18
18
Pierre-Denis Martin dit Le jeune ou des Gobelins
DEUX VUES DU CHÂTEAU DE PONTCHARTRAIN AVEC JARDINS DESSINÉS PAR ANDRÉ LE NÔTRE
Estimation
100 000150 000
Lot. Vendu 212,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
18
Pierre-Denis Martin dit Le jeune ou des Gobelins
DEUX VUES DU CHÂTEAU DE PONTCHARTRAIN AVEC JARDINS DESSINÉS PAR ANDRÉ LE NÔTRE
Estimation
100 000150 000
Lot. Vendu 212,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Tableaux Dessins Sculptures 1300-1900

|
Paris

Pierre-Denis Martin dit Le jeune ou des Gobelins
PARIS VERS 1663 - 1742
DEUX VUES DU CHÂTEAU DE PONTCHARTRAIN AVEC JARDINS DESSINÉS PAR ANDRÉ LE NÔTRE
Quantité: 2
Huile sur toile, une paire
144,5 x 205,5 cm et 144,5 x 203 cm ; 56 7/8 by 80 7/8 in. and 56 7/8 by 80 in.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Collection Louis II Phélypeaux, comte de Pontchartrain (1643-1727) ;
Château de Pontchartrain, Jouars-Pontchartrain.

Bibliographie

D. Brouzet, "Jean-Baptiste et Pierre-Denis Martin, peintres des Maisons royales", L’Estampille L’Objet d’Art, n° 328, octobre 1998, cité p. 39 ;
C. de Bourgoing, Le Nôtre, jardins connus et méconnus, Paris, 2013, p. 90, repr. pp. 92-93 et en couverture (comme Adam-François van der Meulen) ;
F.-H. Hazlehurst, Des jardins d’illusions, Paris, 2005, pp. 363-372.

Description

Par leurs dimensions et leur qualité, par leur sujet autant que par le témoignage majeur qu’elles constituent pour l’histoire du domaine et le rôle crucial qu’y a joué André Le Nôtre, les deux vues du château de Pontchartrain peintes par Pierre-Denis Martin sont des œuvres importantes, aussi bien historiquement qu’esthétiquement parlant.

Le château de Pontchartrain occupe, dans les deux tableaux, le centre de la composition. Vraisemblablement commandé par Louis Ier de Phélypeaux (1613-1685) à François Mansart (1598-1666) – bien que le rôle de l’architecte dans son édification soit contesté –, il fut érigé entre 1633 et 1662. Pierre-Denis Martin met en valeur ses lignes régulières et sa silhouette sobre, typique du classicisme français, en l’éclairant par un rayon de soleil.

Le château s’élève au cœur de vastes jardins dont la perspective semble s’ouvrir sur une large plaine. Leur exécution fut confiée en 1693 à André Le Nôtre (1613-1700), dont ils constituent l’un des derniers projets, résumant alors tout son savoir-faire, son expérience et l’esthétique qu’il a développés au cours de sa carrière. Architecte et dessinateur de jardins, Le Nôtre s’est formé dans l’atelier de Mansart. Chargé par la suite des transformations des jardins de Versailles et des Tuileries, ces chantiers colossaux lui permettent de constituer puis d’affirmer son style personnel qui devait avoir par la suite cette influence majeure dans le domaine de jardins que l’on connaît. Au premier plan de la vue prise de l'ouest, le bassin occupe une large place dans le prolongement du château, sur les côtés duquel s’étalent les grandes étendues de pelouse élégamment entrecoupées d’allées. Savamment réfléchi par le Nôtre qui maîtrise parfaitement les lois de l’optique, le plan du jardin est organisé en fonction du château : dans son prolongement, les bassins permettent d’allonger la perspective, tout en gardant un parc à dimension humaine.

Le caractère topographique des deux œuvres est à souligner, Pierre-Denis Martin s’attachant à retranscrire avec précision le travail du jardinier sur les perspectives. L’artiste s’est plu, dans la composition montrant le château et sa cour d’honneur aussi bien que dans celle montrant le plan d’eau, à représenter avec la plus fidèle exactitude le domaine tel qu’il devait être à l’époque, décrivant avec minutie chaque bosquet, chaque allée, chaque carré arboré.

Outre les nombreuses figures qui ornent les deux toiles et accentuent encore la monumentalité de l’ensemble, Pierre-Denis Martin agrémente une des vues du château de Pontchartrain par une scène au premier plan, qui n’est pas sans rappeler celles qui peuplent celles de son maître Adam Frans Van der Meulen (1632-1690), rappelant son passage dans l’atelier de celui-ci. Les deux cavaliers principaux, richement parés, pourraient bien être, si l’on en croit certaines sources1, Louis II Phélypeaux de Pontchartrain, commanditaire des jardins, accompagné de Le Nôtre lui-même. Il n’est d’ailleurs pas à exclure que ces figures équestres aient été confiées à un collaborateur de Pierre-Denis Martin, comme c’était souvent le cas dans ce type de grandes commandes.

Réputé pour ses scènes de bataille animées de chevaux, Pierre-Denis Martin collaborera par la suite avec la prestigieuse manufacture des Gobelins, lui valant son surnom de Martin des Gobelins, et obtenant ensuite le titre de Peintre Ordinaire du roi. Apprécié pour ses scènes de bataille, il s’illustrera tout particulièrement grâce à ses vues de châteaux royaux. Citons ainsi celles du château de Versailles2 ou encore du château de Marly3, toutes deux commandées par la princesse de Conti.

Ces deux œuvres importantes constituent un rare et précieux témoignage de ce qu’ont pu être les jardins de Pontchartrain au moment de leur création, alors qu’ils venaient d’être élaborés par l’un des plus importants architectes de jardin français. Remodelés au fil du temps, nous n’en gardons aujourd’hui que des plans ou des descriptions écrites. Le Plan du château et parc de Pont-Chartrin¸ que nous présentons au lot suivant, et datant du XVIIIe siècle, nous permet déjà d’en observer la rapide évolution.

1. F.-H. Hazlehurst, op. cit., p. 365.
2. Vue du château de Versailles du côté de la place d'armes en 1722, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon (inv. 6523).
3. Vue générale du château et des pavillons de Marly, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon (inv. 6529).

Tableaux Dessins Sculptures 1300-1900

|
Paris