12
12
Attribué à François Lemoyne et son atelier
Paris 1688 - 1737
JEUNE FILLE À LA FONTAINE
Estimation
20 00030 000
Lot. Vendu 22,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT
12
Attribué à François Lemoyne et son atelier
Paris 1688 - 1737
JEUNE FILLE À LA FONTAINE
Estimation
20 00030 000
Lot. Vendu 22,500 EUR (Prix d’adjudication avec commission acheteur)
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Tableaux Dessins Sculptures 1300-1900

|
Paris

Attribué à François Lemoyne et son atelier
Paris 1688 - 1737
JEUNE FILLE À LA FONTAINE

Description

François Lemoyne a un destin particulier dans l’histoire de la peinture française du XVIIIe siècle. Promis à un avenir brillant, élève de Levrac-Tournières puis de Louis Galloche, il est lauréat du Prix de Rome en 1771 avec Ruth glanant dans les champs de Boz (localisation inconnue). S’il ne peut se rendre à Rome pour des raisons budgétaires, les finances royales étant alors trop mal en point, il est cependant reçu Académicien en 1718, sur un tableau représentant Hercule et Cacus (Paris, Ecole nationale des Beaux-Arts) qui connaît un grand succès et lui fait obtenir ses premières commandes.

Si l’artiste connaît par la suite une carrière prestigieuse, qui culmine avec la commande du plafond du Salon d’Hercule à Versailles (1732-1736), qui ouvre en France une nouvelle ère pour la peinture monumentale, et sa nomination, en 1736, comme Premier peinture du roi, Lemoyne est également un homme au tempérament inégal, frappé selon plusieurs témoignages contemporains (dont celui de François Boucher lui-même, qui fut son élève) d’une certaine mélancolie. Epuisé par l’exécution du plafond, sa santé déclinant rapidement, il se suicide en septembre 1737, au faîte de sa gloire.

Restée jusqu’à ce jour inédite, l’œuvre que nous présentons ici est connue par plusieurs autres versions, comprenant des variantes. Dans la plus célèbre des compositions figurent deux personnages (voir à ce sujet J.-L. Bordeaux, François Le Moyne and his generation 1688-1737, Neuilly-sur-Seine, 1985, pp. 101-102, n° P 55, repr. fig. 54 et 55 pour une seconde version) : la jeune fille qui lave un linge à la fontaine, ainsi qu’un vieil homme habillé à la turque qui semble l’interrompre, donnant l’impression de lui faire une proposition. L’iconographie de cette saynète à deux protagonistes n’a jamais pu être élucidée, qu’elle soit tirée de la Bible, de la mythologie, ou d’une autre source plus récente. Quoiqu’il en soit, Jean-Luc Bordeaux date la composition originale de 1721-1723, juste avant le séjour de Lemoyne en Italie.

L’œuvre que nous proposons ici ne met en scène pour seul protagoniste la jeune femme trempant un linge blanc dans l’eau claire d’une fontaine de pierre. Une autre version de cette composition à une figure est connue (vente Sotheby’s Paris, 21 juin 2012, lot 54). Cette dernière est de dimensions légèrement inférieures à la nôtre, se présentant en un format proche du carré. Le vieillard y a également a disparu, probablement du fait d’un commanditaire qui ne souhaitait voir figurer que la jeune servante. Elle est considérée par Jean-Luc Bordeaux comme autographe (avec peut-être une légère participation de l’atelier), et datée de 1725-1726, après le retour d’Italie de Lemoyne, à un moment où l’artiste reçoit de nombreuses commandes de peintures de chevalet.

La palette blonde de la présente version, la délicatesse des tons dans les chairs et sa touche ample, rapide et pourtant précise, laissent penser qu’il pourrait s’agir d’une œuvre de Lemoyne lui-même, peut-être aidé de son atelier.

Nous remercions le Dr. Jean-Luc Bordeaux d'avoir confirmé que cette œuvre peut être attribuée à François Lemoyne et son atelier, d'après photographies ; elle sera incluse dans son prochain catalogue raisonné en préparation.

Tableaux Dessins Sculptures 1300-1900

|
Paris