1
1
Pendentif hei tiki, Maori, Nouvelle-Zélande
MAORI PENDANT, HEI TIKI, NEW ZEALAND
ACCÉDER AU LOT
1
Pendentif hei tiki, Maori, Nouvelle-Zélande
MAORI PENDANT, HEI TIKI, NEW ZEALAND
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris

Pendentif hei tiki, Maori, Nouvelle-Zélande
MAORI PENDANT, HEI TIKI, NEW ZEALAND

Provenance

Collection Serge Brignoni (1903-2002), Suisse 
Collection Edmund Muller (1898-1976), Beromünster, Suisse, acquis en 1956 (inv. n° 3720c)
Sotheby’s, New York, 22 novembre 1998, "Property from the Foundation Dr. Edmund Müller", n° 6
Collection Leo et Lillian Fortess, Honolulu, acquis lors de cette vente (inv. n° 161G)
Collection Eric et Esther Fortess, Boston

Exposition

Beromünster, Zum Dolder - Fundation Dr. Edmund Müller (prêt 1976-1998)

Description

« Les plus appréciées et les plus emblématiques de toutes les parures traditionnelles étaient et demeurent les pendentifs à forme humaine appelés hei tiki. Les hei tiki étaient portés par des hommes, des femmes et des enfants de haute lignée pour indiquer l’importance de l’origine et du statut de leur famille » (Austin, La pierre sacrée des Maori, 2017, p. 26). Leur important pouvoir (mana) se renforçait à chacune de leur transmission, de génération en génération.

Ce hei tiki se distingue par ses proportions imposantes – rappelant la forme originelle de la lame de hache dans laquelle il fut sculpté – et par la force des volumes corporels caractéristiques des oeuvres observées par le Capitaine Cook lors de son voyage en Nouvelle-Zélande. La tension émanant du jeu de courbes et de contre-courbes est accentuée par les plans inclinés faisant glisser le regard en profondeur. S’ajoutent ici la très belle qualité de la néphrite pounamou, d’un vert profond aux reflets laiteux, et les incrustations de paua, abalone à coquille irisée, endémique de Nouvelle-Zélande.

"The most popular and iconic of all traditional adornments were and remain the human-shaped pendants called hei tiki. The hei tiki were worn by men, women and children of high lineage to indicate the prominence of their family's origin and status" (Austin, La pierre sacrée des Maori, 2017, p. 26). Their great power (mana) was strengthened with each transmission from one generation to the next.

This hei tiki stands out for its large scale - recalling the original shape of the axe blade from which it was carved - and in the forcefulness of the body's volumes. The tension emanating from the interplay of curves and counter-curves is accentuated by the inclined planes that bring the viewer’s gaze in depth. It is compounded by the great quality of the pounamu nephrite - a deep green with milky reflections - and by the inlaid paua, an iridescent abalone shell endemic to New Zealand.

Arts d'Afrique et d'Océanie

|
Paris