101
101
Italie, Naples ou Rome, vers 1630-1650
Quatre putti tenant les instruments de la Passion
Estimation
25 00040 000
Lot. Vendu 27,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
101
Italie, Naples ou Rome, vers 1630-1650
Quatre putti tenant les instruments de la Passion
Estimation
25 00040 000
Lot. Vendu 27,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Sylvain Lévy-Alban : Rive Droite / Rive Gauche

|
Paris

Italie, Naples ou Rome, vers 1630-1650
Quatre putti tenant les instruments de la Passion
bronze doré ; sur des socles en bronze doré et jaspe rouge
Quantité: 4
H. (totale) 28 cm ; 11 in.overall
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Ancienne collection Gustave de Rothschild ; par descendance à son fils Robert de Rothschild ; par descendance à Madame de Benvenuti, née Diane de Rothschild ; sa vente, Piasa, Paris, 11-13 Juin 1997, lot 132 ; acquis lors de cette vente par Partridge Fine Art, Londres ; Galerie Dany Katz, Londres ; collection privée américaine, Londres ; Christie's Londres, 13 décembre 2001, lot 441, acquis lors de cette dernière vente par le propriétaire actuel

Bibliographie

REFERENCE BIBLIOGRAPHIQUE
P. D’Agostino, Cosimo Fanzago scultore, Naples, 2011, pp. 352-354, pl. 231

Description

Chaque putto présente un instrument de la Passion (Arma Christi) : la croix, la lance du centurion, la branche d’hysope sur laquelle était attachée la sainte éponge et les tenailles. Les proportions et l’iconographie en lien avec l’eucharistie attestent de l’appartenance initiale de ces statuettes à un tabernacle. L’arrière des socles octogonaux était à l’origine plan pour une meilleure intégration des putti à un ensemble architecturé. Lors de leur démantèlement, des moulures inférieures et supérieures ont été ajoutées du modèle de celles des autres côtés. Les Anges de la Passion du tabernacle de l’église de La Purissima (couvent des Augustines, Salamanque), par l’atelier du sculpteur napolitain Cosimo Fanzago (1591-1678), présentent – tant par leur iconographie que par leurs proportions et types physiques – des similitudes frappantes avec nos putti. Ce tabernacle fut commandé à Cosimo en 1633 par Manuel de Zuñiga, vice-roi de Naples, pour la chapelle familiale de l’église des Ursulines. Il fut réattribué l’année suivante à la nouvelle église du couvent des Augustines, avec l’important retable dont il dépend. Signalons également les statuettes de Saint Pierre et de Saint Paul, dont l’appartenance au tabernacle de Salamanque à dernièrement été confirmée, présentant des socles en bronze-doré et jaspe comparables à ceux de nos putti (H. 28,6 cm, Metropolitan Museum of Art, inv. n° 52.187, et collection particulière, New York). La fonte d’une précision supérieure de nos putti peut également être l’œuvre d’un sculpteur romain de la même période.

Sylvain Lévy-Alban : Rive Droite / Rive Gauche

|
Paris