106
106
Wagner, Richard
LETTRE AUTOGRAPHE, EN ALLEMAND, AU CHEF D’ORCHESTRE RUDOLF SCHÖNECK, SIGNÉE RICHARD WAGNER, DATÉE ZÜRICH, 9 APRIL [18]53.
Estimation
2 5003 500
Lot. Vendu 2,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
106
Wagner, Richard
LETTRE AUTOGRAPHE, EN ALLEMAND, AU CHEF D’ORCHESTRE RUDOLF SCHÖNECK, SIGNÉE RICHARD WAGNER, DATÉE ZÜRICH, 9 APRIL [18]53.
Estimation
2 5003 500
Lot. Vendu 2,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Bibliothèque R. et B. L. Autographes et Manuscrits XIXe et XXe Siècles

|
Paris

Wagner, Richard
LETTRE AUTOGRAPHE, EN ALLEMAND, AU CHEF D’ORCHESTRE RUDOLF SCHÖNECK, SIGNÉE RICHARD WAGNER, DATÉE ZÜRICH, 9 APRIL [18]53.
4 pages in-8 (210 x 137 mm) sur un bifeuillet, sous chemise demi-maroquin rouge moderne.


Lettre inédite évoquant Liszt à Weimar et les nominations de musiciens de cour en Allemagne
.

Rudolf Schöneck, à la recherche d’une place de chef d’orchestre, avait entendu dire que Liszt allait quitter son poste à Weimar. Il avait alors sollicité l’aide de Wagner qui lui répond un peu tardivement. Il l’informe que Liszt ne lui a rien dit de son éventuel départ et qu’il attend de ses nouvelles.

Il commente ensuite la manière dont les cours allemandes nomment les directeurs musicaux : ignorant les capacités de chefs d’orchestre et offrant les postes à des compositeurs ou à des virtuoses célèbres incapables de diriger une seule mesure (comme lorsque Chelard a remplacé Hummel à Weimar). Wagner juge préférable que Liszt reste à Weimar, car il serait en mesure de nommer des personnes talentueuses. En revanche, le départ de Liszt indiquerait que l’arrière garde l’a forcé à partir. Il lui promet de soutenir sa candidature tout en le prévenant que les chances sont minimes. En post-scriptum, il lui demande de récupérer un mauvais autoportrait, car il en recevra bientôt un bien meilleur.

Grade in Weimar verfuhr man hieher auch so, wo man nach Hummels Tode Chelard anstellte, der sich damals durch seinen Macbeth dann durch Empfehlungen des Bayerischen Hofes und als—Franzos—einen Namen gemacht hatte, trotzdem er buchstäblich nicht einen Takt dirigiren konnte.

Traduction française : […] De plus, je dois vous dire que les cours allemandes ont comme habitude, pour nommer à des postes de chef d’orchestre, de ne jamais tenir compte des compétences, mais de la renommée comme compositeur ou virtuose... Telle est l’habitude à Weimar, ils ont toujours procédé ainsi […] Tel autre qu’ils ont nommé ne savait pas diriger un orchestre.

Lettre non publiée dans le Sämtliche Briefe. Wagner a correspondu avec Rudolf Schöneck en novembre 1852 au sujet d’une représentation prévue de Tannhäuser à Fribourg-en-Brisgau, où il était alors directeur musical. Cependant, Schöneck était évidemment en train de faire avancer sa carrière ailleurs et il avait demandé lui-même s’il pouvait être nommé à cet endroit.

Quelques rousseurs, déchirures aux plis soigneusement restaurés.


Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Bibliothèque R. et B. L. Autographes et Manuscrits XIXe et XXe Siècles

|
Paris