8
8

PROVENANT D'UNE COLLECTION PARTICULIÈRE FRANÇAISE

Pablo Picasso
COMBAT DE FAUNE ET DE CENTAURE
ACCÉDER AU LOT
8

PROVENANT D'UNE COLLECTION PARTICULIÈRE FRANÇAISE

Pablo Picasso
COMBAT DE FAUNE ET DE CENTAURE
ACCÉDER AU LOT

Details & Cataloguing

Modernités

|
Paris

Pablo Picasso
1881 - 1973
COMBAT DE FAUNE ET DE CENTAURE
signé picasso (en bas à droite); numéroté (II) et porte l'inscription Golfe-Juan 21 Août 46 (au dos)
encre de Chine et aquarelle sur papier
50,2 x 65,7 cm; 19 3/4 x 25 7/8 in.
Exécuté le 21 août 1946 à Golfe-Juan.
Lire le rapport d'état Lire le rapport d'état

Provenance

Galerie Louise Leiris, Paris (ph. no. 60163; acquis directement auprès de l'artiste)
Collection particulière, France
Puis par descendance au propriétaire actuel

Bibliographie

Christian Zervos, Pablo Picasso, Œuvres de 1944 à 1946, Paris, 1963, vol. 14, no. 207, reproduit p. 93

Description

"C’est étrange à Paris¸ je ne dessine jamais de faunes, de centaures ou de héros mythologiques comme ceux-ci : on dirait qu’ils ne vivent qu’ici."
Picasso, à propos de la Côte d’Azur

Exécuté avec une économie de ligne époustouflante, Combat de faune et de centaure présente deux personnages familiers de la production des années 1940 de Picasso. A partir de 1945, Picasso retourne chaque été sur la Côte d’Azur, à Golfe Juan, comme il avait coutume de la faire avant la guerre. Les influences classiques méditerranéennes, la paix retrouvée et son bonheur conjugal avec Françoise Gilot, suscitent en lui un renouveau : une série de dessins empreints de gaieté et de sérénité. Les faunes, les centaures et les nymphes succèdent aux monstres déformés des années de guerre. Picasso produit une série homogène dont une partie est groupée, sous le titre Antipolis, au Palais Grimaldi d’Antibes. Sous la forme d’un schéma figuratif le plus dépouillé, Picasso opère une dissociation en partant d’éléments distincts qu’il met en relation pour construire les figures du centaure et du faune. Au jeu strict des triangles, il associe des éléments plus proches du réel : les visages, les brins d’herbe… Des formes colorées géométriques ponctuent ce dessin linéaire simplifié. Une silhouette de poisson vert se glisse entre les membres éclatés du centaure pour unir finalement l’homme à la croupe de l’animal. La disposition en frise des personnages donne à la scène un sentiment général de calme. Les références mythologiques et cette vision d’harmonie arcadienne, dans tant d'œuvres de Picasso des années 1940, sont une manière d’oublier la guerre et d’aller vers l'idylle rurale bucolique de la Grèce classique, l'antithèse d'un monde moderne si troublé.

Modernités

|
Paris