106
106
Pablo Picasso
NU COUCHÉ TENANT UNE FLEUR - RECTO NU COUCHÉ, PERSONNAGE ET DEUX PIGEONS - VERSO
ACCÉDER AU LOT
106
Pablo Picasso
NU COUCHÉ TENANT UNE FLEUR - RECTO NU COUCHÉ, PERSONNAGE ET DEUX PIGEONS - VERSO
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Traits et Portraits : Une Collection Particulière

|
Paris

Pablo Picasso
1881-1973
NU COUCHÉ TENANT UNE FLEUR - RECTO NU COUCHÉ, PERSONNAGE ET DEUX PIGEONS - VERSO
signé Picasso et daté 11.2.72. (en haut à gauche) - recto
stylo, pinceau, encre et crayon sur papier
49.5 x 64.1 cm; 19 1/2 by 25 1/4 in.
Exécuté les 11-12 janvier et 11 février 1972.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Galerie Welz, Salzbourg
Collection privée (acquis en 1985)
Vente : Sotheby's, Londres, 4 février 2015, lot 381
Acquis lors de cette vente par le propriétaire actuel

Exposition

Vienne, Habarta, Austellung Picasso in Wien, 1981, no. 97, reproduit dans le catalogue n.p.
Salzbourg, Galerie Welz, Pablo Picasso, 1985, no. 20a et 20b

Bibliographie

Christian Zervos, Pablo Picasso, Œuvres de 1971-1972, Paris, 1978, vol. 33, nos. 310 & 311, reproduit p. 109

Description

Cet extraordinaire dessin recto-verso témoigne du talent naturel de Picasso en tant que dessinateur. Exécuté en 1972, alors que l'endurance physique de Picasso, âgé de 91 ans, s'était inévitablement affaiblie, les sujets érotiques dans ses peintures et ses dessins ne faisaient que s'intensifier. Les thèmes du sexe et de la passion sont apparus sous de nombreuses formes tout au long de l'œuvre de Picasso, utilisant le "sexe comme métaphore de l'art et de l'art comme métaphore du sexe" (John Richardson, cité dans Marie-Laure Bernadac, Picasso 1953-1972 : Painting as Model, in Late Picasso (catalogue d'exposition), Tate Gallery, Londres, 1988, p. 77). Après près d'une décennie de peintures obsessionnelles de nus, la plupart identifiables à Marie-Thérèse Walter, Picasso n'en a produit que quelques-uns à la fin des années 1930, se concentrant plutôt sur la production de portraits. Ce n'est qu'au début des années 1940 que le nu féminin est de nouveau à l'honneur, et son retour est également l'occasion de la renaissance du style cubiste.

Dessinée avec un trait d’encre sûr et fluide, l'image du nu couché au recto de la présente œuvre est d'une pure sensualité à l’instar des odalisques d'Ingres et de Matisse. La fleur, centre de la composition, est entourée par les lignes serpentines des seins de la figure féminine, de ses yeux et de ses lèvres surdimensionnées. Au verso, la figure féminine se tord dans l'extase et la figure masculine, serrant le visage de la femme entre ses deux mains, peut être assimilée à l'artiste vieillissant souhaitant retrouver les émotions sensuelles de sa jeunesse. Les contorsions de la figure, dont le profil acéré ressemble à celui de Jacqueline, rappellent aussi certaines des représentations les plus sensuelles de Picasso de la voluptueuse Marie-Thérèse des années 1930. Dans les années 60 et 70, l’enchevêtrement des traits de ses maîtresses est au cœur de son œuvre et reflète le conflit qui a marqué leur relation. L'artiste isole les éléments de son sujet qui le fascinent le plus, et les représente avec une liberté et une spontanéité caractéristiques de son œuvre tardive. La saisissante frontalité de ces deux dessins incarne la conviction de Picasso : " L'art ne peut être que érotique".

Traits et Portraits : Une Collection Particulière

|
Paris