fin XVIIIe / début XIXe siècle
BAIGNEUSE OU NYMPHE DESCENDANT AU BAIN
Estimation
15 00020 000
Lot. Vendu 30,000 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Tableaux, Sculptures et Dessins Anciens et du XIXe siècle

|
Paris

Atelier d'Étienne Maurice Falconet (1716-1791), France, fin XVIIIe / début XIXe siècle
BAIGNEUSE OU NYMPHE DESCENDANT AU BAIN

Bibliographie

REFERENCE BIBLIOGRAPHIQUE
G. Scherf, Falconet à Sèvres (1757-1766) ou l’art de plaire, cat. exp. musée national de la Céramique, Sèvres, 2001, pp. 92-94.

Description

En 1757, Falconet prend la direction de la sculpture à la manufacture de Sèvres. Sa Nymphe descendant au bain, inspirée d’un tableau de François Lemoyne, figure au Salon la même année. Le modèle connaît un tel succès qu’il est diffusé en biscuit dès l’année suivante et répliqué à plusieurs reprises par lui-même et ses contemporains, dont Jean-Pierre Antoine Tassaert.

Falconet emportera un plâtre du modèle en Russie, aujourd’hui à l’Ermitage. Un marbre autographe provenant de la propriété de Madame du Barry à Louveciennes est au Louvre (inv. n° M.R. 1846). Un autre marbre avec les mêmes variantes que le nôtre, dont les roses dans la chevelure de la nymphe, est au Victoria and Albert Museum (H. 81 cm, inv. n° 1131-1882)(fig. 1).

La féminité naissante de la nymphe aux formes délicates, sa sensualité retenue et ses références à l’Antique – notamment dans sa coiffure – marqueront les œuvres postérieures de Falconet.

Tableaux, Sculptures et Dessins Anciens et du XIXe siècle

|
Paris